L’économie de communion

Qu’est-ce que les Focolari, ou les retrouvent on?
Le mouvement des Focolari est répandu dans plus de 180 pays dont la Belgique avec 3500 membres. Il a été reconnu dans l’Église catholique le 5 décembre 1964. Selon les statuts, sa Présidence sera toujours attribuée à une femme.

sans-titre

Lorsque j’ai pris connaissance de la brochure de Spiritours, j’ai remarqué ce petit logo en bas à droite de la couverture avec un E noir et un C rouge. C’était mentionné sur le logo Entreprise d’économie de Communion.
Je me suis posé alors la question qu’est-ce qu’une entreprise de communion?
C’est un nouveau modèle économique qui place l’humain (et non le capital) au centre de ses priorités. Les bénéfices sont partagés avec les plus démunis. L’idée de l’économie de communion a été lancée par Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari, en 1991, pour diminuer le fossé séparant riches et pauvres.
Mais qui est Chiara Lubich?

IMG_6404
Chiara Lubich

Chiara Lubich est née en 1920, à Trente en Italie du nord, au croisement du monde latin et germanique, de parents typographes. Son père antifasciste notoire paya durement sa résistance au régime. Chiara Lubich était très engagée dans l’Action catholique et le Tiers-ordre franciscain. Son désir de servir Dieu, l’Église et l’humanité, la poussa en 1943 à se consacrer à Dieu par des vœux. Peu à peu, avec ses premières compagnes se dessina le profil d’une petite communauté qu’on appela “focolare” (foyer en italien). Autour d’elles, un groupe très varié de personnes d’âges et de conditions divers donnèrent une physionomie propre à ce mouvement naissant qui fut reconnu par l’archevêque de Trente.

Chiara Lubich, fondatrice et présidente du mouvement des Focolari est considérée comme une grande figure spirituelle de notre époque, elle a cherché toute sa vie à repousser les frontières de l’unité de la famille humaine. Elle a fortifié les liens entre croyants et incroyants, entre Églises, entre religions, a encouragé des projets audacieux dans la vie professionnelle, économique, politique. Elle savait parler aux enfants et aux spécialistes. Fortement ancrée dans l’Évangile, elle a renouvelé la compréhension de la Passion du Christ et a misé sur les liens d’amour fraternel pour rendre “visible” la présence d’un Dieu proche. Elle a été promotrice dans l’Église d’une spiritualité de communion. Elle a engendré avec le mouvement des Focolari, une famille spirituelle aux engagements divers qui prolonge son ardeur à mettre en œuvre la prière de Jésus avant sa mort : « Père que tous soient un pour que le monde croie que tu m’as envoyé. »

 

IMG_6403
Eglise Maria Theotokos à Loppiano.

 

IMG_6409
Tabernacle dans l’église Maria Theotokos à Loppiano Italie

 

Qu’est-ce que les Focolari, ou les retrouvent on?
Le mouvement des Focolari est répandu dans plus de 180 pays dont la Belgique avec 3500 membres. Il a été reconnu dans l’Église catholique le 5 décembre 1964. Selon les statuts, sa Présidence sera toujours attribuée à une femme.

 

 

 

 

Publicités

Visite de Rome en 2009


Lorsque j’ai décidé de me rendre en Italie à l’automne 2009, j’avais prévu passé quelques jours à Rome et visiter une autre des Sept Nouvelles Merveilles du Monde Moderne soit le Colisée, c’était ma troisième des Merveilles que je visitais alors. Après une rencontre avec ma conseillère en voyage, j’optais pour l’option d’un petit hôtel située tout près du Termini à Rome.

Cependant avant d’y arriver, j’avais un transfert d’avion à Paris et je devais prendre un train pour Rome! C’était l’Aventure avec un grand A. J’étais seule et livrée à moi-même.  J’espérais ben m’en sortir malgré quelques mots d’italien et de mon anglais  toujours aussi basique. Mon itinéraire pour me rendre à destination était plus complexe que lors de mon voyage à Londres mais je voulais tenté l’expérience et savoir de quoi j’étais capable. Je suis finalement arriver à destination sans problèmes. J’étais soulagée et très contente. J’étais donc prête à passer une belle semaine à Rome et aller à la rencontre de son histoire et de sa gastronomie.

