Moyens de transport typiques

Lors de mes nombreux voyages j’ai eu la chance d’utiliser différents moyens de transport . Il existe d’ailleurs de nombreux avantages à utiliser ces transports en commun.

POUR LA SANTÉ: un des meilleurs moyens pour rester actif en plus d’avoir un effet relaxant.

POUR LE PORTEFEUILLE: tous les calculs le prouvent, c’est beaucoup moins dispendieux. N’oubliez pas qu’en louant une voiture, vous devez prendre en plus des assurances qui souvent coûtent très cher.  

POUR L’ENVIRONNEMENT: réduit le nombre de voitures en circulation. Un autobus transporte aux heures de pointe jusqu’à 65 personnes, et un métro jusqu’à 1000 personnes. Moins de pollution atmosphérique. La pollution atmosphérique due aux transports quant à elle n’a fait qu’augmenter. En ville, la situation devient critique avec des pics de pollution de plus en plus fréquents. Un autobus est, par personne déplacée, moins polluant que l’automobile. C’est non négligeable!

POUR GAGNER DU TEMPS: Le transport collectif permet d’éviter les bouchons de circulation et il nous amène rapidement vers les sites touristiques à découvrir. 

POUR S’IMPRÉGNER DE LA CULTURE LOCALE: profitez-en pour jaser avec le conducteur afin d’apprendre tout ce que les livres ne disent pas sur le peuple visité et ses coutumes. Ça c’est vraiment joindre l’utile à l’agréable!

TRAMWAY
Ponctuel , pratique
(jusqu’à 120 passagers peuvent embarquer), souvent moins
cher que le métro et circulant à une vitesse moyenne
supérieure aux bus (20km/h en moyenne), le tramway est
définitivement adopté dans plusieurs grandes villes.
Fonctionnant à l’électricité, c’est un moyen sûr, plus
silencieux et plus facile d’accès notamment pour les
personnes à mobilité réduite.

VÉLO
Moyen de transport le plus rapide en ville. Dès
que la distance à parcourir est comprise entre
et 5 km, le vélo est imbattable. Fini les
embouteillages! Surtout qu’aux problèmes de
circulation s’ajoutent ceux du stationnement.

BATEAU-BUS
Il gagne les rives des villes maritimes ou
uviales. Le principe reste le même que le bus
conventionnel : il suft de se munir d’un ticket
pour réaliser son parcours jusqu’à l’arrêt
concerné.
C’est plus sympa que le bus parce que cela offr
un autre point de vue. Ce n’est pas plus cher
pour autant.

AUTOCAR
Souvent il est le moyen de transport principal
lors d’un circuit. Il est adapté pour les trajets
plus longs.
Il peut donc accueillir plusieurs passagers
confortablement et comprend souvent de
petites télévisions.

AUTOBUS TOURISTIQUE (Hop-on-hop-off)
Autobus à 2 étages à vocation touristique uniquement
Son 2e étage est souvent à ciel ouvert pour permettre
aux voyageurs d’admirer les différents attraits que l’on
retrouve sur le parcours. Celui-ci est commenté en
plusieurs langues.


COCO TAXI
On l’appelle Coco Taxi parce qu’il ressemble à
une noix de coco. Vous pourrez l’essayer à Cuba
C’est essentiellement un scooter avec une
coque en fibre de verre de fabrication cubaine
et des sièges soudés sur celle-ci.
Il existe deux types: les taxis Yellow Coco pour
les touristes et les taxis Blue Coco pour les
locaux.

FUNICULAIRE
Remontée mécanique équipée de véhicules
circulant sur des rails en pente et dont la
traction est assurée par un câble.
Transporte les gens souvent de la basse-ville
vers la haute-ville pour leur éviter la montée e
pente abrupte ou longue.

MONORAIL
Un monorail est un système de transport guide
où la caisse du véhicule dépasse en largeur
largement les rails ou la poutre rigide sur
laquelle elle s’appuie pour circuler.

TUK-TUK
Tricycle motorisé thaïlandais ou cambodgien
servant généralement de taxi. Il est constitué
d’un ensemble monocorps avec un avant de
scooter, sur une roue, avec guidon, prolongé
d’une « carriole » recouverte d’un toit
décapotable dans laquelle s’assoient les
passagers.
Il y a en général de la place pour 3 adultes.

POUSSE-POUSSE
Voiturette légère à deux roues et à une ou deux places
tirée ou poussée par un homme. Il existe aussi des
versions où l’homme tirant le pousse-pousse est à vélo
on parle alors plus précisément de cyclo-pousse.
Des versions motorisées ont également vu le jour, on
parle alors d’auto-pousse. Cependant, le terme pousse
pousse est communément utilisé pour tous ces
véhicules. Originaire du Japon, on le retrouve dans
plusieurs villes d’Asie, notamment en Thaïlande et en
Indonésie.

RICKSHAW
Véhicule à 3 roues utilisé pour le transport de
personnes ou de marchandises.
Il peut être motorisé ou tiré à bras d’homme e
arrive à se faufiler un peu partout. Il est
l’équivalent en Inde du pousse-pousse japonais.

JEEPNEY
Moyen de transport en commun très populaire
aux Philippines. À l’origine, c’étaient des Jeeps
abandonnées par l’armée américaine à l’issue
la Seconde Guerre mondiale.
Ils sont réputés pour leurs décorations
flamboyantes et le nombre impressionnant de
passagers qu’ils peuvent transporter.

GONDOLE
Barque vénitienne de couleur noire très effilée
pilotée au moyen d’un seul homme maniant un
aviron à l’arrière de l’embarcation.

FELOUQUE
Bateau à voile traditionnel égyptien
complètement dépendant des vents. Vous e
verrez plusieurs voguant sur le Nil.
De nombreuses croisières sont d’ailleurs
proposées sur ces voiliers et sont forts
appréciées des touristes.

DROMADAIRE
Une randonnée organisée à dos de dromadaire
est appelée méharée.
Tous les dromadaires se suivent l’un derrière
l’autre dans le désert sur le modèle des
caravanes de bédouins. Principalement
retrouvé dans le nord de l’Afrique, dans des
pays tel que le Maroc, l’Algérie, la Tunisie,
l’Égypte, etc.

Pèlerinage en Italie (2010)

IMG_6269
Notre groupe Spiritours en pèlerinage en Italie  à Assise en 2010

Mon second pèlerinage a eu lieu en Italie, ce pèlerinage me permettrait de faire d’une pierre deux coups puisque cela nous amènerait aussi à Rome pour la canonisation du Frère André.

Voici donc un bref résumé de l’itinéraire suivi durant ses deux semaines en Italie. Nous avons débuté par une visite à Assise (Visite à St-François d’Assise et à Ste-Claire d’Assise, fondatrice des Clarisses) (Voir aussi l’article sur la Croix de Tau) , un petit coup d’œil à Sienne (Voir l’article Catherine de Sienne et ses reliques) , une visite de Florence (Article sur Florence), un grand tour au sanctuaire de Padre Pio à San Giovanni Rotondo (Qui est-tu Padre Pio?)  et pour finalement Rome (Article sur la Canonisation du frère André) afin d’assister à la cérémonie de Canonisation. Un programme bien rempli..

Visite à Assise

Visite de l’église de Sainte-Claire et des Clarisses.

IMG_6297
La croix Tau

Lors de mon pèlerinage en Italie en 2010 (Voir article Pèlerinage en Italie) , nous avons débuté par une visite à Assise. J’ai aperçu un peu partout dans la ville cette croix à la   forme bizarre. Comme je suis curieuse, j’ai donc demandé au prêtre qui nous accompagnait, quel était cette étrange croix. Il m’a expliqué que c’était la croix en Tau, l’un des symboles qui est souvent apparenté à Saint François d’Assise.

La croix de Saint-Antoine ou croix en tau est une croix qui prend la forme de la lettre grecque tau.
Dans la religion chrétienne, la capitale majuscule « Tau » = T grec ou bien Taw (dernière lettre de l’alphabet hébreu) fut d’abord un signe des religieux et chevaliers , lesquels s’occupaient des lépreux et le portaient avec une clochette en amulette gravé. Cette lettre, appelée Tau (ou Taw), est ensuite devenue le symbole franciscain par excellence, car il a la forme d’une croix, celle du Christ.

Saint François d’Assise utilisait souvent ce signe. Il l’a dessiné sur des maisons, des murs et des arbres. Avec ce signe il bénissait les hommes et signait ses lettres. Le Tau était pour François le signe de l’élection divine. Le tau est donc un symbole pour la famille franciscaine : testament de François, un signe de bénédiction et de paix. Ce signe rappelle la Croix, il est le signe de la libération.

IMG_6251
Assise

Assise est surtout célèbre pour son apogée médiéval et pour être le lieu de naissance et de mort de Francesco Bernardone, plus connu sous le nom de François d’Assise, un des plus grands saints de l’Église catholique romaine. Pour son patrimoine exceptionnel, la ville est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

IMG_6247
A l’entrée d’Assise

Le pape actuel de l’Église de Rome a pris le nom de François en signe de pauvreté, d’espérance et soumission à Dieu.

La basilique Saint-François à Assise est un édifice religieux où se superposent deux espaces d’assemblée: l’un est dit « église inférieure », bâtie dans la roche d’un flanc et l’autre dit « église supérieure », construite au-dessus  dans le style gothique. Le campanile est de style roman. Les deux églises réunies sous le même nom de basilique sont inscrites depuis 2000 au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Santuario_PadrePioGiovanni Rotondo

Fondée au XIe siècle par les pèlerins qui se dirigeaient à la Grotte de l’ Archange-Saint-Michel, la ville de San Giovanni Rotondo, dans les Pouilles, est connue dans le monde entier comme la ville où vit Padre Pio de Pietrelcina, le capucin des miracles, devenu Saint en 2002. Il institua un Sanctuaire à côté de l’ancienne église conventuelle de Santa Maria delle Grazie (Sainte Marie des Grâces), où se trouve également le grand Sanctuaire inauguré le 1er juillet 2004.

IMG_6621Padre Pio

Le couvent des Capucins est le lieu où le Saint vit du 4 septembre 1916 au 23 septembre 1968, date de sa mort. C’est ici qu’en 1918 Padre Pio reçut les stigmates et que se vérifièrent tous ces phénomènes surnaturels qui ont mené à sa béatification et, successivement à sa canonisation.

IMG_6616


Visiter ce couvent et les cellules où Padre Pio mena son existence équivaut à faire un saut dans des lieux riches de spiritualité et de mysticisme: une étape obligée pour les dévots et les touristes.

SanGiovanniRotondo

A côté du couvent surgit l’église de Sainte Marie des Grâces. Dédiée à l’origine à Sainte Marie des Anges, l’église fut consacrée en 1629. Inauguré en 1959 à la demande, et grâce à la volonté de Padre Pio, le vieux Sanctuaire a accueilli, jusqu’à la réalisation du sanctuaire plus récent, des milliers de fidèles et de pèlerins qui chaque année se retrouvent cette petite ville des Pouilles, pour visiter les lieux où le saint vit sa foi.

La crypte du vieux Sanctuaire a accueilli, jusqu’à il y a quelques années, la tombe de Padre Pio, qui a été ensuite déplacée dans la crypte du nouveau complexe adjacent. Dans la partie souterraine a été réalisée une église inférieure, exactement comme la Basilique des Saint François d’Assise qui accueillit les dépouilles du Saint. Le revêtement en cuivre pre-oxydé confère à la structure une couleur verte.IMG_6645Tombeau de Padre Pio

Toujours dédiée à Sainte Marie des Grâces, le nouveau Sanctuaire conçu par Renzo Piano occupe, avec son énorme structure en forme de coquillage, environ 6000 mètres carrés et il représente la deuxième église d’Italie en termes de dimensions, après le Dôme de Milan. Inauguré dix ans après le début des travaux, et également connu comme l’ « Église de Padre Pio », le nouveau sanctuaire a été financé presque entièrement par les offres des pèlerins et il peut accueillir 6500 fidèles.IMG_6632Nouveau sanctuaire

Selon le bon vouloir de Padre Pio, l’église, dont les murs sont en pierre d’Apricena, devait être un lieu d’accueil pour les fidèles: l’énorme parvis extérieur s’étend vers l’intérieur, dans l’aire liturgique, avec le même style de pavements, comme pour souligner cette continuité entre extérieur et intérieur.

IMG_6633

eglise

La Basilique San Domenico, également connu sous le nom Basilica Cateriniana a commencée à être construite en 1226, mais fut agrandie au XIVe siècle en lui conférant son aspect gothique.

Comme beaucoup d’édifices des ordres mendiants de cette époque, elle fut bâtie en briques. Son plan est en croix égyptienne.

Elle contient plusieurs reliques de sainte Catherine de Sienne, dont la maison familiale, désormais un sanctuaire, se trouve à proximité.

Mais qui est Catherine de Sienne?

Religieuse italienne, célèbre par son action durant le Grand Schisme et par ses expériences mystiques. Avant-dernière de vingt-cinq enfants, Catherine Benincasa naquit à Sienne probablement le 25 mars 1347. Son père, teinturier, et sa mère, fille d’un poète, jouissaient d’une petite aisance. Catherine avait six ou sept ans quand le Christ lui apparut. Déjà elle menait une vie de mortification et de prière ; à vingt ans, elle fut admise parmi les tertiaires dominicaines.

On a exagéré le rôle politique de Catherine de Sienne, mais son influence de mystique fut immense. Ne sachant pas écrire, elle a dicté de nombreuses lettres et son célèbre Dialogue, colloque entre le Père éternel et la sainte, où d’acerbes critiques contre les mœurs du  siècle alternent avec des élans d’amour passionné pour l’Église et le salut des âmes. Catherine y expose une théologie fort riche sur les vertus, le péché et son châtiment, la pénitence et le Verbe incarné. Même si, comme on peut le penser, ses compagnons théologiens l’ont aidée dans la rédaction de ses écrits, ceux-ci sont animés d’un souffle qui lui est personnel.

Catherine de Sienne

Catherine de Sienne fut canonisée en 1461. Elle fut proclamée patronne secondaire de Rome en 1866, patronne de l’Italie en 1939 et docteur de l’Église en 1970. Sa fête est fixée au 29 avril.

Qu’est-ce qu’un reliquaire?

