Mes articles sur le blogue chez Spiritours

Pour ceux qui veulent découvrir mes talents j’écris depuis quelque temps des articles pour le blogue du groupe pour qui je travaille soit le Groupe Spiritours.

Voici quelques liens:

http://tourisme-spirituel.info/cultiver-sa-foi-3-pelerinages-qui-ont-transforme-ma-vie/

http://tourisme-spirituel.info/cultiver-son-jardin-interieur/

http://tourisme-spirituel.info/perdre-ses-reperes/

http://spiritours.com/

 

Bonne lecture,

Claire 😉

Publicités

Mes pèlerinages avec Spiritours (Aux sources de la foi)

 

DSC01280

 

C’est grâce à l’une de mes collègues au travail que j’ai découvert Spiritours. Nous assistions à l’une des messes pour les amis de l’Oratoire St-Joseph. Mon fils chantait alors avec les Petits Chanteurs du Mont-Royal. C’est lors de cet évènement qu’elle m’a demandé si j’accepterais de l’accompagner pour un pèlerinage en Terre Sainte. Le curé de sa paroisse organisait un groupe pour un pèlerinage en Israël et cherchait quelques participants. Un programme bien orchestré par Spiritours, ce voyagiste spécialisé dans les voyages de ressourcement de la foi.

DSC01253

 

Ce voyage nous a permis de visiter Jérusalem, Bethléem, Nazareth, de faire une incursion en Jordanie dans le désert du Wadi-Rum, de voir Petra et de faire une petite baignade dans la Mer Morte. Comme nous étions en pèlerinage une messe était célébrée chaque jour. Je suis revenue de ce premier pèlerinage charger à blocs.
J’ai donc récidivé un peu plus tard par un autre pèlerinage cette fois en Italie.

Un autre beau voyage qui allait se conclure à Rome par la cérémonie de canonisation du frère André et de quatre autres saints. Je ne pouvais laisser passer cette occasion unique d’assister à cet évènement la canonisation d’un québécois André Bessette ou frère André, le fondateur de l’Oratoire dédié à St-Joseph. Ce pèlerinage avait pour itinéraire Assise (visites des lieux ou François et sa sœur Claire ont demeurés), une visite chez Padre Pio, une visite à Sienne, un séjour à Florence pour finalement conclure à Rome avec la canonisation. De toute beauté….et comme le dicton le dit jamais deux sans trois…

IMG_2260
Mon troisième pèlerinage avec Spiritours a eu lieu lors d’un voyage au Portugal-Espagne. J’ai eu la chance d’assister à une cérémonie de Canonisation soir la canonisation de deux des trois petits bergers qui ont été témoins de l’apparition de la Vierge à Fatima. Cérémonie qui fut célébrée par le Pape François. En bonus du voyage, une petite marche sur la fin du sentier de Compostelle et la visite de la cathédrale de St-Jacques. En d’autres mots, un autre pèlerinage inoubliable…

 

 

Le chapelet et ses mystères

 

DSCN0216
Énorme chapelet à Fatima

 

Le chapelet

Un chapelet est un objet de dévotion religieuse généralement constituée de grains enfilés sur un cordon formant cercle. Utilisé dans diverses traditions religieuses (sous des noms différents) le chapelet sert à compter des prières récitées de manière répétitive en égrenant des grains. Ceux-ci sont de matériau d’origine diverse, souvent ordinaire (bois, os, noyaux, métal) mais également précieux (ivoire, corail, pierre précieuse, perle).
Le fabricant de chapelets catholiques est appelé en français le « patenôtrier ».

Différents types de chapelets

Tchotki orthodoxe

 

images
Tchotki

Dans le christianisme, il existe différents types de chapelets selon les confessions, dont l’usage varie : le tchotki ou komboskini est un chapelet utilisé par les orthodoxes et les catholiques s de 33, 50, 100 ou 300 nœuds ; le lestovka, chapelet utilisé par les orthodoxes vieux-croyants.

 

Islam

 

_7ea719e2_431483
Tesbih

Misbah musulman
Le sabha ou misbaha est un chapelet musulman qui compte généralement quatre-vingt-dix-neuf grains — correspondant aux 99 noms qualifiant Dieu — ou cent grains parfois séparés en trois parties de trente-trois grains chacune (ceci par trois séparateurs : un grand et deux petits). Le tesbih (se prononce « tespi ») est un chapelet musulman d’origine turque à 33 grains (1 grain égal 3 grains donc équivalent à 99 grains).