Photo 603
Mon hôtel à Rome

De mon hôtel je suis qu’à quelques pas de la station du Termini et heureuse aussi d’avoir opté pour de bonnes chaussures pour mes déplacements sur les dallages romains. Une fois installée me voilà parti en exploration dans les environs de mon hôtel. Mon hôtel est située dans le quartier de la République assez proche d’un centre commercial, d’un cinéma, de l’Opéra et de la route principale qui nous amène tout droit vers les ruines romaines.

Photo 681
Gare Termini à Rome

J’ai trouvé une station d’autobus qui offre le Hop On Hop Off. J’aime beaucoup le concept de ces autobus pour touristes qui te permet de voir tous les lieux à visiter, de descendre et de monter à ton rythme, en plus avec l’audio guide je peux avoir toutes les explications que je souhaite et ce en français.

 

Après ma première nuit, je me suis réveillée affamé, ça tombait bien puisque j’avais le petit déjeuner de compris dans mon forfait. J’en ai profité pour prendre quelques petits pains et une pomme pour le route. Première étape, faire un premier tour complet avec le bus afin de cibler ce qui m’intéresse et de préparer mon plan d’action. Les lieux qui m’ont captivé lors de ce premier tour furent bien sûr le Colisée ainsi que l’immense  place Saint-Pierre. Les préparatifs pour la période des Fêtes étaient commencés puisqu’ils commençaient à monter la crèche pour le période de Noël.

J’en ai profité aussi pour faire un tour de soir et  Rome le soir est magique, la Place Saint-Pierre est encore plus impressionnante. J’avais l’impression d’être observer par toutes ces statues qui sont tout en haut, placées autour de la place. Comme il ne faisait pas très chaud le soir, j’étais contente d’avoir apporté des vêtements chauds.

Je m’étais déniché un petit resto qui servait des pâtes au pesto. J’en salive encore, rien qu’à y penser. Ce plat était servi avec un petit pain chaud et accompagné d’un petit verre de vin rouge. C’est Toutatis en culotte de velours! Si je peux m’exprimer ainsi! (les Romains, les Gaulois, ça ne vous rappelle pas quelque chose?! Une autre soirée  où je n’ai pas eu à compter les moutons pour m’endormir.

Donc maintenant avec mon plan d’attaque en main j’étais prête à passer en mode visite. Ma première destination, bien sûr, le Colisée de Rome. Et croyez-moi il en a des choses à voir! Pour moi qui aime l’histoire je dois avouer que j’en ai eu pour mon argent. Si vous avez beaucoup de temps pour visiter, je vous conseille fortement d’investir dans un audio-guide. Malheureusement je n’ai pas croisé mon gladiateur favori, soit Russell Crowe. Mais j’ai été attrapé par un autre genre de gladiateurs des temps modernes!

 

 

Le jour suivant j’avais opté pour passé une partie de la journée sur la Place Saint-Pierre, une longue visite de la Basilique où j’assistais à des nombreuses messes et où j’espérais avoir la chance de rencontrer le Pape. Malheureusement ma lettre d’introduction auprès du Pape que l’un de mes collègue m’avait aidé à rédiger n’a jamais été retrouvé et cela malgré les nombreux efforts de la gentille dame qui m’a répondu, j’ai donc dû me contenter de l’apercevoir de loin.

Une petite anecdote concernant une rencontre bizarre que j’ai fait à cette endroit. J’étais un peu déçu de ne pas pouvoir rencontrer le Pape, lorsqu’un Monsieur tout près de moi, il m’a semblé être un prêtre, m’a adressé la parole et cela en français. Il m’a tout simplement dit que j’aurais la chance de me reprendre et de revenir à Rome ainsi que mon fils. Après un moment de surprise, je me suis demandé comment il savait que j’avais un fils. Je l’ai recherché du regard en me disant qu’il devait être encore dans les alentours, il avait tout simplement disparu!


 

 

La Pieta à l’entrée est superbe, on dirait même que Marie respire. Je suis même montée tout en haut où la vue de la place St-Pierre est à couper le souffle! L’ascension des escaliers demande aussi beaucoup de souffle, mais c’est à ne pas manquer! Ma visite de la Basilique et de la Place Saint-Pierre m’a pris tellement de temps (avec audio-guide bien sûr!) que j’ai visité le Musée du Vatican au pas de course. J’ai pris la peine de m’asseoir et de reprendre mon souffle tout en contemplant l’oeuvre de Michel-Ange, la fresque du plafond de le Chapelle Sixtine.