Un reliquaire est un contenant destiné à recevoir des reliques. Historiquement, les reliquaires contenaient le corps, une partie du corps, un vêtement ou un objet ayant appartenu à un saint. Ils pouvaient prendre la forme d’un cercueil, d’une caisse en verre, d’un coffre, d’une fiole, d’une ampoule ou encore d’une capsule. Le contenu de certains reliquaires en dicte même la forme, qu’ils s’agissent de cœurs, de bustes, ou encore de pieds, de bras ou de jambes entières. Ces contenants devenaient à leur tour l’objet d’un culte ou, à tout le moins, d’une vénération certaine. À travers l’histoire et encore aujourd’hui, bien des rituels religieux et des processions sont articulés autour de reliques saintes.

Le reliquaire a évolué en parallèle de son aspect religieux et s’est retrouvé à désigner plus largement un objet rappelant une personne. Nous n’avons qu’à penser aux médaillons ou montres de poche contenant une photo ou une mèche de cheveux de l’être aimé, notamment.

IMG_6429

Claire avec une vue de Florence et du pont Vecchio.

Notre visite à Florence  fut de courte durée nous sommes donc rendus au centre de cette magnifique ville afin de voir les monuments les plus importants de la ville dont la cathédrale Santa Maria del Fiore et son dôme (el duomo). C’est la principale attraction de Florence. La cathédrale date du XIII ème siècle, elle signifie en français: cathédrale Sainte Marie de la Fleur en lien avec le Lys de Florence.
On peut diviser ces monuments de Florence en quatre parties:

La Cathédrale Santa Maria
Le Dôme
Le Campanile de Giotto
Le Baptistère

IMG_6451

La Cathédrale Santa Maria est très imposante de l’extérieur. Elle est la cinquième église d’Europe par sa taille. La façade si impressionnante est sujet à critique puisqu’elle fût refaite dans les années 1800. Elle est composée de 3 marbres de 3 régions différentes d’Italie: blanc, vert et rose.

IMG_6424Cathédrale Santa Maria del Fiore

Le dôme fût construit par l’architecte Filipo Brunelleschi en 1436. C’est le plus grand dôme du monde avec 45m de diamètre.

IMG_6435

Le dôme fût construit par l’architecte Filipo Brunelleschi en 1436.IMG_6450Le campanile fait une taille de 84 mètres.

De l’extérieur, vous pouvez admirer la porte du paradis et à l’intérieur, une très belle fresque du jugement dernier.IMG_6491La porte du paradis

Le Palazzo Vecchio est l’hôtel de ville de Florence. A l’origine, le palais était le siège du gouvernement de Florence. Il se nommait alors le palazzo della Signoria. Ensuite les Médicis ont déménagé de l’autre côté de l’Arno pour s’installer au Palais Pitti. C’est à ce moment-là que le palais fût nommé vecchio (vieux en italien) A l’intérieur, vous pouvez trouver la célèbre salle des cinq cents, l’une des plus célèbres pièces d’Italie.

IMG_6472Palazzo Vecchio

Après avoir pris un bon dîner dans l’une des petites rues du centre-ville de Florence, nous avons déambulé et nous avons eu la chance d’apercevoir quelques annonces pour le Palio de Sienne qui allait avoir lieu un peu plus tard dans l’année. J’ai d’ailleurs fait une présentation sur cette course lors de l’un de mes cours chez April-Fortier (Voir mon article le Palio de Sienne, un course en moins de 2 minutes).

Par la suite, nous sommes repartis en route vers Rome, notre dernier arrêt de ce beau voyage pour assister à la canonisation du Frère André de l’Oratoire  St-Joseph à Montréal.

IMG_7067

Nous étions plusieurs, tôt ce matin là, sur l’esplanade de la Place St-Pierre  pour assister à la canonisation de 6 nouveaux saints dont le frère André, fondateur de l’oratoire St-Joseph.  Il faisait beau  mais pas trop chaud. Nous avions la chance d’avoir des places assises. Cette cérémonie a été longue mais super intéressante. Cela terminait bien un autre beau voyage (pèlerinage en Italie, mon deuxième).

Une image vaux milles mots! Voilà!

Et comme dit si bien l’adage:  Jamais deux sans trois!

Voir voyage au Portugal (pour le troisième de mes pèlerinages)!

Pèlerinage en Terre Sainte (2006)

DSC01071
Tel-Aviv vue de la fenêtre de notre hôtel

C’est en 2006 que j’ai eu la chance de faire mon premier pèlerinage soit un pèlerinage en Terre Sainte. Je n’ai pas pu refuser cette offre extraordinaire. Comme j’ai été élevé dans la religion catholique je connais un peu l’histoire qui s’y rattache. Dans la famille c’est mon père qui était le plus pratiquant. Quand ma collègue m’a approché pour l’accompagner j’avais renoué avec la pratique de ma religion puisque j’accompagnais régulièrement mon fils à l’Oratoire St-Joseph puisqu’il était chanteur chez les Petits Chanteurs du Mont-Royal de l’Oratoire St-Joseph. Après la rencontre pour la préparation du voyage avec les gens  et du prêtre de la paroisse de ma collègue, j’étais convaincu que ce serait un voyage des plus intéressants.

Nous sommes donc parti quelques jours après la fête de l’Action de Grâces. Après un transfert en Suisse et quelques heures de vol nous arrivions è l’aéroport de Ben Gourion à Tel Aviv.   Centre culturel et commercial animé, nous y sommes passés la première soirée.

Le lendemain matin nous embarquions dans l’autobus pour le début de notre séjour en Terre Sainte.

La journée a débuté par un visite à Haïfa sur le Mont Carmel à la grotte d’Élie. C’est un lieu de pèlerinage reconnu pour les trois religions monothéistes, soit pour les juifs, les musulmans et les catholiques.

DSC01105
Élie combattant les prophètes païens de Baal. 

Déjà lors de cette première journée, j’ai appris beaucoup de choses dont soit je ne me souvenais plus ou que je n’avais jamais su! Une belle façon de découvrir certains lieux cités dans la bible. En plus, j’avais avec moi des gens super intéressants. Lors des trajets en autobus, notre guide en profitait pour donner les informations concernant l’histoire des lieux que nous allions visiter tandis que Père Francis complétait l’information par des passages de la bible qui correspondait avec l’endroit où nous rendions. Durant ses deux semaines de pèlerinage, j’ai beaucoup appris.  Cela m’a permis de re découvrir la bible et d’en apprendre davantage sur ma religion ainsi que sur les deux autres.

Après avoir laissé Élie à combattre ses démons, nous sommes dirigés vers le Port de Césarée.

DSC01094
Port de Césarée
DSC01137
Mont des Béatitudes, l’un de mes coups de cœur!

Lors de ce pèlerinage en Terre Sainte de 2006 j’ai eu la chance de visiter les  principaux  sites par où Jésus serait passé. Cela m’a permise de redécouvrir le Nouveau Testament!

Nous avons débuté par une visite à la Basilique de l’Annonciation, le lieu où Marie aurait reçu la visite de l’ange Gabriel.

DSC01205
La Basilique de l’Annonciation

Né à Bethléem, il grandit à Nazareth et fut baptisé dans le Jourdain par son cousin Jean le Baptiste près de Jéricho. La vie de Jésus se déroule dans une zone géographique relativement restreinte.

La majeure partie de sa vie se déroula autour de la région du Lac Tibériade où il prêcha, raconta des paraboles et accomplit des miracles.  L’un des premiers miracles qu’il fit eut lieu au Noces de Cana, non loin de Nazareth lors d’un mariage, où il changea l’eau en vin.

Nous avons eu droit à une belle cérémonie consistant au renouvellement des vœux de mariage des couples à cet endroit, malheureusement il n’a pas eu d’eau changé en vin….

Nous sommes rendus pour une visite rapide du lieu où Jésus aurait été baptisé, soit près de la source du Jourdain et un rapide coup d’œil du lieu de la tentation au désert soit au monastère grec orthodoxe de la Tentation.

Au lac Tibériade ou Mer de Galilée  nous avons résidé dans un kibboutz. J’ai adoré cet endroit. C’est d’ailleurs sur les rives de ce lac que Jésus à rencontrer et recruter (si on peut dire) ses premiers disciples des pêcheurs dont Pierre pour en faire des pêcheurs d`hommes.

Parlant pêche, Jésus a accompli un autre miracle dans le secteur du Lac Tibériade par la multiplication des pains (et des poissons). L’évènement est commémoré dans une jolie petite église de Tabkha, au sud-ouest de Capharnaüm.

Capharnaüm est l’endroit où ont eu lieu les enseignements de Jésus et serait aussi la ville natale de Pierre.

Je terminerai ma visite des sites du Nouveau Testament et du ministère de Jésus par la visite au Mont des Béatitudes et où a lieu le sermon sur la montagne soit l’un des discours le plus important dans l’enseignement du Christ, les Béatitudes. « Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le royaume des Cieux est à eux ». (Matthieu, V-VII)

DSC01253

Dôme du Rocher, Quartier Musulman

Je continue donc la description de mon voyage (Pèlerinage) en Terre-Sainte, cette fois la destination est Jérusalem! ô Jérusalem!

DSC01273

Vue de Jérusalem

DSC01270

Incroyable! Je suis à Jérusalem!

Effectivement la visite de Jérusalem ne laisse pas indifférent. Pour ma part, en tant que catholique je n’ai jamais été aussi proche des sources de ma religion. Mais Jérusalem a beaucoup à offrir et cela pour tous, toute croyance confondue! On pourrait dire qu’elle se divise comme un gâteau en quatre parts; soit une pointe pour le Quartier musulman, une pointe pour le Quartier Juif, une grosse pointe pour les Quartiers chrétien et arménien et la dernière pointe pour la Jérusalem moderne.

DSC01252.JPG

Le Dôme du Rocber

Je commencerai donc par le quartier musulman, aussi surprenant que cela puisse paraître la Via Dolorosa qui est le chemin pris par Jésus pour sa montée au Calvaire traverse ce quartier d’est en ouest! Nous passons d’ailleurs sous l’Arc de l’Ecce Homo, c’est de là que Pilate aurait jugé le Christ en déclarant Ecce Homo! (Voici l’homme!)  Quand même impressionnant même si tout cela s’est quand même passé il y a bien longtemps!

DSC01307

Ecce Homo!

Mais le plus impressionnant des lieux du Quartier est le Dôme du Rocher. C’est un lieu de pèlerinage et l’une des premières créations d’architecture musulmane et il reste l’une des plus grandioses.  De son esplanade nous avons une vue saisissante sur la vallée de Cédron. Cette vallée qui sépare la vieille ville de Jérusalem du mont des Oliviers.

DSC01254

Vue vers la vallée de Cédron

J’ai appris plein de choses intéressantes concernant la religion musulmane (à ce moment-là j’étais ignorante de pas mal de choses! en 2006!!) Le Dôme du Rocher est le troisième lieu saint de l’islam, après La Mecque et Médine, et aussi l’un des plus anciens et des plus beaux. Le Coran est le livre saint de l’islam et est considéré comme la parole d’Allah. Le lieu pour pratiquer la religion est la mosquée avec sa tour, le minaret, d’où est lancé l’appel à la prière par le muezzin, désormais remplacé par un enregistrement. L’islam repose sur cinq piliers soit le premier le Shahada qui est une profession de foi.   Le deuxième par des prières quotidiennes accomplies en direction de La Mecque. Le jeûne durant le Ramadan est le troisième des piliers tandis que le quatrième est l’aumône. Le cinquième consiste qu’au moins une fois dans sa vie tout musulman doit effectuer le pèlerinage à La Mecque, lieu de naissance de Mahomet.

DSC01255.JPG

Dôme de la Chaîne

J’ai observé lors de mon voyage en Terre-Sainte qu’un groupe de voyageurs en provenance des États-Unis  qui semblait avoir le même itinéraire que nous, semblait avoir quelques difficultés à avoir accès à certains sites. J’ai remarqué cette situation à Jérusalem ainsi qu’en Jordanie. J’en ai conclu que la politique a parfois des répercussions beaucoup plus importantes à ce qu’on pourrait croire. N’oublions pas que ce voyage se déroulait en octobre 2006 et que c’était Monsieur Bush qui était aux commandes des USA à ce moment-là!

Après notre visite du site du Dôme du Rocher nous avons eu droit à un bon dîner avec des spécialités locales, c’est à ce moment-là que j’ai découvert les falafels qui consistent en des boulettes de pois chiches frites servies dans un pain pita et une salade. Un délice!!!

DSC01268

Préparation des boulettes de pois chiches!

DSC01257

Le mur Occidental

Nous étions à peine sortie de notre restaurant que nous voilà en route vers le Quartier Juif de la ville. À me promener dans ses rues étroites et pavées, je me sentais comme une petite souris prise dans un labyrinthe. Ces haut murs semblaient continuellement se resserrer autour de moi, malgré les nombreuses boutiques qui sillonnaient notre parcours je me sentais vraiment cerné de toute part. J’ai alors réalisé le pourquoi de cette sensation est que je ne pouvais voir à l’horizon, mon champ de vision était constamment  bloqués par ce mur de briques beiges.  De l’espace, de l’air…

DSC01259

Devant le Mur Occidental le lieu le plus saint du judaïsme.

Cette sensation d’étouffement m’a quitté lorsque nous avons finalement abouti sur le lieu saint du judaïsme, le Mur Occidental ! Connu aussi sous le nom du mur des Lamentations. Ne vous méprenez pas car les juifs qui sont ici ne se lamentent pas mais prient. L’esplanade du Mur occidental est une synagogue en plein air. Il y a des groupes qui se réunissent pour réciter les offices quotidiens ainsi que ceux du shabbat et des jours de fêtes. Elle est aussi pour les cérémonies comme le bar-mitsva et la bar-mitsva (communion d’un garçon ou d’une fille). Pas  chicane puisqu’il y a deux zones de prières réservées soit à gauche pour les hommes et à droite pour les femmes. Je n’ai pas pu résister à la tentation et j’ai glissé moi aussi entre les pierres du mur mon petit papier avec une petite prière pour tout mon monde.

DSC01261

Je n’ai pas pu résister à la tentation et j’ai glissé moi aussi entre les pierres du mur mon petit papier avec une petite prière pour tout mon monde.

J’ai appris bien des choses (encore!) concernant cette fois la religion juive. En voici un bref résumé, leur livre saint est la Torah, le judaïsme se transmet par la mère, la synagogue est leur lieu de pratique, il utilise le yad pour suivre le texte sacré sans le toucher, la menora est ce beau chandelier à sept branches qui reproduit le candélabre qui se dressait dans le Temple de Salomon.