 

Religions orientales

3d7141b5abfec23d537bc6bd256c0f55
Chapelets bouddhiques ou hindous dits Mâlâ
Le mâlâ est un chapelet utilisé dans l’hindouisme, le jaïnisme et le bouddhisme, appelé également nenju juzu ou yu-dsu en Extrême-Orient, qui compte cent-huit grains (27 dans l’amidisme) ont une signification symbolique. Le sikhisme utilise également une forme de mâlâ ainsi qu’une corde à quatre-vingt-dix-neuf nœuds.
Chapelets profanes
Le komboloï, objet grec ressemblant beaucoup à un chapelet, mais sans rapport à la religion et utilisé pour se détendre ou s’occuper les mains plutôt que pour prier.

Chapelets catholiques

 

chapelet-300x4141
Chapelet catholique

 

Le chapelet catholique traditionnel est composé de cinq dizaines de grains séparés par des gros grains ; c’est le modèle le plus courant et le plus connu. Par métonymie, le terme « chapelet » peut également désigner les prières que l’on récite avec un chapelet.
Il est utilisé par les fidèles catholiques pour compter les Je vous salue Marie, chaque dizaine consistant à réciter dix Je vous salue Marie4. Quatre chapelets dits successivement — vingt dizaines pour les vingt mystères de la vie de Jésus (joyeux, lumineux, douloureux et glorieux) — constituent un « rosaire ».

Le chapelet commence par la récitation du Credo (correspondant à la croix du chapelet), suivi d’un Notre Père (le premier grain), de trois Je vous salue Marie (le groupe de trois grains suivant, correspondant aux vertus théologales), et d’un Gloire au Père (le dernier grain avant la boucle). Ensuite chacune des cinq dizaines commence par un Notre Père (le grain isolé), suivi de dix Je vous salue Marie (le groupe de dix grains) et se terminant par un Gloire au Père.

Il existe également un chapelet constitué de sept septaines séparés par des médailles (plus rarement des gros grains) formant le cercle, auxquels s’ajoutent trois grains s’achevant par une médaille. Ce modèle très particulier est appelé Chapelet des sept douleurs de la Vierge.

 

sans-titre
Chapelet des sept douleurs de la Vierge.

 

C’est donc ancien ?
Oui, c’est presque une obsession pontificale depuis le XVIe siècle. Il n’y a pas un pape qui n’ait recommandé, et avec force, la prière du rosaire, comme un moyen très bénéfique pour les chrétiens de s’associer aux mystères du Christ.

Il y a une différence entre chapelet et rosaire ?
Oui, le chapelet est une partie du rosaire, le rosaire étant la totalité des mystères à méditer, mystères joyeux, lumineux, douloureux, glorieux. Le chapelet ne médite qu’une série de mystères.

Le Rosaire 

Le Rosaire est un semblant de résumé de l’évangile. Après avoir rappelé l’incarnation et la vie cachée du Christ (Mystères Joyeux) et avant de s’arrêter sur les souffrances de la passion (mystères douloureux), puis sur le triomphe de la résurrection (mystères glorieux), la méditation se tourne aussi vers quelques moments particulièrement significatifs de la vie publique (mystères lumineux).

Combien de temps dure un rosaire ?
On dit un chapelet en vingt minutes environ, il faut donc compter une heure et demi environ pour un rosaire.

Comment prier le Rosaire de la Vierge Marie?

1 – Faire le signe de la croix.

2- Dire la profession de la foi.

3- Prier le Notre Père, trois Je vous salue Marie.. et le Gloire soit au Père…

Pour les cinq mystères:

4-  Annoncer le mystère

5- Prier le Notre Père , les dix Je vous salue Marie et le Gloire soit au Père

Après chaque dizaine:

6- Dire la prière donnée par la Sainte Vierge à Fatima: O Jésus, pardonnez-nous et sauvez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Paradis toutes les âmes au ciel, spécialement celles qui ont plus besoin de votre miséricorde.

Les mystères

Mystères Joyeux: Les mystères joyeux célébrés le lundi et le samedi sont: l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple et finalement Jésus perdu et retrouvé au Temple.

Mystères Lumineux: Les mystères Lumineux célébrés le jeudi sont:  le Baptême du Seigneur, Les Noces de Cana, la prédiction apostolique, la Transfiguration et finalement l’institution de l’Eucharistie.

Mystères Douloureux: Les mystères Douloureux célébrés le mardi et vendredi sont: l’Agonie de Jésus, la Flagellation, le Couronnement  d’Épines, le Portement de la Croix, la Crucifixion.