 

En soirée, après une bonne journée de marche, je suis allée m’asseoir au cinéma pour assister au deuxième volet de la Saga de Twilight (Histoire de Vampires et Loups Garous). Saga qui était si populaire à ce moment-là, après avoir savouré une bonne pizza marguerita au petit resto du coin! Miam!

 

 

Au programme du lendemain, j’avais prévu la visite d’autres musées puisque la température s’annonçait plus ou moins belle. J’ai donc visité les musées du Trianon. A ma sortie du musée comme il faisait beau je me suis rendue à la Fontaine de Trevi où comme la tradition l’exige j’ai lancé une pièce par-dessus mon épaule en faisant un souhait. J’ai visité le Panthéon et son fameux oculus que j’ai revu par la suite dans le film Anges et Démons. Je n’ai malheureusement pas croisé Monsieur Tom Hanks (Alias Robert Langton).

 

 

Rendue à l’escalier de la Trinité j’en ai profité pour faire une pause et prendre un petit sandwich au Café Greco. C’est un beau coin pour déambuler et faire un peu de lèche vitrine dans les nombreuses boutiques italiennes aux noms si prestigieux.  Il y a de belles et nombreuses fontaines à Rome, ainsi que des obélisques qui ont chacune leurs histoires.

 

Jamais je n’aurais pensé y retourner si vite (Voir Article Pèlerinage en Italie en 2010). La prédiction du mystérieux Monsieur rencontré à Place Saint-Pierre allait se réaliser. Je suis retournée à Rome pour la canonisation du frère André ainsi qu’un pèlerinage en Italie en 2010. Mon fils, pour sa part, s’est rendu en Italie avec deux de ses amis en 2010, lui aussi. Mystérieux hazard!

 

Photo 036
Un spectacle vue à Rome et qui m’a inspiré pour la destination de mon prochain voyage: Matchu Pitchu au Pérou!!

 

Pèlerinage en Italie (Canonisation du Frère André, Rome, Printemps 2010)

IMG_7067

 

Nous étions plusieurs, tôt ce matin là, sur l’esplanade de la Place St-Pierre  pour assister à la canonisation de 6 nouveaux saints dont le frère André, fondateur de l’oratoire St-Joseph.  Il faisait beau  mais pas trop chaud. Nous avions la chance d’avoir des places assises. Cette cérémonie a été longue mais super intéressante. Cela terminait bien un autre beau voyage (pèlerinage en Italie, mon deuxième).

Une image vaux milles mots! Voilà!

 

 

 

 

Et comme dit si bien l’adage:  Jamais deux sans trois!

Voir voyage au Portugal (pour le troisième de mes pèlerinages)!

Bienvenue chez les Masaï!

Photo 259
Le jeune chef en rouge et son cousin en bleu!

 

Nous sommes accueillis par le jeune fils du chef du village celui-ci étant retenu paraît-il ailleurs! Il est accompagné par son cousin un peu plus vieux mais avec un sourire resplendissant, je suis sous son charme. Voici quelques explications sur le style des Masai que le fils du chef nous a confié comme cela peut prendre jusqu’à cinq mois pour établir un village qui sera considéré temporaire puisqu’ils peuvent y demeurer seulement trois ou cinq ans selon les ressources de leur environnement. Ce sont des éleveurs avec de nombreux troupeaux de chèvres et de moutons. Ces troupeaux qu’ils protègent grâce à des barrières faites de nombreuses branches d’acacia empilées. Ces branches d’acacia qui sont pourvus de ses énormes épines afin d’éloigner les prédateurs tels que les hyènes et les lions bien sûr.

J’ai eu droit de m’entretenir avec le chaman ou le sorcier du village concernant le pouvoir des différentes racines utilisées pour soigner les différents maux que peuvent souffrir ses villageois. Quand les cas sont plus graves, les malades sont acheminés dans les villes avoisinantes pour des traitements plus sérieux.

DSCN3584
Rencontre de deux sciences

Par la suite j’ai eu la chance de visiter une hutte familiale fait de boue et d’un autre matériel dont j’imagine facilement la provenance par l’odeur qui s’en dégage. A l’intérieur je ne vois absolument tant il y fait noir, la seule chose que je réussis à apercevoir sont les dents blanches de mon interlocuteur. Lorsque je retourne à l’extérieur je suis toute ébloui.