Mon coup de cœur lors de ma visite au mur occidental va pour ce groupe de jeunes femmes qui venaient de terminer leur formation militaire et venait célébrer leur réussite, un paquet de belles jeunes filles dynamiques et joyeuses ont envahi pour un court laps de temps l’esplanade du mur occidental et ce sans trop de lamentations.

DSC01263

Des jeune femmes en visite au Mur Occidental.

Finalement les juifs sont confrontés au même problèmes qu’au deux autres religions monothéistes puisque leurs disciples sont divisés. Certains sont plus croyants et pratiquants, d’autres sont ancrés dans la tradition,  les autres sont soucieux d’adapter les obligations rituelles tandis que ceux qui restent n’accordent que peu d’intérêt à la religion.


C’est le matin nous sommes tous frais et dispo. Père Francis nous a invité à faire la Via Dolorosa, la voie douloureuse, le chemin parcouru par le Christ avant sa crucifixion.  La vue de Jérusalem de cet endroit est superbe.

DSC01297

Une vue splendide

Après une visite du tombeau de la Vierge, la chapelle du Dominus Flevit, l’Église de Toutes-les-Nations, l’Église du Pater Noster et le départ a eu lieu sur le Mont des Oliviers du jardin de Gethsémani.  L’itinéraire est marqué par 14 stations. Certaines sont signalées par de simples plaques murales tandis que d’autres se trouvent dans des bâtiments. Les cinq dernières sont situées dans l’église du Saint-Sépulcre.

Nous voilà parti!

Première station:  Condamnation à mort du Christ.

Deuxième station: Jésus se charge de sa croix après avoir été flagellé et couronné d’épines.

DSC01304

Troisième station: Le Christ tombe pour la première fois.

Quatrième station: Rencontre avec Marie.

Cinquième station: Simon de Cyrène porte la croix de Jésus.

DSC01309

Sixième station: Véronique essuie le sang et la sueur sur le visage du Christ.

Septième station: Deuxième chute du Christ.

Huitième station: Jésus se retourne pour consoler les filles de Jérusalem.

Neuvième station: Troisième chute du Christ.

DSC01308

Dixième à la treizième station: Ces quatre stations (partage des vêtements, crucifiement, mort de Jésus et déposition) se trouvent toutes à l’endroit où la tradition situe le Golgotha, à l’intérieur du Saint-Sépulcre.

DSC01314

Quatorzième station: Le sépulcre est la dernière station. Le tombeau appartenait à Joseph d’Arimathie qui demanda le corps de Jésus à Pilate.

DSC01266.JPG

Visite du quartier par les toits

Après une journée bien remplie à déambuler dans le dédale des rues de Jérusalem, nous avons conclu notre visite dans le quartier chrétien où se trouvait d’ailleurs notre hôtel en passant par les toits.

Voici un bref résumé de la religion du christianisme, notre livre saint est la bible avec son ancien et nouveau testament. On retrouve les évangiles écrits par Luc (représenté par un taureau) , Mathieu (représenté par un ange),  Marc (représenté par un lion ailé) et Jean (représenté par l’aigle). Notre lieu de pratique est l’église et la cérémonie est l’eucharistie.  Deux grandes fêtes sont célébrées Noël qui célèbre la naissance de Jésus et la Pâque, la  crucifixion et sa résurrection. Nous avons aussi les sacrements, soit le baptême (à la naissance), la communion, la confirmation, la confession, la profession de foi, le mariage et le sacrement de l’extrême onction  (pour les morts).

Maintenant une visite au St-Sépulcre, le haut lieu du christianisme était de mise.

DSC01284

Pierre de l’Onction

Édifiée sur le site supposé de la crucifixion, de l’ensevelissement et de la résurrection du Christ. Après s’être presque perdu en chemin entre notre hôtel et la basilique dans le labyrinthe des rues nous sommes parvenus sur le parvis. Une fois à l’intérieur il nous a fallu un certain temps pour que notre vue s’habitue à l’obscurité de l’endroit. Pour ma part j’ai débuté par la pierre de l’onction, l’endroit ou le corps du Christ y aurait été oint après sa mort.

Par la suite je suis monté l’escalier à droite de l’entrée. Sur le Golgotha, la vitre qui entoure l’autel grec orthodoxe permet de voir le rocher vénéré comme le lieu de la crucifixion. J’étais curieuse de savoir pourquoi nous étions surveillé par un prêtre tout de noir vêtu, un prêtre orthodoxe. Il faut mentionner ici que plusieurs communautés chrétiennes sont présentes soit les églises syriennes et grecques orthodoxes, les Arméniens, les Éthiopiens et les Coptes. Les Catholiques Romains sont là depuis les croisades et les protestants sont les derniers de ce groupe. On comprends maintenant la signification de l’expression populaire suivante: !Y a du monde à messe!

DSC01320

L’entrée du tombeau du Christ

Ma surprise était loin d’être terminé quand j’ai aperçu la ligne interminable de pèlerins qui attendaient pour la visite du tombeau du Christ, le site le plus sacré de l’endroit. J’ai encore été plus surprise lorsque j’ai réussi à rentrer à l’intérieur du monument et de voir tous ses cierges qui brûlaient autour de ce bloc de marbre qui couvre le rocher sur lequel aurait reposé le corps du Christ…

Une fois la visite terminée nous sommes retournés à notre hôtel l’âme en paix et le cœur léger!

St-Jacques de Compostelle express!

IMG_2006
Sur le Sentier de Compostelle

Le lendemain après s’être remis du souper-spectacle et du Fado de la veille nous sommes montés à bord de l’autobus qui allait nous amener en Espagne pour une visite rapide à St-Jacques de Compostelle et la conclusion de notre voyage.

J’ai toujours souhaité faire le sentier, j’allais avoir la chance d’en faire un petit bout.

Après une bonne nuit, passée dans une cellule d’un monastère de Poio, nous étions prêts le lendemain matin pour aller marcher sur le sentier. Notre gentille organisatrice nous avait fait préparer des boîtes à lunch pour notre déjeuner que nous allions savourer sur le sentier.

IMG_2121

IMG_1998
Un autre rêve qui se réalise, voir St-Jacques de Compostelle et faire un petit bout de chemin.

Les quelques kilomètres que j’ai faits se sont bien déroulés. J’avoue cependant que pour quelqu’un qui désire le faire plus sérieusement, il se doit de bien se préparer tant physiquement que psychologiquement. J’ai adoré marcher en silence mais à la longue, moi qui aime le monde, j’aurais fini par m’ennuyer. Mais l’expérience en a valu la peine! Nous étions tous fiers de nous retrouver à notre point de rendez-vous à la Basilique (qui était d’ailleurs en rénovation) .

Ceux qui avaient choisi de faire les quelques kilomètres suggérés, les ont tous complétés. Nous étions très fiers de nous! Il va de soi que le reste de la journée s’est déroulé bien relax. Moi et Danielle, une compagne de voyage, en avons profité pour compléter l’achat de souvenirs pour nos enfants et petits enfants. Une belle conclusion pour un super de beau voyage! Et un troisième pèlerinage…. check!

IMG_2260
Merci!

À voir! Mes deux anciens pèlerinages soit celui en Terre Sainte (2006) et celui pour la canonisation du frère André en Italie (Rome, 2010)….

Souvenirs de voyage au Portugal et Espagne! (2018)

 

Bonjour! Mon cours comme conseillère en voyage se déroule très bien! J’ai avec moi un groupe jeune et dynamique, des bons professeurs ce qui me donne comme résultat, des notes extraordinaires. De ces temps-ci je suis dans la période des gros projets. Je fais la farce à mes amis que je suis prise entre des Colombiens et des Vikings puisque que l’un de mes travaux soit celui en destination soleil porte sur Carthagène et l’Ile de San Andres en Colombie et le second, mon gros travail de session (V3) porte sur la création d’un circuit à la carte sur les Vikings.  Mais là n’est pas le sujet principal de cette article.

Mon voyage au Portugal a consisté à mon troisième pèlerinage. J’ai d’ailleurs l’intention de vous entretenir des deux autres prochainement soit celui en Terre-Sainte que j’ai fait en octobre 2006 et celui de mai 2010 en Italie qui coïncidait avec la canonisation de notre Frère André de l’Oratoire St-Joseph de Montréal. J’aurais beaucoup d’anecdotes à vous conter concernant ses deux merveilleux pèlerinages et les nombreuses coïncidences qui se rattachent à ses deux voyages.

En attendant je vous présente donc mon voyage au Portugal avec ce troisième pèlerinage à Fatima ou j’ai eu la chance d’assister à la canonisation par le Pape François des deux jeunes bergers qui ont été témoins de l’apparition de la Vierge.

C’est parti!

 

IMG_1440

 

 

Notre première visite a été pour Saint Antoine. Ce fameux Saint Antoine des causes ou des choses perdues! Il n’est donc pas de Padoue ce cher Saint Antoine mais de Lisbonne. Juste une petite erreur de géographie!  De toute façon, n’importe d’où est sa provenance, il demeure efficace.

IMG_1433

 

C’est d’ailleurs par l’église qui lui est dédiée que nous avons débuté notre visite  à Lisbonne. Un endroit où se croise dangereusement tous les transports de Lisbonne soit les taxis, les autos, les trams ainsi que les énormes autobus de touristes.  Nous avons donc déambulés à pieds lentement et prudemment à la queue leu leu… dans les rues de St-Miguel et du Sé. Mon attention a surtout été attiré par ses différentes œuvres que l’on peut apercevoir sur les murs des habitations et qui sont constituées par ses nombreux carreaux de faïence décorés et qui porte le nom d’azulejos.  De  toute beauté!  J’en ai pris de nombreuses en photos.

IMG_1464

IMG_1472

 

DSCN0062

Le second coup de cœur est par la dégustation de ses savoureuses pâtisseries, les Pasteis de Belem ou encore le pastel de Nata. Elles fondent dans la bouche.

 

IMG_1489

Après cette dégustation, nous avons repris la route et nous sommes rendus au Palais National de Pena.

IMG_1503
Palais de Pena à Sintra

Un palais multicolore digne d’un palais de Walt Disney! De toutes sortes de couleurs vives et de plusieurs styles d’architecturaux comme le mauresque, le baroque, le gothique, la renaissance et le manuélin . Chacun d’entre nous y a trouvé quelque chose pour éveiller sa curiosité. Cela m’a rappelé mon travail d’été comme guide touristique au Musée Maritime de mon village natal avec tout ce qui se rapporte à la  mer et aux outils de navigation comme un peu les éléments que l’on retrouve dans l’architecture manuélin.  Le style manuélin m’a beaucoup impressionné lors de mon passage au Portugal alors pardonné moi si je mets un plus d’emphase sur ce sujet.  Parlant de sujet, le gardien de la porte qui nous permet de pénétrer dans le palais est un triton, créature hideuse.

IMG_1521
Le triton entouré de coquillages

Le style manuélin est un style de décoration apparu sous le règne du Roi Manuel 1er  du Portugal. L’art manuélin s’inspire beaucoup des thèmes de la mer et des instruments de navigation du temps. Si on observe bien les différents oeuvres manuélines nous pouvons souvent y découvrir des coquillages, des coraux, des motifs de vagues, des poissons, des ancres, des instruments de navigation et des cordages. La sphère armillaire et la Croix du Christ complètent la décoration et sont les symboles associés au roi Manuel 1er.

Après une visite des différentes pièces du Palais nous étions à reprendre la route en direction de Lisbonne.

Que de beaux quartiers à visiter à Lisbonne! Malgré un itinéraire bien chargé nous avons réussis à aller jeter un coup d’œil rapide à des sites intéressants dans chacun des quartiers.

Nous avons débuté par le quartier de l’Alfama et le Sé de San Antonio. La vue de la terrasse du Miradouro de Santa Luzia sur le Tage est impressionnante.

IMG_1461

Nous avons découvert le quartier de Baixa et Avenida à pieds. Nous avions tout l’après-midi libre pour faire les boutiques. Notre rendez-vous avait été donné devant le restaurant aux arches dorées sur la Place Rossio. J’avais porté une attention particulière sur la disposition des lieux avant de partir en exploration. Sur la place Rossio, il y a un monument représentant un beau cavalier sur son destrier et de chaque côté deux belles fontaines.

IMG_1558

Me voilà donc parti seule, première erreur, à l’aventure. Je me suis dirigée vers le bord du fleuve sur la praça do Comércio. Une bonne marche si j’en crois ce que la guide m’a dit par la suite. Pour ne pas perdre de temps je m’étais dit que je dînerai plus tard. Après avoir prise un paquet de photos, je retourne lentement vers notre point de rendez-vous, où une fois sur place j’ai l’intention de mangé tout en attendant les autres, deuxième erreur. Je marche, je monte des petites rues et je descends des petites rues. Je commence a avoir soif, car ma bouteille d’eau est vide et je dois avouer que la faim me tenaille. J’arrive finalement sur une place au centre de laquelle il y bien une statue mais les deux fontaines ne sont plus là! Mon Dieu! Quelqu’un a fait disparaître les deux fontaines!

Je suis perdue, j’ai soif et j’ai la tête qui tourne signe que j’ai vraiment très faim ! Je prends donc une grande respiration et je décide d’arrêter de tourner en rond et de m’attabler à un charmant petit resto et de prendre une bonne bière. Enfin! une bonne décision.

IMG_1591

Après une bonne bière, non deux bonnes bières et la bedaine pleine d’un bon sandwich, j’ai les idées plus claires! J’aperçois alors deux gentils policiers! Je les avise qu’ils se sont fait voler deux fontaines! Bien sûr, ils n’ont rien compris à mon charabia puisque mon portugais est loin d’être aussi bon.  Mais la chose qui ont compris c’est que je suis perdue.  Ah! Ah! Après m’avoir indiquer le bon chemin, je me remets en marche en remerciant de tout mon coeur, mes deux chevaliers, non policiers.

Je suis encore trop loin de la Place Rossio puisque je suis à la Praça de Figueria. Finalement  après une bonne marche je retrouve, ma statue, mes deux fontaines, mon groupe et l’autobus qui nous ramène à l’hôtel. Tout est bien qui fini bien! Et j’ai pleins de photos et d’anecdotes à conter à mes camarades de voyage au souper.

Le quartier de Bairro Alto et Estrela a été visité rapidement en autobus.

Il nous restait le quartier de Belém à visiter.

IMG_1588
Mosteiro dos Jeronimos

Située à l’embouchure du Tage, Belém est un hymne à la gloire des marins du Portugal. C’est d’ailleurs à cet endroit que j’ai découvert le plus d’oeuvres de style manuélin. A commencer par le Mosteiro dos Jerônimos, le grandiose monastère des hiéronymites (l’ordre de St-Jérôme)  au style manuélin (que j’adore!) avec son cloître et son portail impressionnant.

