Visite de Rome en 2009


Lorsque j’ai décidé de me rendre en Italie à l’automne 2009, j’avais prévu passé quelques jours à Rome et visiter une autre des Sept Nouvelles Merveilles du Monde Moderne soit le Colisée, c’était ma troisième des Merveilles que je visitais alors. Après une rencontre avec ma conseillère en voyage, j’optais pour l’option d’un petit hôtel située tout près du Termini à Rome.

Cependant avant d’y arriver, j’avais un transfert d’avion à Paris et je devais prendre un train pour Rome! C’était l’Aventure avec un grand A. J’étais seule et livrée à moi-même.  J’espérais ben m’en sortir malgré quelques mots d’italien et de mon anglais  toujours aussi basique. Mon itinéraire pour me rendre à destination était plus complexe que lors de mon voyage à Londres mais je voulais tenté l’expérience et savoir de quoi j’étais capable. Je suis finalement arriver à destination sans problèmes. J’étais soulagée et très contente. J’étais donc prête à passer une belle semaine à Rome et aller à la rencontre de son histoire et de sa gastronomie.

Photo 603
Mon hôtel à Rome

De mon hôtel je suis qu’à quelques pas de la station du Termini et heureuse aussi d’avoir opté pour de bonnes chaussures pour mes déplacements sur les dallages romains. Une fois installée me voilà parti en exploration dans les environs de mon hôtel. Mon hôtel est située dans le quartier de la République assez proche d’un centre commercial, d’un cinéma, de l’Opéra et de la route principale qui nous amène tout droit vers les ruines romaines.

Photo 681
Gare Termini à Rome

J’ai trouvé une station d’autobus qui offre le Hop On Hop Off. J’aime beaucoup le concept de ces autobus pour touristes qui te permet de voir tous les lieux à visiter, de descendre et de monter à ton rythme, en plus avec l’audio guide je peux avoir toutes les explications que je souhaite et ce en français.

 

Après ma première nuit, je me suis réveillée affamé, ça tombait bien puisque j’avais le petit déjeuner de compris dans mon forfait. J’en ai profité pour prendre quelques petits pains et une pomme pour le route. Première étape, faire un premier tour complet avec le bus afin de cibler ce qui m’intéresse et de préparer mon plan d’action. Les lieux qui m’ont captivé lors de ce premier tour furent bien sûr le Colisée ainsi que l’immense  place Saint-Pierre. Les préparatifs pour la période des Fêtes étaient commencés puisqu’ils commençaient à monter la crèche pour le période de Noël.

J’en ai profité aussi pour faire un tour de soir et  Rome le soir est magique, la Place Saint-Pierre est encore plus impressionnante. J’avais l’impression d’être observer par toutes ces statues qui sont tout en haut, placées autour de la place. Comme il ne faisait pas très chaud le soir, j’étais contente d’avoir apporté des vêtements chauds.

Je m’étais déniché un petit resto qui servait des pâtes au pesto. J’en salive encore, rien qu’à y penser. Ce plat était servi avec un petit pain chaud et accompagné d’un petit verre de vin rouge. C’est Toutatis en culotte de velours! Si je peux m’exprimer ainsi! (les Romains, les Gaulois, ça ne vous rappelle pas quelque chose?! Une autre soirée  où je n’ai pas eu à compter les moutons pour m’endormir.

Donc maintenant avec mon plan d’attaque en main j’étais prête à passer en mode visite. Ma première destination, bien sûr, le Colisée de Rome. Et croyez-moi il en a des choses à voir! Pour moi qui aime l’histoire je dois avouer que j’en ai eu pour mon argent. Si vous avez beaucoup de temps pour visiter, je vous conseille fortement d’investir dans un audio-guide. Malheureusement je n’ai pas croisé mon gladiateur favori, soit Russell Crowe. Mais j’ai été attrapé par un autre genre de gladiateurs des temps modernes!

 

 

Le jour suivant j’avais opté pour passé une partie de la journée sur la Place Saint-Pierre, une longue visite de la Basilique où j’assistais à des nombreuses messes et où j’espérais avoir la chance de rencontrer le Pape. Malheureusement ma lettre d’introduction auprès du Pape que l’un de mes collègue m’avait aidé à rédiger n’a jamais été retrouvé et cela malgré les nombreux efforts de la gentille dame qui m’a répondu, j’ai donc dû me contenter de l’apercevoir de loin.