 

Photo 261
Visite de la maison

 

Nous aurons d’apercevoir quelques dames du village puisqu’elles viendront nous faire une petite danse à laquelle nous serons conviés.

 

DSCN3579
Les femmes du village Masaii

Les Masai ont cette particularité physique qu’Ils ont une anatomie particulière puisqu’ils ont les jambes longues donc les fémurs qui sont beaucoup plus long que chez les autres humains de la planète. Ce qui fait que lorsqu’ils dansent et sautent l’impression est qu’ils vont s’envolée tant leur bond est tout en hauteur. L’illusion est parfaite.
Malgré mes deux fémurs et ma stature j’ai quand même participé de tout mon cœur et mon corps à leur sauterie ou plutôt devrais-je dire à leur danse. Un autre moment mémorable dont j’ai gardé quelques traces grâce aux vidéos pris à partir de ma caméra, avec la complicité de Gaston. J’imagine déjà la face de certains lorsqu’ils vont me voir danser à la manière Masai.
En tout cas, ma prestation et surtout ma participation leur a sûrement plu puisque j’ai eu droit à un collier m’indiquant que je faisais maintenant parti de leur tribu. J’ai été le temps de quelques minutes un membre d’une tribu Masai. Un autre fait à ne pas oublier de mentionner lors de la rédaction de mes mémoires.

 

Photo 248
Une petite danse!

Je retrouve finalement mes compagnes de voyage en compagnie des femmes de la tribu en train de faire du magasinage et que les dames Masai nous présentent leurs créations. Il a beaucoup de bijoux, comme des bracelets, des colliers, des bagues fait à la main. Par la suite nous retrouvons quelques sculptures de guerrier Masai et les fameux petits paniers à pain avec sculptés tout autour les figurines représentants les big five du Kenya soient le léopard, le buffle, le lion, le rhinocéros et l’éléphant.

Pas après selon la tradition, on s’asseye et on essaie de négocier les prix à la baisse. J’ai découvert encore une fois que pour le marchandage je n’y suis vraiment pas. Je ne l’ai pas du tout. Dieu Merci! Guy est venu à mon secours sinon j’aurais laissé un bien trop gros don au village. Comme je n’avais pas bien compris le principe mes guides m’ont pardonné mais j’y ai laissé un peu plus de ce que j’avais prévu.

J’en suis quand même revenu avec trois plats, deux bracelets, une sculpture sans oublier mon collier pour ma participation à la danse. Je l’ai d’ailleurs toujours accroché au-dessus de mon armoire à la maison et je ne peux m’empêcher de sourire lorsque je l’aperçois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mexique et les Mayas

 

chichenitza2

 

Les Mayas, l’un de ses peuples qui ont su lire dans les étoiles et nous prédire, avec une certaine marge d’erreurs,  certaines catastrophes. Moi qui suis sorcière à l’occasion m’amuse à prédire l’avenir. Le média que j’utilise sont les cartes. Mais passons ce n’est pas le sujet de cet article.

Maintenant que mon projet de faire un voyage avec chacun des membres de ma famille avait été réalisé, je me cherchais un nouveau défi. J’avais entendu dire à mon retour de la Terre Sainte qu’il avait un vote concernant la création d’une nouvelle liste pour les Sept Nouvelles Merveilles du monde moderne. Sans le savoir, j’avais visité l’une de celle qui apparaissait sur cette liste, soit Pétra en Jordanie. J’étudiais donc attentivement cette fameuse liste. Elle venait de devenir ma source d’inspiration pour mes prochains voyages.

Mon but était de débuter par les destinations qui n’étaient pas trop éloignées et qui ne nécessitaient pas trop de préparatifs  (comme une demande de visa, des vaccins, etc…).  La première qui s’est présentée était la pyramide de Chitchen Itza au Mexique.

En 2007, j’étais en route au Mexique, dans un tout inclus dans le coin de Riviera Maya que ma conseillère en voyage, elle commençait d’ailleurs à bien me connaître, m’avait réservé.