DSCN0136
Cloître
DSCN0112
Portail sud

Par la suite une petite pose s’imposait et nous sommes tous sans exception rendu là!

DSCN0146
Miam! Miam!

Après s’être tous bien sucrés le bec, nous nous sommes rendus au Padrao dos Descobrimentos (le monument des Découvertes) au bord du Tage. En forme de caravelle , chacun des personnages qui y sont représentés sont des personnages liés aux Grandes Découvertes Henri le navigateur qui se tient à la proue soit le premier devant, il y a aussi Magellan et Vasco de Gama pour en nommer que quelques-uns. Monument impressionnant puisque qu’il donne l’impression que les personnages veulent s’élancer vers la mer.

DSCN0167
Monument des Découvertes

Et mon coup de cœur est pour cette Tour de Belém qui reproduit si bien le style manuélin. Manuel 1er qui la fit bâtir. Les détails que nous observons tout autour (quasi la reproduction d’un bateau) sont typiques du style manuélin. Des sphères armillaires et des cordages sont très visibles.

DSCN0156
Tour de Belém

IMG_1706

Mes compagnons de voyage!

Nous voici ce matin en route vers Evora mais avant tout un petit arrêt pour rencontrer le petit cousin du Christ en Croix du Brésil celui de Pragal soit le Cristo Rei.  C’est d’ailleurs à cet endroit que nous avons célébré une messe avec nos six prêtres. Nous avons été choyé pour ce pèlerinage.

DSCN0302

Tiens donc ça me rappelle quelque chose!     (Voir Voyage au Brésil)

Nous avons aussi profité de la belle vue sur la ville ainsi que sur le pont que nous avons emprunté pour traverser le Tage soit le Ponte 25 de Abril. Nommé ainsi en l’honneur du jour de la révolution des Œillets qui s’est déroulée le 25 avril 1974.

DSCN0295

Ponte 25 de Abril

Nous avons repris la route pour arriver en début d’après-midi Sé de Sao Pedro à Evora.

DSCN0311

Templo romano

Nous avions tous hâte de voir l’église de Sao Francisco parce que nous avions entendu dire qu’elle possédait une chapelle contenant les ossements de 5000 moines: La capela dos Ossos (Chapelle des Ossements). Si nous nous dépêchions nous allions avoir le temps de la visiter avant la fermeture.  Après un sprint nous y sommes parvenus!

IMG_1726

L’entrée de l’église de Sao Francisco et ses beaux azulejos

IMG_1744

Capela dos Ossos

Après une promenade dans les rues d’Evora et un peu de magasinage (enfin!) nous étions près  nous rendre à notre hôtel dans la ville de Malagueira.

IMG_1755

Evora- Malagueira

DSCN0321

Château de Tomar

IMG_1779

Château du XII siècle

IMG_1794

Azulejos

Lors de mon voyage au Portugal j’ai toujours quelque chose pour titiller ma curiosité il y a eu les azulejos à Lisbonne, les pâtisseries et les différents symboles manuélins de Belém et l’Ordre des Templiers à Tomar.

L’Ordre des Templiers??? Qui étaient-ils vraiment? Quel était le fameux trésor qu’ils ont caché ou protégé pendant tout leur existence? L’ordre des templiers est-elle vraiment disparue?

Wouah! J’adore les mystères! À Tomar, j’ai eu l’agréable surprise de retrouver des traces des Templiers.

DSCN0323

Convento de Cristo

IMG_1814

Croix de l’Ordre des Templiers

C’est Gualdim Pais, le premier grand maître de l’ordre des Templiers qui a fondée Tomar et qui fit ériger le château sur des terres données à l’Ordre par le roi.  Son château abrite le convento de Cristo et recèle plusieurs traces des Templiers.

Il va sans dire  que j’ai porté attention à tous les explications de notre gentille guide. Une légende repris dans un livre d’Umberto Eco qui parle de douze rois mages m’a beaucoup intéressé. Je me suis d’ailleurs empressé lors de mon retour d’aller à la bibliothèque pour chercher le livre portant le titre de Baudolino.

IMG_1802

Charola

Charola ou rotonde ou encore octogone doré sont les noms donnés pour décrire cette oratoire des templiers qui est le cœur du monastère. C’est en 1356 que Tomar devient le siège de l’ordre du Christ au Portugal.

IMG_1813

Secret?

Il y aurait un message concernant le secret des Templiers dans cette photo!!?

IMG_1820

Fenêtre de la face ouest de l’église du Convento de Cristo à Tomar.

Nous avons terminé par la fenêtre de la face ouest de l’église avec ses nombreux symboles manuélins. Ont peut apercevoir, la sphère armillaire symbole de Dom Manuel 1er, des cordages, quelques coquillages et la croix de l’ordre du Christ.

L’ordre du Christ ou l’ordre des Templiers!?!?

Un petit résumé de ce que notre guide nous a conté pour éclaircir ce qui peux porter à  confusion. L’Ordre des Templiers, étant formé de chevaliers qui participèrent au croisade, aidèrent les Portugais à combattre les Maures. En échange, ces chevaliers reçurent des terres et acquirent un pouvoir politique. Grâce à eux des châteaux, des églises et des villes virent le jour. C’est en 1314 que les choses se gâtèrent pour l’Ordre puisque le pape Clément V interdit cet Ordre. Mais au Portugal , le roi Dinis le transforma alors en l’Ordre du Christ. Cette Ordre hérita des biens et des privilèges des Templiers.  Les idéaux d’expansion chrétienne connurent une nouvelle heure de gloire lorsque Henri le Navigateur, le grand maître, investit la fortune de l’ordre dans les explorations. L’emblème de l’Ordre du Christ est la croix carrée.

Donc j’ai finalement conclu que le trésor, s’il y en a eu vraiment un, fut investi dans l’exploration maritime. D’ailleurs Henri le Navigateur a créé selon sa légende une grande école de navigation au Portugal et qu’à sa mort, il détenait le monopole de tout le commerce au sud du cap Bojador.

Sans le savoir je n’avais pas encore fini avec mes chevaliers de l’Ordre.

Nous avions assisté quelques jours avant  à la canonisation des deux jeunes bergers mais j’étais curieuse de savoir ce qu’il était advenu de la troisième personne du trio soit Lucie. En chemin vers Coimbra pour nous rendre visiter le lieu où a résidé Lucie vers la fin de sa vie. Nous somme passés par différents secteurs de Coimbra soit Santa Clara, Santa Cruz, pour finalement arriver à Sé Nova.

IMG_1853
Lucia Santos 

Lucia devint carmélite et est morte en 2005. Elle attends patiemment d’être canonisé à son tour.

Nous avons la chance d’assisté à la messe célébrée par nos six prêtres. Une première pour moi pour ce troisième pèlerinage nous étions choyés.

IMG_1850
Six prêtres pour célébrer la messe! Nous somme choyés!

Il faisait très chaud la journée de visite dans la région de Coimbra. Nous avions hâte de retrouver une bonne chambre d’hôtel mais avant nous avions une dernière visite à faire. Voir l’université de Coimbra qui fait la fierté des Portugais.

Notre guide pour terminer la journée nous a livré ce petit poème qui résume le Portugal!

À Braga on prie

À Porto on travaille

À Coimbra on étudie

À Lisbonne on s’amuse

IMG_1941

Porto!

Oporto! Deuxième ville du pays située près du Douro. J’ai adoré Porto! Nous avons visité pleins de sites intéressants, fait une croisière sur le Douro, traverser un pont et fait une dégustation de Porto!

Une journée splendide avec une atmosphère extraordinaire. Il faut dire que nous commencions à tous nous connaître.

Nous avons débuté notre visite à la gare, cela peut sembler bizarre mais il faut avouer que celle-ci est particulière car ses murs sont composés en bonne partie par des murales d’azulejos.  La gare d’ Estaçao de Sao Bento est installée sur le site d’un monastère. Les azulejos illustrent les transports, des fêtes champêtres et des scènes historiques.

IMG_1896

Estaçao de Sao Bento

IMG_1879

La torre dos Clérigos

Par la suite j’ai croisé un autre beau chevalier, celui là se tenait près du Sé de Porto.

IMG_1903

Vimara Peres

Cette belle statue représente Vimara Peres qui en 868  (ça fait un petit bout de temps)  qui a pris la ville de Porto aux mains des Maures. Mon chevalier se tient fièrement près de la Cathédrale de Porto ( Sé de Porto), non loin de la belle terrasse qui nous offre une vue splendide sur la ville et les chais de différentes compagnies situées de l’autre côté.

 Vue de la ville de Porto.

Nous étions prêts à assister à une autre belle messe célébrée dans le Sé de Porto.

Avec nos six prêtres dans le chœur de l’église, nous avons suscité beaucoup de curiosité.

Par la suite nous sommes descendus sur les bords du Douro pour notre dîner et du temps libre pour l’achat des souvenirs de Porto.

Nous sommes prêts  déguster!!!

Par la suite nous avons traversé à pieds le Pont Dom Luis 1er pour nous rendre de l’autre côté afin d’aller participer à une dégustation de Porto dans un des nombreux Chais de la ville.

Nous nous sommes beaucoup amusés lors de la dégustation des trois sortes de Portos. Disons que lors de l’embarquement pour la croisière sur le Douro nous ne sommes pas passés inaperçu et que le hasard a voulu que ma fidèle caméra m’a lâché. Donc je n’ai pas pu immortalisé ce chœur de chant improvisé et prendre les photos sur la croisière.

IMG_1951

Mais dans la soirée je me suis munie de mon Iphone pour me permettre de photographier ce qui allait se passer à notre souper d’adieu au Portugal. Ce souper spectacle consistait à une prestation de Fado et de danses traditionnelles.

Pèlerinage à Fatima

IMG_1623
Fatima le 13 mai 2017

Bon nous y voilà! Le but ultime de notre voyage, Fatima. Nous sommes arrivés tôt afin de bien nous orientés sur le site. Et quel site! Effectivement, l’esplanade est deux fois plus grande que la place Saint-Pierre de Rome. Une chance car il y avait mais beaucoup de monde ce matin du 13 mai 2017. Je dois avouer qu’il ne faut pas être claustrophobe ou agoraphobe lors de ses rassemblements. Mais ce matin-là, il faisait si beau, notre groupe malgré nos bonnes intentions, a été séparé mais notre accompagnatrice nous avait bien préparé. Nous avions un point de rencontre à la fin de l’après-midi pour nous rejoindre pour la procession aux flambeaux qui avait lieu le soir même.

IMG_1614
Procession de Notre Dame de Fatima

De mon grand groupe de quarante personnes, j’ai eu la chance d’être avec un groupe de huit personnes super sympathiques et qui malgré la longue attente nous avons eu beaucoup de plaisir à échanger sur l’histoire de Fatima et des trois jeunes bergers. Aujourd’hui nous allions assister à la canonisation des deux plus jeunes soit Francisco et Jacinta Marto qui eux furent béatifiés en 2000. La troisième Lucia, la plus âgée et qui devint carmélite est morte en 2005. Des trois bergers c’est la seule qui entendit les trois secrets de Fatima. C’est le Pape François qui allait célébrer cette cérémonie.

IMG_1618
Des millions de pèlerins sont au rendez-vous!

Malgré une foule dense et un soleil radieux la cérémonie s’est déroulée sans problèmes. Nous avions tous un petit quelque chose à manger et ce fut une belle occasion de partage. Le seul hic est que nous n’avions pas de sièges pour nous asseoir et je dois avouer que d’être debout pendant tout ce temps-là c’est long. Nous avions deux gentils Monsieur qui se sont offerts afin d’aller acheter quelques petits bancs pliables.

Finalement nous avons réussis par un jeu de chaise musicale à pouvoir nous asseoir chacun notre tour.  Tout cela a créé des liens dans notre petit groupe qui sont restés pour le reste du voyage. Je portais une attention particulière aux personnes plus âgée. On nous avait aussi mentionné de ne pas oublier de bien s’hydrater, de boire beaucoup d’eau.  Mais à boire de l’eau cela cause un autre problème, tu finis par avoir envie. Comme il faisait  beau et chaud le tout a fini par s’évaporer tout seul. Ah! Ah! Je ne voulais pas m’éloigner trop de notre petit groupe pour aller aux toilettes afin de ne pas les perdre dans cette grande foule.

C’est au moment de la communion, que je me suis finalement perdue. Eh! oui j’ai réussi à aller communier mais je n’ai pas réussi à revenir malgré que nous nous tenions par la main.  Deux minutes d’inattention et pfff! nous étions séparés. J’ai donc assisté  à la fin de la cérémonie loin de mes compagnons de voyage. C’est grâce à la haute stature du beau Monsieur qui était à côté de moi qui m’a permis de les retrouver. Une autre erreur majeure que j’ai faite est d’avoir laissé ma bouteille et mon sac à dos avec le groupe. Un conseil  toujours garder vos affaire avec vous! Parole de fille perdue et stressée! C’est grâce à la grande stature de ce beau Monsieur sur la photo que je me suis retrouvé! Merci! Monsieur! Que Dieu vous bénisse!

IMG_1626
Merci Monsieur ! Grâce à vous je ne me suis pas perdue!

Malgré toutes ses émotions une très belle surprise nous attendait. Lorsque nous sommes revenus de notre visite aux toilettes nous sommes tombés sur le départ du pape. Wouah! Je pense que jamais je ne reverrai le Pape d’aussi près!

IMG_1645
Pape François!

Après cette belle cérémonie et cette rencontre  particulière  nous étions prêts pour la visite du site de Fatima et la procession aux flambeaux dans la soirée. Une journée bien remplie Fatima!

IMG_1699
DSCN0253
Devant la statue du Pape Jean-Paul II et mon précieux petit banc!
IMG_1675
Fatima de soir
IMG_1678
Mon flambeau

Quoi dire de plus!

Moi et Ernest

 

Je ne peux m’empêcher d’écrire ce petit chapitre concernant ce lien  mystérieux qui s’est créé  entre moi et Feu Monsieur Ernest Hemingway au gré de mes différents voyages.  