Mystères Glorieux: Les mystères Glorieux célébrés le mercredi et le dimanche sont: la Résurrection, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption de la Très Sainte Vierge et le couronnement de Marie au ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pèlerinage en Italie, Assise (Basilica di San Francesco, Assisi)

 

IMG_6269
Notre groupe à Assise

 

Mon second pèlerinage a eu lieu en Italie, ce pèlerinage me permettrait de faire d’une pierre deux coups puisque cela nous amènerait aussi à Rome pour la canonisation du Frère André.

Voici donc un bref résumé de l’itinéraire suivi durant ses deux semaines en Italie. Nous avons débuté par une visite à Assise (Visite à St-François d’Assise et à sa sœur Ste-Claire), un petit coup d’œil à Sienne, une visite de Florence, un grand tour au sanctuaire de Padre Pio à San Giovanni Rotondo et pour finalement Rome afin d’assister à la cérémonie de Canonisation. Un programme bien rempli..

Assise est une magnifique ville médiévale dans laquelle on peut se promener sans danger.

 

Après une visite guidée d’Assise,

 

 

nous avons eu la chance d’aller visiter aussi l’église de Sainte-Claire et des Clarisses.

 

 

Après s’être reposé et remis du décalage horaire nous étions prêts à reprendre la route direction le sanctuaire dédié à Padre Pio.

 

 

Sur les traces de Jésus de Nazareth!

 

DSC01137
Mont des Béatitudes, l’un de mes coups de cœur!

Lors de mon pèlerinage en Terre Sainte de 2006 j’ai eu la chance de visiter les  principaux  sites par où Jésus serait passé. Cela m’a permise de redécouvrir le Nouveau Testament!

Nous avons débuté par une visite à la Basilique de l’Annonciation, le lieu où Marie aurait reçu la visite de l’ange Gabriel.

DSC01205
La Basilique de l’Annonciation

Né à Bethléem, il grandit à Nazareth et fut baptisé dans le Jourdain par son cousin Jean le Baptiste près de Jéricho. La vie de Jésus se déroule dans une zone géographique relativement restreinte.

 

La majeure partie de sa vie se déroula autour de la région du Lac Tibériade où il prêcha, raconta des paraboles et accomplit des miracles.  L’un des premiers miracles qu’il fit eut lieu au Noces de Cana, non loin de Nazareth lors d’un mariage, où il changea l’eau en vin.

 

Nous avons eu droit à une belle cérémonie consistant au renouvellement des vœux de mariage des couples à cet endroit, malheureusement il n’a pas eu d’eau changé en vin….

 

Nous sommes rendus pour une visite rapide du lieu où Jésus aurait été baptisé, soit près de la source du Jourdain et un rapide coup d’œil du lieu de la tentation au désert soit au monastère grec orthodoxe de la Tentation.

Au lac Tibériade ou Mer de Galilée  nous avons résidé dans un kibboutz. J’ai adoré cet endroit. C’est d’ailleurs sur les rives de ce lac que Jésus à rencontrer et recruter (si on peut dire) ses premiers disciples des pêcheurs dont Pierre pour en faire des pêcheurs d`hommes.

 

Parlant pêche, Jésus a accompli un autre miracle dans le secteur du Lac Tibériade par la multiplication des pains (et des poissons). L’évènement est commémoré dans une jolie petite église de Tabkha, au sud-ouest de Capharnaüm.

 

Capharnaüm est l’endroit où ont eu lieu les enseignements de Jésus et serait aussi la ville natale de Pierre.

 

 

Je terminerai ma visite des sites du Nouveau Testament et du ministère de Jésus par la visite au Mont des Béatitudes et où a lieu le sermon sur la montagne soit l’un des discours le plus important dans l’enseignement du Christ, les Béatitudes. « Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le royaume des Cieux est à eux ». (Matthieu, V-VII)

 

Peu importe ce que l’avenir me réserve mais je dois avouer que je n’oublierai jamais ce pèlerinage en Terre Sainte et surtout cette sensation spéciale et unique qui m’a envahi lors de cette visite sur le mont des Béatitudes.

 

 

 

La Via Dolorosa (Chemin de Croix à Jérusalem)

C’est le matin nous sommes tous frais et dispo. Père Francis nous a invité à faire la Via Dolorosa, la voie douloureuse, le chemin parcouru par le Christ avant sa crucifixion.  La vue de Jérusalem de cet endroit est superbe.