DSC02263
Mon hôtel à Riviera Maya

Lors de mon arrivée tardive à l’hôtel, une surprise m’attendait, deux autobus de touristes américains (des USA) venaient de débarquer. J’ai donc dû oublier mes repas dans les restaurants à la carte puisqu’ils affichaient complets et cela pour les deux  services. Les repas que j’ai mangé dans la salle à manger, style buffet, ont été très bons. J’ai apprécié les invitations des nombreuses personnes à me joindre à eux lors des repas. Il faut dire que j’avais rencontré certains d’entre eux lors des différentes excursions.

Étrangement la plage avait des séquelles suite à un ouragan puisqu’il y avait tout le long de celle-ci des structures recouvertes de plastique afin de retenir le sable. Cela ne m’a pas empêché de vivre une nouvelle expérience. J’ai fait du parachute tiré par un bateau. J’ai bien eu peur de servir d’apéritif aux requins à ce moment-là! Mais dieu merci! ils n’ont pas voulu de moi. 

L’animal qui m’a causé plus de peur que de mal et me semblait beaucoup plus inoffensif qu’un requin fut un oiseau, un pélican. J’adore observer les oiseaux, un hobby que mon mari m’a fait découvrir. Lorsque j’ai aperçu ce gigantesque spécimen de la faune ailé, j’ai décidé de me rapprocher afin de prendre une photo afin de l’immortaliser pour le montrer à mon mari. J’avançais donc lentement mais sûrement sur l’une de ses fameuses structures recouverte de plastique vers ma cible. J’allais appuyer pour prendre la photo, lorsque plouf! j’ai glissé pour me ramasser les quatre fers en l’air dans l’eau. J’ai réussi à sauver de justesse ma nouvelle caméra du désastre en la maintenant en l’air. Moi j’ai bu la tasse et bien trempée. J’ai dû me rendre jusqu’à ma chambre, traverser le lobby de l’hôtel, toute dégoulinante jusqu’à ma chambre. Une chance c’était tôt le matin, les gens que j’ai croisé semblait se poser quelques questions sur mon compte. Le reste de mon séjour je me suis contentée d’observer ses charmants pélicans d’un peu plus loin!

DSC02272
Parc Xcaret (De tout pour tous!)

J’ai pris une journée complète pour visiter le parc Excaret de fond en comble et cela malgré la température maussade. Nous avons eu la chance d’assister à un souper spectacle qui raconte l’histoire du Mexique. J’ai hésité au début et je me suis dit, quand a y être, autant en profiter et prendre tout le kit! J’ai trouvé le spectacle fantastique, ça ressemblait à notre spectacle de la folle histoire du royaume au Lac St-Jean mais version mexicaine. C’était joyeux comme spectacle avec beaucoup de chansons, de danses et de magnifiques costumes. Ce qui a plus attiré ma curiosité  est la reproduction d’un jeu de balle que les mayas utilisaient lorsqu’ils avaient des différents avec des adversaires. Les perdants étaient sacrifiés. Je n’ai pas tout compris la stratégie du jeu, mais lors des visites les jours suivants sur les différents sites mays. J’allais obtenir un peu plus explications grâce aux excellents guides qui nous ont accompagnés.

DSC02412
Notre groupe devant la pyramide de Coba

J’ai visité Coba, un autre site maya cachée dans la forêt. Je n’ai pas beaucoup de photos de ce voyage parce que cette fois j’avais oublié le chargeur à la maison. La pyramide de Coba m’a paru très abîmée, je gardais donc les photos pour ma visite au site de Chitchen Itza.

Chitchen Itza! Il faisait beau, il faisait chaud, la route était cependant longue pour s’y rendre mais ça valait le coup. Nous avons même eu droit à un arrêt pour se rafraîchir dans une cénote. C’est une grotte avec des lacs naturels à l’intérieur. Chitchen Itza et les cénotes sont mes deux coups de coeur du voyage.

 

 

Qui étais- tu Gertrude Stein?

C’est suite à la lecture d’un article dans mon petit journal de métro matinal qui mentionnait la présentation d’un opéra (Twenty Seven) qui aurait lieu à Montréal.

Opéra qui traite de la vie de deux femmes dont l’une d’elle Gertrude Stein.