 

Il y a de cela quelques années j’avais entendu parler de ce célèbre écrivain américain par mon frère qui au CEGEP avait eu une lecture obligatoire et dont sa lecture l’avait fortement impressionné. Comme mon frère n’est pas forcément un grand amateur de lecture cela avait attiré mon attention puisqu’il avait été subjugué par ce livre. Étant un grand amateur de plein air et de pêche il n’avait pas résisté longtemps à lire d’un bout à l’autre ce livre de Monsieur Hemingway. Curieuse je lui avais demandé quel était le titre de ce fameux livre ainsi que le nom de son auteur, il m’avait alors répondu le titre du livre:  Le vieil homme et la Mer d’Ernest Hemingway.

 

Mon premier contact avec l’histoire d’Hemingway à débuter en 2003 lors de mon premier voyage avec ma collègue à Cuba. Je n’ai pas pu résister à en connaître un peu plus sur la vie de cet écrivain qui avait tant marqué mon frère.

 

Ce que j’ai découvert en premier concernant celui-ci était qu’il aimait bien s’amuser. D’ailleurs c’est lors de la dégustation d’une de ses préparations alcoolisées (le mojito) dans l’un des bars que fréquentait celui-ci qui m’a fait connaître un peu plus le personnage.

 

Boisson à  base de rhum et de menthe ce fut l’un de mes nombreux coups de cœur lors de ce premier voyage à Cuba. J’en ai consommé d’ailleurs plusieurs durant mon séjour un peu comme son créateur aimait le faire.

Lors de mon second voyage à Cuba l’année suivante cette fois en compagnie de mon fils j’en ai profité pour l’amener à la Havane afin de  lui faire découvrir deux personnages qui ont laissé leur marque soit le premier du côté politique soit Monsieur Fidel Castro et celui du côté de l`écriture qui s’est établi un certain temps à Cuba et a permis de faire connaître le pays par ses écrits soit Monsieur Ernest Hemingway.

 

Mon fils, pour sa part, est revenu subjugué par l’histoire du pays et en particulier l’un des bras droit de l’époque de Castro soit le Che (Chechevarra).

 

Par la suite, j’ai fait quelques voyages où j’ai toujours croisé ou entendu parler de quelque chose ayant de près ou de loin un rapport avec Ernest Hemingway. A Paris, avec ma fille cette fois, on m’a parlé qu’au début de sa carrière que c’est à Paris qu’Ernest  a fait ses débuts et qu’il faisait partie de ce qu’on appelle La Génération Perdue.

À Londres, j’ai trouvé quelques traces de celui-ci lorsqu’il était  journaliste durant la seconde guerre et je n’avais pas encore fini avec les surprises. J’avais l’impression parfois que je suivais sans trop le savoir plus ou moins ses traces.

La rencontre qui m’a le plus surprise est lorsque je suis rentrée face à face avec une photo d’Ernest prise lors d’un safari en Afrique. J’étais au Kenya pour un safari avec un petit  groupe de personnes lorsqu’un soir en nous rendant dans un mignon petit pavillon à Amboseli afin d’observer le repas des grands fauves j’ai découvert cette photo.

 

Photo 291
Ernest à la chasse en plein Safari!

C’était la première chose qui m’a sauté aux yeux lors de mon entrée au deuxième étage du pavillon. La photo n’était pas des plus récentes surtout jaunie par le temps mais on pouvait y voir Hemingway assis  tenant son fusil de chasse à ses pieds la dépouille d’un léopard. Je lui en ai un peu voulu que ce soit un léopard sur la photo car du big fie il nous manquait que le léopard que nous n’avions pas aperçu. Et il en avait un là, mort aux pieds d’Ernest!

 

Je n’ai pas pu m’empêcher de m’exclamer à la vue de cette photo.

Mais est-ce qu’il me suis et les autres de me répondre non, c’est toi qui le suit. Ah! Ah! Cré Ernest.

 

199
Hemingway en bon épicurien fait la fête!

 

Bien sûr, lorsque je me suis rendue à Venise je n’ai pu résister à aller déguster un Bellini au Harry’s Bar. Fondé en 1931 par Giuseppe Cipriani, il est un lieu très visité surtout par les américains de passage par là. Situé tout près de la Place St Marc, il fut fréquenté de 1949-1950 par Hemingway  à l’époque où il terminait l’écriture des romans, Au-delà du fleuve et Sous les arbres, dans lequel le Harry’s bar est cité de nombreuses fois. Les deux créations les plus populaires de l’endroit sont le cocktail Bellini et le carpaccio.

 

J’ai donc pris quelques minutes pour aller à la bibliothèque nationale de Montréal où je suis abonnée pour prendre connaissance de la bibliographie de Monsieur Hemingway afin de mieux le connaître et de ne plus paraître trop surprise si jamais je rencontre encore de ses traces dans l’avenir. C’est un peu une sorte d’histoire de flirt ou d’amour entre lui et moi. J’ai toujours hâte de voir où je vais en entendre parler ou encore où je vais apercevoir une photo de lui. 

J’ai d’ailleurs lu quelques-uns de ses livres. Paris est une fête, m’a permis d’en apprendre plus sur cette génération dite de la Génération Perdue. C’est Gertrude Stein qui a créé ce groupe pour décrire un groupe d’auteurs américains expatriés à Paris durant l’entre-deux-guerres. Groupe dont a fait partie F. Scott Fitzgerald qui a écrit Gatsby le Magnifique ainsi que Monsieur Ernest Hemingway. L’Adieu aux Ames m’a beaucoup impressionné mais je sens une lassitude dans le style d’écriture de Monsieur Hemingway qui va devenir sa marque de commerce dans les années à venir et préparer à sa tragique fin tel qu’on la connaît.

 

 

 

 

 

    

 

Souvenirs de Chine!(2012)

IMG_1148.jpg
Claire et la Grande Muraille de Chine!

Un autre voyage! J’accompagnerai mon collègue et ami du travail Michel Roy et sa petite famille en Chine. Les enfants et son épouse demeureront un mois avec la famille de celle-ci. Nous allons visiter durant ce séjour Bégin (Pékin), Nanning et Guilin,  avec une croisière sur la rivière le Yanthzee en plus. Je me prépare donc à faire du Tai Chi, à jouer au  Mah-jong et à manger beaucoup de riz et de nouilles.

 

En attendant j’en profite pour faire vérifier mon carnet de vaccination à savoir si j’ai besoin de nouveaux vaccins et de me rendre à la grande bibliothèque au laboratoire de langues afin d’apprendre quelques mots en chinois. J’ai d’ailleurs reçu mon visa chinois dont Michel s’était occupé de faire la demande.

 

Le fameux voyage en Chine que nous avions préparé depuis le mois de février allait enfin avoir lieu. J’avais en main mon passeport et mon premier visa à vie avec en image de fonds la merveilleuse Muraille de Chine (The Great Wall) L’épouse de Michel serait notre guide et interprète durant ce voyage.

Mon départ se faisait de Dorval ce samedi matin du mois de mai 2012 pour aller les rejoindre à l’aéroport de Toronto.

 IMG_1061

 

(Jour 1)

Notre embarquement avait lieu pour trois heures. Nous avons eu le temps de manger un peu avant l’embarquement. Pour ma part, j’avais mangé du poulet au resto situé dans le terminal. Nous nous préparions à un vol de 13 heures en direction de Beijing en Chine, notre première destination. Mes compagnons de voyage étaient Michel, mon collègue de travail, son épouse Xianghui, Jean-Michel, leur garçon de quatre ans et  la jolie Danny Mai âgée de quatorze mois. Jour 1 Après un vol sans histoire, nous arrivions enfin en Chine. Une partie du voyage serait plus touristique tandis que la seconde partie serait consacrée plus à la famille. 

Après avoir réussi à trouver un taxi dans lequel nous nous sommes entassés, nous nous sommes dirigés vers l’hôtel. Nous allions y rester trois nuits. Nous étions prêts pour notre première nuit à l’hôtel.

 

(Jour 2)

 Le lendemain matin, nous avions déjà au programme une sortie pour la muraille de Chine ainsi que la visite de deux boutiques et d’un temple. J’allais être confronté à un premier choc culturel et cela dès le petit déjeuner. La femme de Michel connaissait un petit restaurant qui serait ouvert tôt ce qui nous permettrait de prendre ce repas avant d’entreprendre notre première journée en sol chinois. J’ai eu droit à mon premier déjeuner typiquement chinois. C’est Danny-Mai qui a savouré mon bol de soupe de riz tandis que je jetais mon dévolu sur le sandwich contenant un œuf tourné. Je découvrais pour la première fois les dumplings, ses petits carrés de pâtes qui peuvent contenir soit de la viande tel que du porc ou encore des fines herbes dans le genre persil, échalote et aussi parfois de l’ail.

C’est d’ailleurs l’un de mes coups de cœur culinaire du voyage. Comme breuvage pour accompagner le tout une bouteille d’eau, le café n’étant pas au menu du jour.

 

Par la suite, une visite était prévue chez de la famille de  Sylvie, l’oncle et tante chez lesquels elle avait resté durant ses quatre ans d’université à Beijing. Ceux-ci avaient en leur possession des legos pour les enfants que Sylvie avait fait acheter à bas prix et elle souhaitait  les ramener au pays lors de notre retour. Après une petite visite à la famille, nous revenions à l’hôtel, avec notre précieux chargement, à bord d’un taxi. Sylvie avec la poussette et Danny-May nous rejoindraient par la suite.

 

Elles sont revenues juste à temps avec l’arrivée de l’autobus pour notre excursion. La rue qui était déserte quelques minutes avant était maintenant envahie de chinois qui se rendaient à leur travail soit en auto, autobus, à vélo ou en moto.  

Nous avons fini par réussir à retraverser la rue afin de  rejoindre l’autobus qui nous attendait de l’autre côté pour notre excursion. La première destination de la journée était les tombeaux de la famille de la dynastie des Ming.

 

Deuxième arrêt, la visite d’une boutique de jade et c’est là, dans le restaurant annexé à la boutique, qu’a eu lieu le dîner.

Après le repas, nous nous rendions enfin à la grande muraille de Chine. Ma destination cible et la cinquième de sept des nouvelles merveilles du monde moderne à mon actif.

C’était l’endroit la plus touristique de la grande muraille. Nous étions plusieurs à prendre notre mal en patience puisqu’il fallait attendre un par un d’embarquer dans un genre de toboggan qui nous permettait de monter jusqu’à la muraille. Le temps d’attente et d’ascension nous a grugé pas mal de temps à l’horaire si bien que si nous voulions retourner à l’autobus à l’heure dite nous devions malheureusement ne pas trop s’éterniser.  

Nous sommes donc restés environ une demi-heure sur la grande muraille. La vue était fantastique et la température idéale pour notre premier contact avec celle-ci. C’est d’ailleurs là que j’ai  prise mes premières photos du voyage. Quelques personnes nous demandaient de les prendre en photos et nous rendaient la pareille. Une belle échange de bons services et des rencontres intéressantes. Comme le temps passait vite, nous devions songer à nous diriger vers la descente soit par le même système de toboggans.

Après avoir passé au travers des différents vendeurs de souvenirs, je me suis laissé tenter par une photo de moi prise lors de notre descente, mon premier souvenir de voyage.

IMG_1093
Boutique d’interprétation sur la soie.

Notre journée était encore loin d’être terminé puisque nous devions nous arrêter dans une boutique de soie. Par malheur, l’arrêt à cet endroit m’a paru très longue si bien que les enfants commençaient à être très fatigués et impatients de retourner à l’hôtel.

IMG_1176

(Jour 3) 

 Le lendemain matin pendant que la petite famille se remettait du décalage horaire et de la longue sortie de la veille, Michel avait pour mission de réussir à démonter toutes les boîtes de legos afin de faire entrer le tout dans deux valises que nous ramènerions lui et moi. Michel avait mentionné à son épouse que j’aimerais voir la muraille de Chine et comme la première visite fut courte, on m’avait préparé une surprise. Sylvie, avec la complicité de sa sœur, m’avait réservé une sortie d’une journée à un endroit  un peu moins touristique de la muraille mais sur laquelle je pourrais marcher beaucoup plus longtemps.

Le seul hic, le voyage durait trois heures en autobus. Malgré cette longue route, j’étais si contente ce fut d’ailleurs mon coup de cœur du voyage. Inoubliable! Toute une sortie!!! J’étais la première à embarquer dans le petit autobus soit vers les  cinq heures trente du matin.

A ma grande surprise, lorsque je suis embarquée dans le gros autobus, le guide m’attendait avec un petit déjeuner typique du McDonalds soit un œuf MC Muffin et un beau petit café (mon premier café du voyage), une gentille attention qui fut très apprécié, j’étais bien choyée.

 

Lorsque tu as trois heures de route à faire il est inévitable que tu finisses par engager la conversation avec la personne près de toi. Choyée, encore une fois,  j’avais à mes côtés un beau jeune homme, allemand, spécialiste en électronique. Ils venaient, lui et ses collègues, pour une semaine, assister à un colloque à Beijing. Comme c’était une journée libre pour eux, les responsables du congrès, leurs avaient suggéré fortement cette sortie à la grande muraille.

 

La température était idéale, un beau ciel bleu sans trop de soleil. Pas trop chaud pour la marche et superbe pour prendre de belles photos. Je peux dire que je ne me suis pas laissé prier pour en prendre des photos lors de cette sortie.  

Yan et ses amis allemands ont préférés monter par le sentier tandis que moi j’économisais mes j’ai opté pour la montée en téléphérique.

 

Sur la muraille, j’étais accompagné par l’une de ses dames qui sont payées pour te vendre quelques babioles. J’en profitais donc pour lier connaissance avec elle en anglais bien sûr. J’ai appris que mon ange gardien venait de la Mongolie et se prénommait Flora. Normalement, elle était cultivatrice, mais à  l’occasion, soit trois fois par semaine, elle venait un peu comme guide. Elle m’a beaucoup aidé dans les passages un peu plus hasardeux de la muraille et a prise plusieurs photos ce que j’ai beaucoup apprécié.

 

Chemin faisant j’ai croisé un jeune informaticien en provenance de Toronto. Après quelques échanges en anglais, nous avons continué notre chemin tous ensemble, moi, lui et nos deux anges gardiens.

 IMG_1181

Heureux, nous avons réussis à parcourir les cinq guérites au plan prévu à l’itinéraire avant de songer à redescendre pour le dîner. J’ai finalement consenti à acheter à ma guide un livre de photos de la grande muraille. J’aurais voulu qu’elle garde l’argent pour elle mais elle m’a fait clairement comprendre que c’était l’achat de souvenirs ou rien. Ses patrons avaient des yeux partout et étaient pointilleux sur le sujet.