Une petite anecdote concernant une rencontre bizarre que j’ai fait à cette endroit. J’étais un peu déçu de ne pas pouvoir rencontrer le Pape, lorsqu’un Monsieur tout près de moi, il m’a semblé être un prêtre, m’a adressé la parole et cela en français. Il m’a tout simplement dit que j’aurais la chance de me reprendre et de revenir à Rome ainsi que mon fils. Après un moment de surprise, je me suis demandé comment il savait que j’avais un fils. Je l’ai recherché du regard en me disant qu’il devait être encore dans les alentours, il avait tout simplement disparu!


 

 

La Pieta à l’entrée est superbe, on dirait même que Marie respire. Je suis même montée tout en haut où la vue de la place St-Pierre est à couper le souffle! L’ascension des escaliers demande aussi beaucoup de souffle, mais c’est à ne pas manquer! Ma visite de la Basilique et de la Place Saint-Pierre m’a pris tellement de temps (avec audio-guide bien sûr!) que j’ai visité le Musée du Vatican au pas de course. J’ai pris la peine de m’asseoir et de reprendre mon souffle tout en contemplant l’oeuvre de Michel-Ange, la fresque du plafond de le Chapelle Sixtine.

 

En soirée, après une bonne journée de marche, je suis allée m’asseoir au cinéma pour assister au deuxième volet de la Saga de Twilight (Histoire de Vampires et Loups Garous). Saga qui était si populaire à ce moment-là, après avoir savouré une bonne pizza marguerita au petit resto du coin! Miam!

 

 

Au programme du lendemain, j’avais prévu la visite d’autres musées puisque la température s’annonçait plus ou moins belle. J’ai donc visité les musées du Trianon. A ma sortie du musée comme il faisait beau je me suis rendue à la Fontaine de Trevi où comme la tradition l’exige j’ai lancé une pièce par-dessus mon épaule en faisant un souhait. J’ai visité le Panthéon et son fameux oculus que j’ai revu par la suite dans le film Anges et Démons. Je n’ai malheureusement pas croisé Monsieur Tom Hanks (Alias Robert Langton).

 

 

Rendue à l’escalier de la Trinité j’en ai profité pour faire une pause et prendre un petit sandwich au Café Greco. C’est un beau coin pour déambuler et faire un peu de lèche vitrine dans les nombreuses boutiques italiennes aux noms si prestigieux.  Il y a de belles et nombreuses fontaines à Rome, ainsi que des obélisques qui ont chacune leurs histoires.

 

Jamais je n’aurais pensé y retourner si vite (Voir Article Pèlerinage en Italie en 2010). La prédiction du mystérieux Monsieur rencontré à Place Saint-Pierre allait se réaliser. Je suis retournée à Rome pour la canonisation du frère André ainsi qu’un pèlerinage en Italie en 2010. Mon fils, pour sa part, s’est rendu en Italie avec deux de ses amis en 2010, lui aussi. Mystérieux hazard!

 

Photo 036
Un spectacle vue à Rome et qui m’a inspiré pour la destination de mon prochain voyage: Matchu Pitchu au Pérou!!

 

Pèlerinage en Italie (Canonisation du Frère André, Rome, Printemps 2010)

IMG_7067

 

Nous étions plusieurs, tôt ce matin là, sur l’esplanade de la Place St-Pierre  pour assister à la canonisation de 6 nouveaux saints dont le frère André, fondateur de l’oratoire St-Joseph.  Il faisait beau  mais pas trop chaud. Nous avions la chance d’avoir des places assises. Cette cérémonie a été longue mais super intéressante. Cela terminait bien un autre beau voyage (pèlerinage en Italie, mon deuxième).

Une image vaux milles mots! Voilà!

 

 

 

 

Et comme dit si bien l’adage:  Jamais deux sans trois!

Voir voyage au Portugal (pour le troisième de mes pèlerinages)!

Pèlerinage en Italie (Florence)

 

 

 

IMG_6429
Claire avec une vue de Florence et du pont Vecchio.