Cela m’a poussé à mieux connaître ce personnage qui a marqué la vie de plusieurs artistes américains qui ont migré en France à Paris entre deux guerres, dont Ernest Hemingway sur lequel j’ai écrit quelques lignes. (Voir mon article Ernest et Moi). Monsieur Hemingway faisait partie de ce groupe qu’on avait surnommé à l’époque ‘la Génération perdue’.

838_img_0469
Portrait de Gertrude Stein par Pablo Picasso

 

D’où vient donc cette appellation et qui l’a créé. Ce qui m’amène à Gertrude Stein, ce genre de mécène des plus haut en couleur, une femme, lesbienne et juive. Artiste, écrivaine et collectionneuse d’art d’origine américaine, un beau mélange pour attirer ma curiosité.

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Alleghany,Pennsylvanie , le 03/02/1874
Mort(e) à : Paris , le 27/07/1946

Gertrude Stein était une poétesse, écrivain, dramaturge et féministe américaine qui a passé la majeure partie de sa vie en France.

Elle a été un catalyseur dans le développement de la littérature moderne et de l’art moderne. Par sa collection personnelle et par ses livres, elle contribua à la diffusion du cubisme et plus particulièrement de l’œuvre de Picasso, Matisse et même Cézanne.

Son œuvre la plus connue est ‘L’Autobiographie d’Alice B. Toklas’ et le public qui en fit un succès découvrait une Gertrude Stein que ses oeuvres antérieures avaient reléguée dans le champ plus restreint de l’avant-garde.

athome
Au 27 rue de Fleurus

Au 27 (Twenty Seven) rue de Fleurus à Paris résidait Gertrude Stein, c’est grâce à son influence que Pablo Picasso, Henri Matisse, Paul Cézanne (pour les peintres) et F. Scott Fitzgerald (Gatsby le magnifique) et Ernest Hemingway (pour les écrivains) ont connu le succès.  Cette  »génération perdue » se retrouvait tous les samedis soirs dans le salon de Madame Stein  pour être connus et reconnus.

838_480px-gertrude_stein_1935-01-04
Gertrude et Alice

Sans aucun doute, elle était l’influenceuse de son époque. En plus du fait qu’elle était juive à Paris en pleine montée du nazisme, Gertrude Stein fascine par le simple fait qu’elle affichait fièrement son homosexualité. Elle et sa conjointe Alice B. Toklas se nommaient publiquement mari et femme.

Elle n’aimait rien tant que s’endormir dans les musées pour s’éveiller parmi les tableaux.

838_alice_b._toklas_by_carl_van_vechten_-_1949
Alice Toklas

A partir de 1908, date à laquelle Alice Toklas fait irruption dans sa vie, Gertrude, qui ne tardera pas à s’éloigner irrémédiablement de Leo, s’affirme dans sa sexualité.
Chargée de s’occuper de son secrétariat, Alice Toklas est séduite par les écrits de cette dernière, au moment même où Léo se montre indifférent aux appétences littéraires de sa sœur. Alice s’inféode au génie de Gertrude tout en devenant la « bonne fée » de son intérieur, s’occupant du ménage, de la cuisine… Elle sera sa compagne jusqu’à sa mort. Leo Stein le supporte mal…

gretrudealice
Même si leur hôtel de la rue de Fleurus accueille maintenant toute l’avant-garde artistique et littéraire, Gertrude ne rencontre que peu de succès auprès des éditeurs. Alors que le cubisme lui fait appréhender le langage autrement que par l’approche traditionnelle signifiant/ signifié, les journalistes lui reprochent de malmener la langue française.

La renommée de Gertrude va croissant. En 1927, elle écrit : « Ma célébrité augmente et même je commence à croire que j’en ai bien assez, mais je ne vais pas me plaindre, je ne peux pas dire que cela me déplaise. » En 1933, l’Autobiographie d’Alice Toklas consacre ce succès. En fait, Gertrude s’y raconte elle-même à travers les yeux de sa compagne.