 

Au retour, je me suis un peu perdu mais grâce aux cris de Flora, celle-ci m’indiquait que j’avais passé tout droit de l’endroit où je devais reprendre le téléphérique pour redescendre. En bon chevalier servant, le monsieur de Toronto m’attendait afin que je ne m’écarte plus du bon chemin. Nos anges gardiens sont restés sur les lieux afin d’attraper d’autres touristes. Mon Torontois, pour sa part, a porté son choix sur l’achat de cartes postales.

Après un repas bien apprécié et mangé avec l’aide des baguettes, nous avons eu quelques minutes pour faire les boutiques et se rendre à l’autobus pour le chemin du retour. Mon Torontois a repris sa place à l’avant tandis que pour ma part je retournais à ma place à l’arrière.

 

A ma grande surprise, mon allemand a repris sa place à mes côtés et nous avons échangé sur notre visite et regardé nos photos respectives. Celui-ci avait eu si chaud qu’il voulait s’acheté un t-shirt de la muraille en souvenir et permettre de se changer.

Sa surveillante, la dame qui lui a  été attitré et qui l‘a suivi partout sur la muraille, avait passé une partie du repas à courir partout afin de lui trouver un t-shirt à sa taille. En route, avec le temps et le roulement, nous nous sommes endormis. 

De retour dans la ville, nous étions dans le trafic de l’heure de  pointe si bien que quelques uns des voyageurs ont du débarqué et prendre le métro. Moi, j’étais paniqué parce que je n’avais aucune idée s’il y avait un métro près de mon hôtel et de plus j’ignorais le nom de la station.  

J’ai eu un peu chaud à ce moment-là mais le chauffeur du petit autobus m’attendait et il m’a ramené bien sagement à la porte de mon hôtel.  

Je l’ai remercié de tout cœur. Arrivée à l’hôtel, la gang m’attendait pour un souper en famille avec l’amie de Sylvie qui était enceinte, son grand oncle et sa grande tante que j’avais rencontré la veille. Je déclinais l’offre poliment, j’ai pris une douche, manger quelques biscuits et j’ai dormi jusqu’au lendemain matin.  J’étais très fatiguée mais très très heureuse!!

 

DSCN0242

(Jour 4)

Le lendemain matin nous avions de prévu au programme une visite à Mao et son palais ainsi que les alentours de Beijing.

Par la suite nous devions nous rendre à la gare. Comme Sylvie avait quelques colis à faire parvenir à Montréal nous avons passé la majeure partie de l’avant-midi dans les sous-sols du service postal.

Je m’occupais de Danny-May pendant cette période d’attente et celle-ci a été un amour. Elle a été la coqueluche du service postal. De la cinquantaine de personnes qui y travaillaient, la plupart sont venus pour la voir. Il faut dire que les démarches pour l’envoi de ces deux boîtes n’ont pas été une mince affaire.  

DSCN0303.jpg

Par la suite, Sylvie s’est occupée de l’achat de nos billets pour le voyage en train qui  serait d’une durée de sept heures et qui nous amènerait à Wuhan. Nous y avions chacun une couchette après avoir réussis à entrer toutes les valises dans nous avons été  prendre un repas rapide et nous étions tous prêts à partir au pays des rêves.

 

(Jour 5) Jeudi, 17 mai  2012, Jour 1 de la croisière

Une fois arriver dans l’autre gare nous nous somme hâtés pour prendre le second train qui nous amènerait cette fois à Yichang soit la ville d’embarquement pour la croisière. Après trois heures de train, en couchettes, et quelques parties de carte avec notre colocataire, un jeune chinois fort sympathique, nous arrivions à Yichang. Une fois que Sylvie a réussi à nous dénicher un taxi.

Nous sommes entassés dans la petite camionnette qui nous servait de taxi. J’ai eu le privilège durant toute la durée de mon séjour en Chine d’être toujours assise à l’avant tandis que les parents tentaient parfois de peine et de misère de neutraliser les jeunes passagers impatients assis à l’arrière. Lorsque nous sommes parvenus à l’endroit où devait avoir lieu l’embarquement, pas de bateau à l’horizon. Oups! ??

Après de nombreux coup de téléphones fait  à partir du cellulaire de notre conducteur, Sylvie à réussit à savoir pourquoi le bateau n’était pas là. Les écluses situées plus haut sur la rivière étaient en réparation ce qui occasionnait un changement du lieu pour prendre le bateau.

 

L’embarquement avait lieu un peu plus loin. C’est ce charmant chauffeur de taxi qui a accepté de nous amené jusqu’au nouveau quai d’embarquement.

 

Après une randonnée d’environ trois heures sur une route sinueuse mais très pittoresque et quelques arrêts dont l’une pour se restaurer.

 

C’est d’ailleurs à ce restaurant que j’ai eu l’occasion de manger de l’âne pour la première fois. C’était bon et la viande était bien tendre.

Près du resto là où nous sommes arrêtés, il y avait un parc ou tu pouvais faire soit du bungee ainsi que de la tyrolienne et cela au-dessus de la rivière située dans la région des trois gorges. Si ce n’est pas que nous étions serrés dans notre horaire, nous ne voulions surtout pas manquer le bateau, nous nous serions attardés un peu plus longtemps à cet endroit et il ne faut pas oublier que nous étions en taxi. Le second arrêt, moins agréable et pour cause, puisque Jean-Michel commençait à avoir des nausées dû au mal des transports, il faut dire que la route panoramique était une route assez sinueuse.

Nous sommes finalement tous arrivés sains et saufs à bon port. Le départ à l’origine qui était prévu dans la soirée vers les six heures fut reporté plus tard.

 

Étant donné que la nouvelle place d’embarquement était aussi la première halte prévue dans la croisière, le bateau a quitté seulement dans l’après-midi du lendemain. Nous embarquions pour une croisière de cinq jours et quatre nuits. Cela nous a permis de nous remettre de nos nombreuses émotions, de prendre du repos et du bon temps. Un bon souper, une bonne douche et dodo!! 

DSCN0483

(Jour 6) Vendredi 18 mai Jour 2 de croisière

Comme j’étais bien dans ma cabine avec deux lits simples rien qu’à moi. J`étais si heureuse que je me suis levée de bon matin. Surprise de constater que nous étions encore à quai. J’en profitais pendant que mes amis et leur petite famille, dormaient encore pour visiter le bateau. J’allais donc pour débuter sur le pont 5 pour me prendre  un  premier café et quelques croissants. Par la suite je me suis dirigée sur le pont 6 pour une leçon de Tai Chi avec le Dr. Ryan.

DSCN0362.jpg

 

J’étais maintenant prête à rejoindre mes amis pour le petit déjeuner sur le pont 2. Après avoir été cherché nos cartes d’embarquements, nous étions prêts pour la visite du barrage, Three Gorges Dam Site dans la ville de Sandouping situé dans le district de Yiling de la ville de Yichang  dans la province de Hubei. L’autobus nous a amené sur le site. Après plusieurs contrôles de sécurité, car les chinois ont beaucoup peur concernant les actes de terrorismes, nous y étions. Malgré la température pluvieuse nous avons pu visiter le site du plus grand complexe hydro électrique.

DSCN0366

 

Le barrage des Trois Gorges est situé à Sandoping, près de Yichang, dans la province de Hubei en Chine, à la limite de la région montagneuse du Haut Yangzi et de la plaine du Moyen Yangzi, en aval des Trois Gorges et en amont du barrage existant le Ghezouba, là où le fleuve a un débit de 14300 m3/s. La décision de construire le barrage a été prise à l’Assemblée Populaire en 1992, avec un nombre record d’abstentions et d’oppositions au projet. Le chantier a démarré en 1994.

 

En 2000, le fleuve Chang Jiang  est dévié, alors que le barrage monte jusqu’à 80 mètres de haut. La navigation est assurée par une gigantesque écluse de 100 m (5 écluses de 20m). Après quelques heures et bien mouillés nous étions prêts è reprendre l’autobus pour le bateau.

 DSCN0356

À notre arrivée le personnel du bateau nous attendait pour nous guider et à notre arrivée nous avions droit à une petite serviette blanche et mouillée pour nous rafraîchir et une bonne tasse de thé. Par la suite, c’est le départ officiel de la croisière avec le souper de bienvenue du capitaine. 

IMG_1269

Durant l’après-midi lorsque mes petits amis se reposent  j’assiste à la préparation d’une fondue chinoise sur le pont 6. Par la suite, je me rends au bar pour assister à une démonstration de Tai chi et une présentation sur la médecine chinoise traditionnelle tel l’acupuncture, session d’informations présentée par Dr. Ryan.

Du balcon de ma cabine j’ai pu contempler les merveilleux paysages qui défilent du passage de la Xiling gorge. Dans l’après-midi ce fut le cocktail d’accueil de l’équipage du bateau et du capitaine.

 IMG_1278

Petits canapés avec les drapeaux des différents passagers pour cette croisière et verre de champagne pour les adultes et du jus d’orange complétaient ce mot de bienvenue. Le buffet du repas de bienvenue du capitaine était servi dans la salle à manger è notre table qui serait la même durant tout le voyage. Nous étions dix à notre table, plutôt onze avec mademoiselle Danny May et sa chaise haute. Un repas qui s’est déroulé dans la bonne humeur tout en essayant de se comprendre les uns les autres. Après ce fut la danse et des présentations des talents de chacun des travailleurs du bateau.

 DSCN0910.jpg

 (Jour 7) Samedi 1 9 mai, Jour 3 de la croisière 

 

Nous sommes déjà à quai quand je me réveille. Il fait super beau et chaud. Cette fois je laisse passer le Tai chi et le petit déjeuner des oiseaux matinaux  pour me rendre  directement à la salle à manger pour le déjeuner.

J’y retrouve mon petit groupe et aussi des nouveaux arrivants dont des québécois. Je suis heureuse, un peu comme eux, de retrouver, couteaux, fourchettes et des petits déjeuners semblables à ceux de par chez-nous.

Ce matin, nous prenons nos cartes d’embarquements en direction de la rivière Daning et des trois petites gorges.

 

Avec ses 300 Km de long, la rivière Daning prend sa source dans le sud de la montagne BA, passe par les deux districts qui sont la rivière WU à Chongqing  et la montagne WU et de jette dans le fleuve Yangtsé côté ouest de la Gorge WU.  

Les trois petites gorges qui font partie des gorges du fleuve bas de la rivière Daning sont composées des gorges de la Porte du dragon, de la Brume, et de l’Émeraude. Elles mesurent plus de 50 km.

 

On y voit la montagne verte, l’eau limpide et un paysage nature, d’où la réputation  « Ce ne sont pas les vraies Trois Gorges, mais meilleures qu’elles. »  Après la construction du barrage, les Gorges du dragon, de la Brume perdent de leur importance; il n’y a plus de torrents rapides, mais en bateau, le fleuve est comme un miroir, les montagnes s’éloignent. Quel paysage agréable et tranquille!

 

Et la Gorge d’Émeraudes  garde son secret périlleux et naturel, là les falaises abruptes et des bambous vivant le long de l’eau traduisent la grâce de la nature. Dans les Trois Gorges existent les minis Trois Gorges qui ont la même beauté et nous font penser à l’élégance des petites Trois Gorges d’autrefois. Les petites Trois Gorges d’aujourd’hui restent toujours si naturelle, si simples, si belles, si attirantes! De ce bateau, nous embarquerons sur des plus petits bateaux qui nous amènerons à la mystérieuse Porte du Dragon (Dragons Gate) et à la fabuleuse montagne du champignon (Mushroom mountains).  Tout l’avant-midi nous visitons et prenons de nombreuses photos.

Au retour nous prenons un bon dîner, faisons une petite sieste et cette après-midi en route vers the White Emperor City, ce que je pourrais qualifier d’une sortie en filles.

 

Moi et l’épouse de Michel, nous participerons à la visite de la citée de l’empereur blanc « White Emperor City ». C’est un autobus qui nous amènera à Fengjie, la ville où est situé le temple de l’empereur blanc. Nous y serons de 15 :30 à 18 :00.

Localisée au nord de la Qutang Gorge, ce fameux site historique  existe depuis la dynastie des Han, soit depuis 2000 ans. Beaucoup de vieux temples et bâtiments sont encore debout malgré toutes ses années.

Lors de notre visite j’aurai droit à me faire porter sur une chaise à porteurs. Gracieuseté de Madame Roy, elle me paie ma randonnée en chaise.

Celle-ci nous a aussi expliqué le fonctionnement de l’écriture chinoise, cette calligraphie qui leur est si particulière.

 

Dommage que nous avions si peu de temps, elle était très intéressante ainsi que la jeune guide locale qui nous accompagnait. De tout mon voyage je dois avouer que c’est la visite qui m’a la plus apprise.

 La visite du musée, qui regroupe certains cercueils qui furent recueillis avant l’inondation de la rivière avec l’histoire de certains, m’a complètement subjugué. Des pêcheurs grimpaient le long des falaises escarpées pour aller déposer les cercueils et leurs morts dans les grottes naturels que l’ont peuvent encore apercevoir le long des falaises de la Qutang Gorge. Une journée inoubliable avec des paysages fantastiques et des gens extraordinaires, mon deuxième coup de cœur du voyage.

De retour, nous avons juste le temps de prendre une bonne douche avant le souper. Ce soir là, il y avait une soirée pour faire découvrir le talent des  passagers. J’étais si fatiguée que j’ai préféré lire, faire un tri dans mes photos numériques et regarder les beaux paysages qui défilaient à partir de mon balcon, après j’étais aux pays des rêves.

DSCN0851

(Jour 8) Dimanche 20 mai 2012, Jour 4 de la croisière

Ce matin, notre destination est la Pagode de Shibao (Shibaozhai Pagoda). Au niveau d’eau de retenue normale de 175 m dans le réservoir des Trois Gorges, la forteresse de Shibao est une île isolée au milieu du fleuve comme un paysage en miniature incrusté dans un lac brumeux. La Pagode de Shibao qui se trouve sur la rive Nord du Fleuve Yangtsé à l’intérieur du district Zhong (Zhongxian County) de Chongqing, est la structure en bois la plus haute, elle compte le plus d’étages, parmi les anciens édifices existant en Chine.

 

Et elle est une de huit constructions étrangères connues dans le monde entier et renommée par les voyageurs chinois et étrangers comme la perle brillante sur le fleuve. Son pic se dresse brutalement sur la terre avec les quatre précipices bien taillés en forme de sceau de jade rectangle posé au bord du fleuve.