 

Notre visite à Florence  fut de courte durée nous sommes donc rendus au centre de cette magnifique ville afin de voir les monuments les plus importants de la ville dont la cathédrale Santa Maria del Fiore et son dôme (el duomo). C’est la principale attraction de Florence. La cathédrale date du XIII ème siècle, elle signifie en français: cathédrale Sainte Marie de la Fleur en lien avec le Lys de Florence.
On peut diviser ces monuments de Florence en quatre parties:

La Cathédrale Santa Maria
Le Dôme
Le Campanile de Giotto
Le Baptistère

IMG_6451

 

La Cathédrale Santa Maria est très imposante de l’extérieur. Elle est la cinquième église d’Europe par sa taille. La façade si impressionnante est sujet à critique puisqu’elle fût refaite dans les années 1800. Elle est composée de 3 marbres de 3 régions différentes d’Italie: blanc, vert et rose.

IMG_6424
Cathédrale Santa Maria del Fiore

Le dôme fût construit par l’architecte Filipo Brunelleschi en 1436. C’est le plus grand dôme du monde avec 45m de diamètre.

IMG_6435
Le dôme fût construit par l’architecte Filipo Brunelleschi en 1436.

 

IMG_6450
Le campanile fait une taille de 84 mètres.

 

De l’extérieur, vous pouvez admirer la porte du paradis et à l’intérieur, une très belle fresque du jugement dernier.

 

IMG_6491
La porte du paradis

 

Le Palazzo Vecchio est l’hôtel de ville de Florence. A l’origine, le palais était le siège du gouvernement de Florence. Il se nommait alors le palazzo della Signoria. Ensuite les Médicis ont déménagé de l’autre côté de l’Arno pour s’installer au Palais Pitti. C’est à ce moment-là que le palais fût nommé vecchio (vieux en italien) A l’intérieur, vous pouvez trouver la célèbre salle des cinq cents, l’une des plus célèbres pièces d’Italie.

 

IMG_6472
Palazzo Vecchio

 

Après avoir pris un bon dîner dans l’une des petites rues du centre-ville de Florence, nous avons déambulé et nous avons eu la chance d’apercevoir quelques annonces pour le Palio de Sienne qui allait avoir lieu un peu plus tard dans l’année. J’ai d’ailleurs fait une présentation sur cette course lors de l’un de mes cours chez April-Fortier (Voir mon article le Palio de Sienne, un course en moins de 2 minutes).

 

Par la suite, nous sommes repartis en route vers Rome, notre dernier arrêt de ce beau voyage pour assister à la canonisation du Frère André de l’Oratoire  St-Joseph à Montréal.

 

Pèlerinage en Italie (Qui est-tu Padre Pio?)

Santuario_PadrePio
Sanctuaire San Giovanni Rotondo

Fondée au XIe siècle par les pèlerins qui se dirigeaient à la Grotte de l’ Archange-Saint-Michel, la ville de San Giovanni Rotondo, dans les Pouilles, est connue dans le monde entier comme la ville où vit Padre Pio de Pietrelcina, le capucin des miracles, devenu Saint en 2002. Il institua un Sanctuaire à côté de l’ancienne église conventuelle de Santa Maria delle Grazie (Sainte Marie des Grâces), où se trouve également le grand Sanctuaire inauguré le 1er juillet 2004.

IMG_6621
Padre Pio

Le couvent des Capucins est le lieu où le Saint vit du 4 septembre 1916 au 23 septembre 1968, date de sa mort. C’est ici qu’en 1918 Padre Pio reçut les stigmates et que se vérifièrent tous ces phénomènes surnaturels qui ont mené à sa béatification et, successivement à sa canonisation.

IMG_6616
Arlette devant l’exposition concernant Padre Pio


Visiter ce couvent et les cellules où Padre Pio mena son existence équivaut à faire un saut dans des lieux riches de spiritualité et de mysticisme: une étape obligée pour les dévots et les touristes.