 

gertrude-stein-alice-b-toklas2

 

En 1938, le propriétaire souhaitant récupérer son appartement, elle et Alice quittent la rue de Fleurus pour la rue Christine… qu’elles désertent à son tour en 1939. C’est la guerre, à nouveau, et les deux femmes, juives et homosexuelles, partent se réfugier à Belley près de Chambéry.
« Tous savaient où elle était mais personne n’osa la toucher, ni les Allemands ni la Milice de Vichy « , écrit Antoine de Becque. En effet, Gertrude et Alice retrouveront leur appartement et leur collection intacte après la guerre. Elles ont bénéficié de la protection d’un de leurs amis, l’universitaire et écrivain Bernard Faÿ, qui a collaboré avec les nazis…

La « papesse de l’avant-garde  » meurt à Paris d’un cancer (maladie qui a également emporté sa mère et ses frères) en juillet 46. Elle a quand même eu le temps d’achever un livret d’opéra, The Mother of Us All , qui met en scène les tribulations d’une suffragette du 19e siècle. Sur son lit de mort, elle aurait demandé, « Quelle est la question « , et, devant le silence qui s’ensuivit… : « S’il n’y a pas de question, alors, il n’y a pas de réponse.  »
Alice s’éteint onze ans plus tard, dans la misère : désireuse de transmettre les tableaux de Gertrude Stein à la postérité, elle n’en a pas vendu un seul. Vain effort, puisque les toiles seront dispersées aux quatre vents par les héritiers.

Aujourd’hui, grâce aux prêts des collectionneurs privés et des institutions (et notamment, le Museum of Modern Art de New York et le Baltimore Museum of Art ) près de 250 œuvres ayant fait partie de l’exceptionnelle collection rassemblée par Leo, Gertrude, Michael et son épouse, Sarah, sont visibles au Grand Palais, à Paris. De Picasso à Picabia, en passant par Matisse, Cézanne, Renoir, Bonnard, Gauguin… cette exposition fait donc revivre plus largement l’aventure de toute la famille Stein.

 

Pèlerinage en Italie (Florence)

 

 

 

IMG_6429
Claire avec une vue de Florence et du pont Vecchio.

 

Notre visite à Florence  fut de courte durée nous sommes donc rendus au centre de cette magnifique ville afin de voir les monuments les plus importants de la ville dont la cathédrale Santa Maria del Fiore et son dôme (el duomo). C’est la principale attraction de Florence. La cathédrale date du XIII ème siècle, elle signifie en français: cathédrale Sainte Marie de la Fleur en lien avec le Lys de Florence.
On peut diviser ces monuments de Florence en quatre parties:

La Cathédrale Santa Maria
Le Dôme
Le Campanile de Giotto
Le Baptistère

IMG_6451

 

La Cathédrale Santa Maria est très imposante de l’extérieur. Elle est la cinquième église d’Europe par sa taille. La façade si impressionnante est sujet à critique puisqu’elle fût refaite dans les années 1800. Elle est composée de 3 marbres de 3 régions différentes d’Italie: blanc, vert et rose.

IMG_6424
Cathédrale Santa Maria del Fiore

Le dôme fût construit par l’architecte Filipo Brunelleschi en 1436. C’est le plus grand dôme du monde avec 45m de diamètre.

IMG_6435
Le dôme fût construit par l’architecte Filipo Brunelleschi en 1436.

 

IMG_6450
Le campanile fait une taille de 84 mètres.

 

De l’extérieur, vous pouvez admirer la porte du paradis et à l’intérieur, une très belle fresque du jugement dernier.

 

IMG_6491
La porte du paradis

 

Le Palazzo Vecchio est l’hôtel de ville de Florence. A l’origine, le palais était le siège du gouvernement de Florence. Il se nommait alors le palazzo della Signoria. Ensuite les Médicis ont déménagé de l’autre côté de l’Arno pour s’installer au Palais Pitti. C’est à ce moment-là que le palais fût nommé vecchio (vieux en italien) A l’intérieur, vous pouvez trouver la célèbre salle des cinq cents, l’une des plus célèbres pièces d’Italie.

 

IMG_6472
Palazzo Vecchio

 

Après avoir pris un bon dîner dans l’une des petites rues du centre-ville de Florence, nous avons déambulé et nous avons eu la chance d’apercevoir quelques annonces pour le Palio de Sienne qui allait avoir lieu un peu plus tard dans l’année. J’ai d’ailleurs fait une présentation sur cette course lors de l’un de mes cours chez April-Fortier (Voir mon article le Palio de Sienne, un course en moins de 2 minutes).

 

Par la suite, nous sommes repartis en route vers Rome, notre dernier arrêt de ce beau voyage pour assister à la canonisation du Frère André de l’Oratoire  St-Joseph à Montréal.