En conséquence, on l’appelle aussi mont du Sceau de jade. Avec la montée du niveau des eaux des Trois Gorges, l’eau touchait la porte de la Pagode. Pour la protéger, une digue fut élevée devant la porte, isolant le site sur la vaste étendue d’eau.

 

Durant l’après-midi, le soleil est haut et chaud, je laisse alors la petite famille pour terminer la lecture du roman que j’avais débuté dans l’avion. Michel et  son fils tente leur chance avec un cerf-volant mais avec le soleil dardant et peu de vent, ils retournent vites au frais se reposer. Je demeure à l’air climatisée tout en observant défilé les merveilleux paysages.

Nous avons repris notre route et la prochaine destination est le quai de débarquement. Nous sommes déjà rendus à la fin de notre croisière mais pas du voyage, ce qui me console un peu, ce fut un bel intermède avant de poursuivre notre aventure. Ce soir c’est le souper d’au revoir du  Capitaine et de l’équipage, une très belle équipe.

 

Un souper très agréable où tout s’est bien déroulé et ou quelques uns ont  échangé adresse courriel  et pris quelques photos. C’est nos serveurs habituels qui nous ont servis chacun des dix plats choisis.  Un plat pour chacun des convives autour de la table, comme les chinois savent si bien le faire. C’est le cœur un peu triste que je termine de faire ma valise, je me couche souriante cependant en songeant aux belles et nombreuses photos que je ramènerai de cette croisière.  

(Jour 9) Lundi 21 Mai 2012, Jour 5 dernier jour de la croisière

Nous débarquons à Chongqing qui une des principales villes du sud ouest de la Chine et l’une des plus importantes après Bejing, Shanghai, et Tianjin. Nous sommes les derniers à débarquer du bateau et cela sous une pluie diluvienne. Une pluie qui nous décourage de visiter la ville.

IMG_1377.jpg
Vue de Nanning

Nous optons pour nous rendre directement en taxi à l’aéroport où nous avons un vol de prévu dans l’après-midi en direction de Nanning, la ville natale de l’épouse de Michel et où résident sa mère, sa sœur, le mari de celle-ci et leur fils (Jerry Tom). Après notre arrivée et une longue route dans un autre taxi nous voilà rendu devant un grand immeuble à logements, c’est là que demeure la famille soit  au vingt-troisième étage.

Un grand appartement  où l’on m’a réservé la chambre du jeune garçon pour y dormir. Des gens souriants et très accueillants malgré que je ne comprenne absolument rien de ce qui se dit. La mamie comme toutes les mamies du monde s’assure que je sois bien confortable et je suis toujours la première pour manger à table. Nous mangeons l’une des spécialités de chinois soit des dumplings. 

 

J’ai un faible pour ceux contenant du persil et des échalotes tandis que ceux avec de la viande ne titillent pas trop mes papilles. Les fruits sont à l’honneur je découvre avec plaisir les litchis dont c’est la période de cueillette en ce moment. J’ai goûté aussi au fruit du dragon (le pitaya) et à deux trois autres fruits dont j’ai oublié les noms. Pour le souper nous allons avec la famille, c’est le beau-frère qui invite.

 

Nous sommes en compagnie d’une amie commune des deux filles. Nous sommes donc dix pour ce souper au resto pas trop loin de la maison.  Je considère que nous avons été reçus comme des rois. Il  fait cependant très chaud et humide. D’ailleurs lorsqu’il pleut, il pleut beaucoup mais la terre est si chaude qu’elle absorbe rapidement ce déluge en peu de temps. Malgré une chaleur accablante, je réussis quand même à dormir sur le tapis de bambou qui a été ajouté au lit afin de me donner un peu de fraîcheur. Je tourne et me retourne mais finalement un filet d’air fini par entrée par la fenêtre et avec les ventilateurs qui tournent je fini par tomber dans les bras de Morphée. 

DSCN0960
Mon ami Flipper en version chinoise…

(Jour 10) Mardi  22 mai 2012

Aujourd’hui ce sera une petite journée pour moi, la famille ayant réservé un rendez-vous pour une séance de photos familiale, je ne suis pas invité et pour cause puisqu’il manquerait de place dans le taxi. Je somnole dans l’appartement tout en observant les alentours, le temps est encore lourd et charger de nuage. J’aurais bien regardé quelques séries chinoises à la télé malheureusement j’ai aucune idée du fonctionnement de la télévision. Je porte donc attention à ce qui se passe autour de moi ainsi que j’ai la chance d’enfin prendre des nouvelles d’un peu tout le monde sur le continent.

(Jour 11) Mercredi 23 mai 2012

Ce matin, c’est le beau-frère qui va nous amener. Moi, la famille de Michel et la mamie et l’épouse de Michel nous nous rendons au cimetière afin que l’épouse de Michel puisse rendre un dernier hommage à son père puisqu’il est décédé depuis quelque temps et que c’est la première fois que celle-ci revient au pays depuis. L’épouse de Michel rend un dernier hommage à son père.

 

En Chine, cela consiste à faire brûler un paquet de papier qui représente soit du faux argent ou de l’or ou encore des choses qui peuvent signifier quelque chose à celui qui est rendu dans l’au-delà. Et comme celle-ci voulait s’assurer la protection de son père  dans son pays d’adoption, elle a donc fait brûler une petite maison en retrait de l’endroit du bûcher principal.  Assez impressionnant comme cérémonial et le tout se situe en ligne avec la statuette qui représente le signe zodiaque chinois de la personne décédée.

 

Je peux constater qu’il y a eu plusieurs décédés du même signe donc dans les mêmes âges que le père de Sylvie puisque nous étions beaucoup dans le même secteur.  Pour nous détendre suite à cette visite nous nous dirigeons cette fois en autobus vers le Zoo de Nanning.

 

Après une visite de la plupart des attractions il est convenu que nous revenons le lendemain pour la piscine à vagues et les glissades d’eau. Je suis un peu molle.

DSCN1016
Soirée dans un cinéma en Chine! Wouah!

Cependant ce soir, Michel a décrété nous nous rendrons dans le centre ville de Nanning pour une soirée américaine c’est-à-dire un souper au Macdonald et soirée au cinéma pour aller voir les Avengers, film sur des supers héros. Le hamburger Big Mac du Macdo était excellent  et le film divertissant.

Pour moi c’est quasi un rituel maintenant puisque j’ai été au cinéma au Pérou (Thor)  et en Italie (Twilight). C’est là que l’on s’aperçoit que les traditions sont coriaces.

  (Jour 12)  

DSCN0998
Les glissades d’eau

Deuxième visite au Zoo et  jouer dans les glissages d’eau. Nous passons une bonne partie de la journée au zoo, cette fois ce sont les jeux d’eau qui sont à l’honneur. Je dois avouer que je me suis amusée comme une petite folle avec Jean-Michel dans les glissades d’eau ainsi que la piscine à vagues. Il fallait que je vienne au bout du monde pour faire des glissades d’eau pour la première fois de ma vie et qu’elle expérience. Ouah! 

 

DSCN0997
Un faux crocodile avec un vrai Jean-Michel….

Par la suite, après un léger souper nous remballons nos affaires en direction du terminus d’autobus, direction de Guilin situé plus au nord de Nanning.

DSCN1019
En route avec la Mamie

Après une voyage de cinq heures, je suis en compagnie de la mère de Sylvie c’est elle qui a une sœur là-bas et c’est d’ailleurs ses fils donc les cousins de l’épouse de Michel. 

 

C’est d’ailleurs les deux cousins qui nous attendent au terminus pour nous amener à notre hôtel. Après avoir régler nos entrées à l’hôtel et une petit Merci et Bye Bye aux cousins nous retournons dans nos chambres.

Je tarde à m’endormir car je songe que déjà demain sera notre dernière journée complète de vacances. Le retour au pays est pour le lendemain.

DSCN1029
Panda chinois!

(Jour 13) Jeudi 24 mai

Dernière journée à l’Empire du milieu. Une autre belle journée bien remplie puisque nous visiterons le zoo de Guilin et une visite aux Pandas. Messieurs Pandas ne sont pas nombreux et sont plutôt très tranquilles, contrairement aux nombreux petits chinois que nous croisons dans les nombreux manèges et lors du spectacle de cirque des animaux.

C’est une journée de sortie pédagogique pour certains d’entre eux. Après un bon dîner en compagnie de la mère de Sylvie et sa sœur qui nous ont rejoint celles-ci  nous invite à visiter la fameuse grotte des sept merveilles.

 

IMG_1471
Une grotte de toute beauté!

Effectivement cette grotte est assez impressionnante et très bien aménagée. Une fois sorti de la fameuse grotte, je fais une rencontre qui va me faire sursauter à plusieurs reprises durant la visite soit des singes qui sont libres donc à l’état sauvage un peu comme nos écureuils pas chez-nous. Je suis un peu fatigué mais comme je dois quitter demain matin tôt pour prendre l’avion avec Michel en direction de Bejing je me laisse un peu tordre un bras pour une petite croisière qui me fera découvrir ce que Guilin à offrir à visiter à nous visiteurs.

C’est milles îles rocheuses aux différentes formes et aux nombreux noms qui leur sont associé comme le chameau, l’éléphant, etc. 

DSCN1065
Chameau?

Le seul hic à cette croisière ou encore Sylvie est très généreuse de sa personne et me fait goûter à son pays et ce qu’il m’a à m’offrir c’est que je suis fatiguée donc moins patiente et comme Michel n’est pas là nous sommes seules toute les deux avec les enfants qui eux aussi sont fatigués et plus tannants ce qui fait que j’use un peu d’autorité auprès de Jean-Michel  qui semble ne pas apprécier cela. Enfin!

DSCN1047

Nous nous retrouvons tous en paix au souper autour d’une autre bonne tablée, c’est le cousin qui travaille en pharmacie qui invite et comme nous sommes une dizaine autour de la table, nous aurons droit à une dizaine de plats différents et c’est le gentil cousin qui choisit le menu.

 

Il a donc choisi certaines spécialités locales, cette fois l’une des  spécialités se présente non pas comme des larves de chenilles comme à Nanning mais par des pattes de canards assaisonnées. Un peu gluantes, mais appétissantes. Après avoir bien mastiqués et fait passer le tout avec deux bonnes gorgées de thé vert, je suis prête pour la suite.

 

Nous avons droit aussi à une bonne pièce de viande, ce qui est un peu du luxe dans le coin. Le filet de bœuf est tendre et arrosé d’une petite sauce, excellente. Après le canard laqué, je dois avouer que ce filet de bœuf fond dans la bouche.

Maintenant c’est l’heure des merci et des au revoir, car demain matin nous nous lèverons tôt pour prendre l’avion qui nous prendra de Guilin pour nous amener à Bejing pour notre vol de retour.

 (Jour 14) Vendredi 25 mai

 Départ de Guilin pour aéroport de Beijing. Attente des deux valises de Legos. Dîner au PFK. Mêmes films dans l’avion au retour.

(Jour 15) Samedi 26 mai 

Dès 13 heures de vol nous revoilà à Toronto plus un 5 heures de route à 12 :10 le samedi je rentre à la maison à Montréal. Arrivée vers minuit trente à Montréal devant ma maison.

Fin d’une autre belle aventure!

 

Merci! Pérou!

5
Au revoir! et Merci!

Lundi (journée à la Playa)

Nous sommes en attente à la gare d’autobus de Chorillos. Cette fois parce que nous nous rendons tous à la plage. Nous attendons que les amis du marié nous décrochent encore des taxis. Un taxi arrive pour Kate, John et Jo. Ils seront accompagnés par mesure de sécurité par Elton. C’est celui-ci qui a fait un brin de jasette avec Gene jusqu’aux petites heures du matin il y a quelques jours.

Pour ma part, congé de taxi puisque j’embarquerai avec Gene et son coup de foudre de la noce, le beau et gentil Pato. Je serai assis à l’arrière bien sagement avec Piero, l’un des nombreux amis de Pato. C’est lundi et c’est plus facile de se rendre à la plage puisqu’il y a moins de trafic que durant la fin de semaine. Nous voici parti pour une randonnée en automobile d’une durée de deux heures. C’est long, mais lorsque nous découvrons le paysage moi et Gene, nous en restons bouche bée. Les autres sont déjà assis les pieds dans le sable avec les parasols et leurs bières à leurs pieds. Waouh! Un jeune homme s’occupe de nous installer et de prendre les commandes. L’entente est que nous nous séparerons la facture et nous payerons les factures de nos chevaliers servants. Les vagues sont  fortes et l’eau est fraîche puisque nous sommes sur la côte, côté Pacifique. Fait rare, un dauphin s’est aventuré à la surprise générale très près des baigneurs ce qui provoque beaucoup de curiosité.

J’en profite pour taquiner le fameux Elton concernant cette fameuse soirée avec Gene, il m’avoue qu’il aurait bien aimé que ça clique entre lui et Gene mais il s’incline devant le destin. Il étudie en sciences ce qui nous fait un sujet de discussion.

Surprise! Les nouveaux mariés qui ont écourtés leur petite vacance  pour venir nous rejoindre et passer la journée avec nous.

Nous avons commis une erreur, nous étions au soleil et tout le monde voulait goûter à la ceviche (un autre plat typique du Pérou). Sauf que de la ceviche, c’est du poisson cru et mariné, exposé trop longtemps au soleil cela peut causer quelques problèmes. J’y ai bien songé mais comme j’avais faim, j’ai mis mes réticences de côté et j’en ai mangé un peu. J’en ai mangé juste un peu car je voulais me garder de la place car je savais que ce soir là nous allions tous souper dans l’un des plus beaux restaurants gastronomiques de Lima.

C’était le repas d’adieu pour notre Gene qui nous quittait le lendemain soir pour son retour à la maison. C’est vers les quatre heures qu’Elton a proclamé la levée des troupes car il savait que nous voulions nous changer et faire nos beautés avant le souper. En chemin, j’ai eu droit à un beau concerto de chants. Les trois garçons, Elton, Pato et Piero ont de très belles voix, ils accompagnaient la musique de la radio. C’était de toute beauté, si bien que j’ai demandé à Gene d’enregistrer ce moment mémorable. Nous nous sommes arrêtés pour observer près de marais des oiseaux qui ressemblaient à des flamants. Nous en avons profité pour prendre quelques photos supplémentaires.

Sur le chemine du retour nous avons eu quelques ralentissements puisqu’il y avait plus de circulation. Mais voilà l’auto de nos amis qui se gare sur l’accotement. C’est John, la tête à la portière qui vomit. Arriver à la casa, la plupart d’entre nous se sente un peu bizarre, mais on met cela sur le compte du soleil. Il va s’en dire que nous serons que dix à table ce soir-là, puisque notre cher John restera à la casa. Il faut qu’il se refasse des forces puisque ce sera à leurs tours à lui et Kate de nous quitter dans quelques jours. 