SanGiovanniRotondo
Santa Maria delle Grazie (Sainte Marie des Grâces)

A côté du couvent surgit l’église de Sainte Marie des Grâces. Dédiée à l’origine à Sainte Marie des Anges, l’église fut consacrée en 1629. Inauguré en 1959 à la demande, et grâce à la volonté de Padre Pio, le vieux Sanctuaire a accueilli, jusqu’à la réalisation du sanctuaire plus récent, des milliers de fidèles et de pèlerins qui chaque année se retrouvent cette petite ville des Pouilles, pour visiter les lieux où le saint vit sa foi.

La crypte du vieux Sanctuaire a accueilli, jusqu’à il y a quelques années, la tombe de Padre Pio, qui a été ensuite déplacée dans la crypte du nouveau complexe adjacent. Dans la partie souterraine a été réalisée une église inférieure, exactement comme la Basilique des Saint François d’Assise qui accueillit les dépouilles du Saint. Le revêtement en cuivre pre-oxydé confère à la structure une couleur verte.

IMG_6645
Tombeau de Padre Pio

Toujours dédiée à Sainte Marie des Grâces, le nouveau Sanctuaire conçu par Renzo Piano occupe, avec son énorme structure en forme de coquillage, environ 6000 mètres carrés et il représente la deuxième église d’Italie en termes de dimensions, après le Dôme de Milan. Inauguré dix ans après le début des travaux, et également connu comme l’ « Église de Padre Pio », le nouveau sanctuaire a été financé presque entièrement par les offres des pèlerins et il peut accueillir 6500 fidèles.

IMG_6632
Nouveau sanctuaire

 

Selon le bon vouloir de Padre Pio, l’église, dont les murs sont en pierre d’Apricena, devait être un lieu d’accueil pour les fidèles: l’énorme parvis extérieur s’étend vers l’intérieur, dans l’aire liturgique, avec le même style de pavements, comme pour souligner cette continuité entre extérieur et intérieur.

 

IMG_6633
Vue de l’Apocalypse

 

Les différents éléments historiques, religieux et architecturaux font de ce complexe, une destination d’incontestable intérêt pour les fidèles, tout comme pour ceux qui ne le sont pas.

IMG_6647
Sur le chemin de retour

 

Pèlerinage en Italie (Sienne, Catherine de Sienne et ses reliques!)

eglise
Basilique San Domenico

La Basilique San Domenico, également connu sous le nom Basilica Cateriniana a commencée à être construite en 1226, mais fut agrandie au XIVe siècle en lui conférant son aspect gothique.

Comme beaucoup d’édifices des ordres mendiants de cette époque, elle fut bâtie en briques. Son plan est en croix égyptienne.

Elle contient plusieurs reliques de sainte Catherine de Sienne, dont la maison familiale, désormais un sanctuaire, se trouve à proximité.

La Cappella delle Volte est un ancien lieu de prière des religieuses dominicaines, lié à la vie de Catherine de Sienne.

catherine
Catherine de Sienne

Mais qui est Catherine de Sienne?

Religieuse italienne, célèbre par son action durant le Grand Schisme et par ses expériences mystiques. Avant-dernière de vingt-cinq enfants, Catherine Benincasa naquit à Sienne probablement le 25 mars 1347. Son père, teinturier, et sa mère, fille d’un poète, jouissaient d’une petite aisance. Catherine avait six ou sept ans quand le Christ lui apparut. Déjà elle menait une vie de mortification et de prière ; à vingt ans, elle fut admise parmi les tertiaires dominicaines.

On a exagéré le rôle politique de Catherine de Sienne, mais son influence de mystique fut immense. Ne sachant pas écrire, elle a dicté de nombreuses lettres et son célèbre Dialogue, colloque entre le Père éternel et la sainte, où d’acerbes critiques contre les mœurs du  siècle alternent avec des élans d’amour passionné pour l’Église et le salut des âmes. Catherine y expose une théologie fort riche sur les vertus, le péché et son châtiment, la pénitence et le Verbe incarné. Même si, comme on peut le penser, ses compagnons théologiens l’ont aidée dans la rédaction de ses écrits, ceux-ci sont animés d’un souffle qui lui est personnel.

Catherine de Sienne fut canonisée en 1461. Elle fut proclamée patronne secondaire de Rome en 1866, patronne de l’Italie en 1939 et docteur de l’Église en 1970. Sa fête est fixée au 29 avril.