 

 

DSC01297
Une vue splendide

 

Après une visite du tombeau de la Vierge, la chapelle du Dominus Flevit, l’Église de Toutes-les-Nations, l’Église du Pater Noster et le départ a eu lieu sur le Mont des Oliviers du jardin de Gethsémani.  L’itinéraire est marqué par 14 stations. Certaines sont signalées par de simples plaques murales tandis que d’autres se trouvent dans des bâtiments. Les cinq dernières sont situées dans l’église du Saint-Sépulcre.

Nous voilà parti!

Première station:  Condamnation à mort du Christ.

Deuxième station: Jésus se charge de sa croix après avoir été flagellé et couronné d’épines.

DSC01304

Troisième station: Le Christ tombe pour la première fois.

Quatrième station: Rencontre avec Marie.

Cinquième station: Simon de Cyrène porte la croix de Jésus.

DSC01309

Sixième station: Véronique essuie le sang et la sueur sur le visage du Christ.

Septième station: Deuxième chute du Christ.

Huitième station: Jésus se retourne pour consoler les filles de Jérusalem.

Neuvième station: Troisième chute du Christ.

 

DSC01308

Dixième à la treizième station: Ces quatre stations (partage des vêtements, crucifiement, mort de Jésus et déposition) se trouvent toutes à l’endroit où la tradition situe le Golgotha, à l’intérieur du Saint-Sépulcre.

DSC01314

Quatorzième station: Le sépulcre est la dernière station. Le tombeau appartenait à Joseph d’Arimathie qui demanda le corps de Jésus à Pilate.

 

 

 

 

 

 

À la découverte de Jérusalem ! (Quartiers Chrétiens et Arméniens)

 

DSC01266.JPG
Visite du quartier par les toits

 

Après une journée bien remplie à déambuler dans le dédale des rues de Jérusalem, nous avons conclu notre visite dans le quartier chrétien où se trouvait d’ailleurs notre hôtel en passant par les toits.

Voici un bref résumé de la religion du christianisme, notre livre saint est la bible avec son ancien et nouveau testament. On retrouve les évangiles écrits par Luc (représenté par un taureau) , Mathieu (représenté par un ange),  Marc (représenté par un lion ailé) et Jean (représenté par l’aigle). Notre lieu de pratique est l’église et la cérémonie est l’eucharistie.  Deux grandes fêtes sont célébrées Noël qui célèbre la naissance de Jésus et la Pâque, la  crucifixion et sa résurrection. Nous avons aussi les sacrements, soit le baptême (à la naissance), la communion, la confirmation, la confession, la profession de foi, le mariage et le sacrement de l’extrême onction  (pour les morts).

 

Maintenant une visite au St-Sépulcre, le haut lieu du christianisme était de mise.

 

 

DSC01284
Pierre de l’Onction

 

Édifiée sur le site supposé de la crucifixion, de l’ensevelissement et de la résurrection du Christ. Après s’être presque perdu en chemin entre notre hôtel et la basilique dans le labyrinthe des rues nous sommes parvenus sur le parvis. Une fois à l’intérieur il nous a fallu un certain temps pour que notre vue s’habitue à l’obscurité de l’endroit. Pour ma part j’ai débuté par la pierre de l’onction, l’endroit ou le corps du Christ y aurait été oint après sa mort.

 

Par la suite je suis monté l’escalier à droite de l’entrée. Sur le Golgotha, la vitre qui entoure l’autel grec orthodoxe permet de voir le rocher vénéré comme le lieu de la crucifixion. J’étais curieuse de savoir pourquoi nous étions surveillé par un prêtre tout de noir vêtu, un prêtre orthodoxe. Il faut mentionner ici que plusieurs communautés chrétiennes sont présentes soit les églises syriennes et grecques orthodoxes, les Arméniens, les Éthiopiens et les Coptes. Les Catholiques Romains sont là depuis les croisades et les protestants sont les derniers de ce groupe. On comprends maintenant la signification de l’expression populaire suivante: !Y a du monde à messe!

 

DSC01320
L’entrée du tombeau du Christ

 

Ma surprise était loin d’être terminé quand j’ai aperçu la ligne interminable de pèlerins qui attendaient pour la visite du tombeau du Christ, le site le plus sacré de l’endroit. J’ai encore été plus surprise lorsque j’ai réussi à rentrer à l’intérieur du monument et de voir tous ses cierges qui brûlaient autour de ce bloc de marbre qui couvre le rocher sur lequel aurait reposé le corps du Christ…

Une fois la visite terminée nous sommes retournés à notre hôtel l’âme en paix et le cœur léger!