Nous sommes donc les nouveaux mariés, Kate, Jo, la mamie, tante Cathy, Elton, Pato, Gene et moi autour de la fameuse table du grand chef. Le dernier gros repas avant la fin du voyage et celui d’adieu pour Gene.

Mon choix se porte sur le canard comme Mimi, la mamie et la tante Cathy. Les autres choisiront d’autres spécialités toutes aussi savoureuses que la mienne.

Le repas se déroule bien jusqu’à notre retour ou là Jo et Mimi avouent ne pas sentir très en forme. Nous allons nous coucher en espérant que le tout passera bien.

Mardi (Récupération de notre visite à la plage et  Départ de Gene)

C’est vers les deux heures du matin que les choses se gâtent un peu pour moi. Une chance tout se déroule vers le bas seulement mais assez intensivement que si bien je dois aller quérir par mesure de précaution tôt le lendemain à Gene un immodium. Le lendemain, je ne me rappelle pas ce qui avait de prévu à l’agenda, mais les nouvelles de Pato, des nouveaux mariés sont qu’ils ne vont pas bien eux non plus. Donc il est décrété le repos pour tous y compris pour moi. C’est Jo qui va avec la belle Gene l’accompagner pour l’achat de ses derniers souvenirs. Je somnole une partie de la journée, mes visites à la toilette se sont espacées ce qui me donne de l’espoir et je bois beaucoup d’eau. John qui est encore un peu verdâtre vient prendre de mes nouvelles. Kate est partie de son côté aller rechercher de l’eau en bouteille car nos réserves sont quasi à sec.  John et elle nous quittent vers la fin de l’après-midi, ils vont rejoindre les filles et manger dans le coin de Miraflores. Je décline l’invitation.

Je n’aurai pas pu être là pour embrasser et dire au revoir à Geneviève. Mais paraît-il qu’elle était bien accompagnée puisque les nouveaux mariés et son cher Pato étaient là pour son départ.

Nous terminons la soirée à jouer aux cartes avec le jeune français qui séjourne à la casa pour encore quelques temps. Je décrète la levée de l’assemblée car j’ai comme un petit coup de fatigue soudain. Et je dors la nuit la plus paisible de tout mon séjour. 

Mercredi (Départ de John et Kate)

Aujourd’hui John nous accompagne jusqu’au dîner. Nous allons faire le tour de magasins de musique dans le coin de Miraflores, Kate a eu comme cadeau de Noël des sous de son père. Elle veut s’acheter un genre de boîte de bois sur lequel les gens jouent du tam- tam (un cajong), un peu comme celui donc nous avons eu une démonstration sur la plage lundi après-midi.  Après la visite de quatre à cinq boutiques nous nous rendons une dernière fois dans le parc à chat. Kate veut retourner à Barranco une dernière fois chez Tio Mario pour manger des picaronnes les fameux beignes que nous avons tant aimer lors du souper du dimanche avec la famille. Nous arrivons tard dans l’après-midi car le soleil se couche assez tôt dans cette partie du monde soit aux alentours de six heures. Nous assistons au coucher de soleil tout en mangeant Jo, Kate, Mimi et moi-même. Après un arrêt rapide à l’épicerie, pour les derniers achats avant le départ, nous voici tous réuni dans le salon où Jésus et Mylène  embarquent les valises de Jonathan et Catherine. La casa est bien tranquille ce soir, je profite des dernières lueurs pour prendre quelques photos de la casa.

Jeudi (Dernière)

Aujourd’hui Jo a décrété que nous prenions le Métropolitano pour nous rendre une dernière fois dans la famille du marié à Chorillos afin de dire un Bye! Bye à la mamie. Nous nous rendons jusqu’à Chorillos ou Mimi vient nous rejoindre et nous amener en autobus (une première fois) jusqu’à chez elle.  Nous savourons un bon poulet que la mamie a concocté exprès pour nous.

Pendant que Jo et Mimi se sauvent pour quelques achats. Je leur laisse un peu de temps ensemble avant le départ. J’ai le plaisir de rencontrer une des tantes du marié qui travaille comme moi dans les laboratoires et de plus dans un laboratoire de microbiologie.

D’ailleurs elle a fait des recherches sur une bactérie particulière l’Elicobacter pilory. Maria Luz Zamudio  se présente avec plaisir comme une de mes collègues et me remets sa carte de visite.

Les dernières photos sont prises et Nadia a juste le temps de nous remettre des petits cadeaux qui consiste pour moi en de jolies boucles d’oreilles.

Je suis toute émue et je dois avouer que je verse une petite larme lorsque j’embrasse tout ce beau monde avant le départ. Je ne suis pas prête d’oublier tous ses bons moments en leur compagnie. Milles Merci! Direction la casa. C’est à notre tour, nous embarquons nos valises, un dernier regard à la Casa et en route vers l’aéroport.

Notre vol de retour de Lima à Newark s’est bien déroulé, malgré que nous ayons été séparées moi et Jo dans l’avion.

Le vol de Newark à Montréal a été cancellé à cause du mauvais temps. Nous passerons donc par Toronto. Une première visite pour moi à l’aéroport Pearson de Toronto. Nous arriverons donc à cinq heures pour le souper au lieu de midi comme il était prévu au début pour le dîner.

À Toronto, en attendant un des vols pour Montréal, je songe alors à ce que j’ai lu dans mon livre  que j’avais avec moi en voyage.

C’est le dernier livre de Paulo Coelho, l’Aleph.

Je le cite donc, puisque ce passage résume assez bien mon sentiment. « Le voyage s’achève, l’aventure prend fin et, dans quelques jours, nous rentrerons tous chez nous, où nous embrasserons notre famille, nous verrons nos enfants, nous regarderons le courrier qui s’est accumulé, nous montrerons les centaines de photos que nous avons prises, nous raconterons des histoires, les villes par où nous sommes passés, les personnes qui ont croisés notre chemin. Tout cela pour nous convaincre nous-mêmes que quelque chose est arrivé.

Dans trois jours, de retour dans la routine quotidienne, la sensation sera que nous ne sommes jamais partis et allés aussi loin.

Bien sûr, nous avons les photos, les billets, les souvenirs que nous avons achetés en chemin, mais le temps – seul, absolu, éternel seigneur de nos vies – nous dira : tu as toujours été ici dans cette maison, dans cette chambre, devant cet ordinateur. Qu’est-ce que deux semaines dans toute une vie?

Rien n’a changé dans cette rue, les voisins continuent à commenter les mêmes sujets, le journal acheté le matin rapporte exactement les mêmes nouvelles. Rien, rien n’a changé. Nous seuls- qui sommes partis à la recherche de notre royaume et avons découvert des terres que nous n’avions jamais foulées- savons que nous sommes différents. Cependant, plus nous l’expliquons plus nous nous convainquons que ce voyage, comme tous les précédents, n’existe que dans notre mémoire. Peut-être pour le raconter à nos petits-enfants, ou éventuellement écrire un livre dessus? Mais que pourrons-nous dire exactement? Rien. Peut-être ce qui s’est passé à l’extérieur, mais jamais ce qui s’est transformé en nous. »       

                            Fin des aventures au Pérou!   

Lendemain de noces!

IMG_0638.jpg

Dimanche (lendemain de veille)

Ne me demandez pas trop ce qui s’est passé dans les premières heures ou lorsque nous nous sommes tous levés, je dois avouer que c’est un peu le brouillard. Après avoir ingurgité un café noir, deux petits pains et une banane, je me suis recouchée en écoutant ma musique sur mon iphone et en relisant les trois mails que le beau docteur m’avait envoyés pour s’excuser encore une fois de n’avoir pu venir à la noce. Je lui ai pardonné assez rapidement et honnêtement je dois avouer avoir songé que le destin avait arrangé les choses pour le mieux et cela pour nous tous. Pour le souper, selon le plan initial au petit carnet de Kate, il était prévu d’aller manger quelques spécialités péruviennes dans un restaurant réputé soit le Tia Mario à Barranco. Nous devions nous rendre à Barranco cette fois par le Métropolitano.

Nous avions ordonné aux jeunes mariés de nous oubliés pour les prochains vingt-quatre heures et que nous débrouillerions bien sans eux. Jo avait décliné l’offre puisqu’elle ne se sentait pas bien. Avec toutes les émotions vécues je comprenais un peu son besoin de solitude et de tranquillité. Gene pour sa part avait été invité par l’une de ses conquêtes rencontrées durant la noce à un souper en tête à tête. J’avais hâte de savoir le nom de l’heureux élu puisqu’ils avaient été plusieurs à bourdonner autour de notre table et de Gene!!  

Donc nous voici encore en trio,  Kate, John et moi à l‘entrée du Métropolitano près à embarquer en direction de Barranco pour aller manger. Je dois avouer que j’ai faim…

Surprise le cellulaire de Kate qui sonne, c’est la sœur du marié, le célèbre mannequin de la région, qui nous invite à rejoindre la famille au parc là ou il y a un spectacle de sons et lumières avec des fontaines d’eau. C’était d’ailleurs une suggestion de sortie qui avait été mise sur notre liste. Ce spectacle que j’avais eu la chance de voir lors de ma première visite et que malheureusement  je n’ai pas  pu photographier puisque je n’avais pas ma caméra avec moi. Nous hélons donc un taxi qui nous amène à notre rendez-vous. Nous devons y retrouver la sœur, la maman, et tante Cathy qui est en visite pour la noce.

Nous déambulons lentement mais sûrement devant chacune des attractions principales en essayant de ne pas nous faire trop mouillés car il fait frais ce soir.

 

IMG_0643.jpg

 

En chemin, nous croisons Nadia et Romain, toujours tout sourire, qui nous donne rendez-vous à Barranco pour souper. Arrivés à Barranco, surprise le restaurant où nous avions rendez-vous avec Nadia est fermé. Nous nous rendons au deuxième choix de nos guides tout en déambulant lentement dans le vieux quartier de Barranco. Tous les bâtiments sont illuminés avec de petites lumières et il y a encore de nombreuses décorations de Noël, ce qui rend le décor vraiment féerique. Nous serons finalement douze à table et là le choix est unanime ce sera des antigusttos pour tout le monde accompagnés de chicha, le fameux jus mauve fait à base de maïs. Je pose alors la question qui tue à Kate,  c’est quoi des antigusttos??

Elle est coincée de part et d’autre par la sœur du marié qui lui parle en espagnol et Nadia qui lui parle en anglais, la pauvre Kate en a par-dessus les oreilles. John et moi attendons patiemment qu’elle puisse réponde à notre question. Nadia nous explique que ce sont des brochettes servies sur des pommes de terre, que nous allons nous régaler. Nous avons trois sortes de brochettes par assiette. Quand je vois arriver mon assiette je m’exclame en proclamant que je ne réussirais à manger tout cela. Je suis assise en face de la tante et à côté de la mamie. J’ai droit à deux paires de yeux qui en disent long, je m’abstiens donc de tout autres commentaires.

J’ai l’impression qu’à mon intonation elles ont compris ce que j’ai dit! Romain profite de ce moment-là pour venir nous montrer les vidéos pris durant le mariage et lors du party à la maison.

Nous sommes si absorbés par les vidéos que nous mangeons sans trop nous posez des questions et Kate qui nous regarde avec son petit sourire en coin qui semble dire vous êtes en train de vous faire avoir.. Mais par quoi ou par qui??

Nous rigolons devant la vidéo de la fameuse danse lascive à laquelle John s’est livré avec sa partenaire de danse hier soir à la noce. Frappé par une crise d’amnésie soudaine, John avoue ne pas se reconnaître sur la vidéo. Pendant ce temps, la tante devant moi m’invite à goûter à son plat. Comme je ne veux surtout pas provoquer les foudres de la maman et de la tante, je pioche généreusement dans son assiette. C’est bon à s’en lécher les doigts et là tout autour de la table tout le monde me regarde et souris à pleines dents. Mais qu’est-ce que j’ai fait ou dit de si drôle?

John commence à avoir des soupçons sur ce que nous mangeons. J’ai fini par terminer mon assiette sous les regards attentifs de la mamie et de tante Cathy. La sœur du marié  pose alors une question en espagnol à Kate et celle-ci se mets à rigoler. Elle nous annonce alors si nous voulons prendre du dessert.

Kate est une maniaque de ses beignes servis dans une petite sauce sucrée qui ressemble un peu à notre sirop du Québec. Nadia épie maintenant nos moindres mouvements c’est alors que Romain prends sa caméra et nous demande en anglais,  Claire et John avez-vous aimé votre repas? Je commence à me demander si moi et John on ne sera pas obliger de payer le souper de la gang ou encore de laver la vaisselle, mais qu’est ce qu’ils ont tous ??

C’est Kate qui en rigolant nous annonce ce que nous avons finalement mangé. Les tranches sur les brochettes étaient des tranches de cœur de bœuf et ce que j’ai tant aimé dans l’assiette de la tante en face de moi étaient des tripes et de l’estomac de bœuf.

Les miens, mes organes soit mon estomac, mon cœur et mes tripes ne font qu’un bond mais par chance retrouvent leur place respective tandis que je sens John s’agiter sur sa chaise. Ayez pitié de nous, nous venons à peine de nous remettre de la noce d’hier. Les faces que moi et John nous avons n’ont pas besoin d’aucune traduction. Une image vaut milles mots…

Nadia et Romain sont tordus de rire au bout de la table tandis que la maman qui me semblait si sévère il y a à peine quelques minutes se tord de rire en compagnie de sa sœur. Ils nous ont tous bien eu et Kate nous avoue que c’était trop drôle de nous faire languir ce que Nadia lui avait suggéré. Pour se faire pardonner, ils nous ont payé le souper. J’espérais maintenant que leur investissement resterait bien tranquille où le tout était rendu.

Par la suite, nous sommes revenus sur les faits marquants du mariage, les photos, ils se sont aussi informés, bien gentiment, sur ce qui était arrivé avec mon docteur, la maman m’a avoué qu’elle aurait bien aimé le rencontrer et danser avec celui-ci. Charmeuse en plus!! La fin du repas s’est donc bien déroulée sans d’autres surprises gastronomiques et dans la bonne humeur. Des gens attachants et inoubliables. Après des au revoir avec la famille de Romain et Nadia, c’est Lili qui nous a ramener à la maison avec toujours la tante juchée sur les genoux de la maman.