La chapelle Sainte-Catherine conserve au centre un reliquaire avec la tête et le pouce de Catherine de Sienne.

 

StCatherine_3
Le reliquaire avec la tête et le pouce.

Qu’est-ce qu’un reliquaire?

Un reliquaire est un contenant destiné à recevoir des reliques. Historiquement, les reliquaires contenaient le corps, une partie du corps, un vêtement ou un objet ayant appartenu à un saint. Ils pouvaient prendre la forme d’un cercueil, d’une caisse en verre, d’un coffre, d’une fiole, d’une ampoule ou encore d’une capsule. Le contenu de certains reliquaires en dicte même la forme, qu’ils s’agissent de cœurs, de bustes, ou encore de pieds, de bras ou de jambes entières. Ces contenants devenaient à leur tour l’objet d’un culte ou, à tout le moins, d’une vénération certaine. À travers l’histoire et encore aujourd’hui, bien des rituels religieux et des processions sont articulés autour de reliques saintes.

Le reliquaire a évolué en parallèle de son aspect religieux et s’est retrouvé à désigner plus largement un objet rappelant une personne. Nous n’avons qu’à penser aux médaillons ou montres de poche contenant une photo ou une mèche de cheveux de l’être aimé, notamment.

 

 

La croix de Tau et Saint Francois d’Assise

IMG_6297
La croix Tau

Lors de mon pèlerinage en Italie en 2010 (Voir article Pèlerinage en Italie) , nous avons débuté par une visite à Assise. J’ai aperçu un peu partout dans la ville cette croix à la   forme bizarre. Comme je suis curieuse, j’ai donc demandé au prêtre qui nous accompagnait, quel était cette étrange croix. Il m’a expliqué que c’était la croix en Tau, l’un des symboles qui est souvent apparenté à Saint François d’Assise.

La croix de Saint-Antoine ou croix en tau est une croix qui prend la forme de la lettre grecque tau.
Dans la religion chrétienne, la capitale majuscule « Tau » = T grec ou bien Taw (dernière lettre de l’alphabet hébreu) fut d’abord un signe des religieux et chevaliers , lesquels s’occupaient des lépreux et le portaient avec une clochette en amulette gravé. Cette lettre, appelée Tau (ou Taw), est ensuite devenue le symbole franciscain par excellence, car il a la forme d’une croix, celle du Christ.

Saint François d’Assise utilisait souvent ce signe. Il l’a dessiné sur des maisons, des murs et des arbres. Avec ce signe il bénissait les hommes et signait ses lettres. Le Tau était pour François le signe de l’élection divine. Le tau est donc un symbole pour la famille franciscaine : testament de François, un signe de bénédiction et de paix. Ce signe rappelle la Croix, il est le signe de la libération.

IMG_6251
Assise

Assise est surtout célèbre pour son apogée médiéval et pour être le lieu de naissance et de mort de Francesco Bernardone, plus connu sous le nom de François d’Assise, un des plus grands saints de l’Église catholique romaine. Pour son patrimoine exceptionnel, la ville est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

IMG_6247
A l’entrée d’Assise

Le pape actuel de l’Église de Rome a pris le nom de François en signe de pauvreté, d’espérance et soumission à Dieu.

La basilique Saint-François à Assise est un édifice religieux où se superposent deux espaces d’assemblée: l’un est dit « église inférieure », bâtie dans la roche d’un flanc et l’autre dit « église supérieure », construite au-dessus  dans le style gothique. Le campanile est de style roman. Les deux églises réunies sous le même nom de basilique sont inscrites depuis 2000 au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Le Palio de Sienne (ou une course en moins de deux minutes)

IMG_6399

La première course, Palio di Provenzano, qui se tient le 2 juillet, correspond à l’ancienne date de la Visitation et à une fête locale en l’honneur de la Madonna de Provenzano, une sculpture en bois, placée dans l’église homonyme construite à l’emplacement de la demeure du condotierre Provenzano Salvani.
La seconde course, du 16 août, se tient le lendemain de l’Assomption et est dédiée à la Vierge Marie. Après certains événements très importants, la communauté siennoise, peut décider de tenir un troisième Palio entre mai et septembre.
La course démarre avec 10 chevaux, ce qui signifie, que seuls 10 quartiers sur les 17 peuvent être représentés à chaque course. Les sept représentants de quartiers qui n’ont pas pris part à la dernière course de même date un an plus tôt, sont automatiquement inclus et trois de plus sont aléatoirement choisis. Trois jours avant la course, des propriétaires privés offrent dans leurs écuries le choix de dix chevaux de qualités équivalentes aux représentants des quartiers. Un tirage au sort détermine l’attribution des chevaux aux contrades.

Six courses d’essais sont courues : la première le soir de la sélection des chevaux, et la dernière le matin après le Palio.

Les résidents croyants de chaque contrade invoquent l’aide de leur saint patron pour leur cheval et jockey. Juste avant le départ de la course, les chevaux se rendent chacun dans l’église ou la chapelle de la contrade dont ils portent les espoirs pour être bénis par le prêtre. Depuis les soupçons de dopage de 2002, le règlement du Palio de Sienne interdit d’administrer ou de faire administrer aux chevaux toute substance dopante et prévoit des sanctions sévères en cas de vérification par des tests sanguins effectués sur les chevaux présentés par les propriétaires.
La course est précédée par une parade spectaculaire, appelée cortège historique, où défilent, parmi beaucoup d’autres, les Alfieri, porte-drapeaux, en costumes médiévaux. Avant cela, une escouade montée de carabinieri, portant des sabres, font une charge de cavalerie sur la piste.
Les spectateurs arrivent tôt le matin, et emplissent le centre de la place, à l’intérieur de la piste jusqu’à saturation. À cet emplacement, les places sont gratuites. Des places assises, vendues longtemps à l’avance, peuvent également être proposées. Il est également possible de louer des places sur les balcons des immeubles environnants.

La course est annoncée à 19 h 30 en juillet et à 19 h en août, avec la détonation d’une charge explosive. Les protagonistes, qui montent à cru, font trois tours de la place. Au départ, seuls neuf chevaux peuvent être alignés sur la même ligne, le dixième (appelé rincorsa) part derrière les neuf autres. Le départ est donné par le Mossiere, qui doit attendre que tous les chevaux soient en position. Quand cela est (difficilement) fait, il actionne un mécanisme qui enlève le canapo (la cordelette de départ).
Sur la piste les cavaliers ont le droit de se servir de leur cravache pour frapper les autres chevaux et cavaliers. Le vainqueur est le premier cheval qui termine la course avec ses ornements de têtes intacts. Il n’est pas nécessaire que le cavalier termine la course (ce qui est fréquent). Le perdant de la course est le quartier qui finit deuxième et non pas dernier.

Le vainqueur reçoit un drapeau en soie peinte, appelée Palio, conçue spécialement pour chaque course. Quoique l’enthousiasme après la victoire soit extrême, la remise des prix est immédiate. Des bagarres entre partisans de différents quartiers se produisent parfois et les perdants sont souvent ridiculisés par les vainqueurs.

Les spectateurs encourent également certains risques. Les principales critiques viennent des associations de défense des animaux et des vétérinaires qui protestent contre les mauvais traitements faits aux chevaux (blessures et même parfois morts). La mise en compétition de demi-sang et même de pur-sang a multiplié les risques d’accidents graves. En août 2004, le cheval de la contrada de Bruco est tombé et a été piétiné car la course n’a pas été arrêtée. Le cheval est mort de ses blessures, provoquant différentes plaintes de ligues de protection des animaux.

Contrada dell’Aquila : Gianni Dova et Bruno Cassinari ;
Contrada della Chiocciola : Aligi Sassu et Arturo Carmassi ;
Contrada del Drago : Gérard Fromanger et Ruggero Savinio ;
Contrada della Giraffa : Renato Guttuso et Renzo Vespignani, Leonardo Cremonini ;
Contrada dell’Oca : Jean-Michel Folon ;
Contrada dell’Onda : Corrado Cagli ;
Contrada della Pantera : Alberto Sughi, Ennio Calabria et Leo Lionni ;
Contrada della Selva : Mino Maccari, Ugo Attardi et Bruno Saetti ;
Contrada di Valdimontone : Salvatore Fiume.