Pèlerinage en Italie (Canonisation du Frère André, Rome, Printemps 2010)

IMG_7067

 

Nous étions plusieurs, tôt ce matin là, sur l’esplanade de la Place St-Pierre  pour assister à la canonisation de 6 nouveaux saints dont le frère André, fondateur de l’oratoire St-Joseph.  Il faisait beau  mais pas trop chaud. Nous avions la chance d’avoir des places assises. Cette cérémonie a été longue mais super intéressante. Cela terminait bien un autre beau voyage (pèlerinage en Italie, mon deuxième).

Une image vaux milles mots! Voilà!

 

 

 

 

Et comme dit si bien l’adage:  Jamais deux sans trois!

Voir voyage au Portugal (pour le troisième de mes pèlerinages)!

Pèlerinage en Italie (Qui est-tu Padre Pio?)

Santuario_PadrePio
Sanctuaire San Giovanni Rotondo

Fondée au XIe siècle par les pèlerins qui se dirigeaient à la Grotte de l’ Archange-Saint-Michel, la ville de San Giovanni Rotondo, dans les Pouilles, est connue dans le monde entier comme la ville où vit Padre Pio de Pietrelcina, le capucin des miracles, devenu Saint en 2002. Il institua un Sanctuaire à côté de l’ancienne église conventuelle de Santa Maria delle Grazie (Sainte Marie des Grâces), où se trouve également le grand Sanctuaire inauguré le 1er juillet 2004.

IMG_6621
Padre Pio

Le couvent des Capucins est le lieu où le Saint vit du 4 septembre 1916 au 23 septembre 1968, date de sa mort. C’est ici qu’en 1918 Padre Pio reçut les stigmates et que se vérifièrent tous ces phénomènes surnaturels qui ont mené à sa béatification et, successivement à sa canonisation.

IMG_6616
Arlette devant l’exposition concernant Padre Pio


Visiter ce couvent et les cellules où Padre Pio mena son existence équivaut à faire un saut dans des lieux riches de spiritualité et de mysticisme: une étape obligée pour les dévots et les touristes.

SanGiovanniRotondo
Santa Maria delle Grazie (Sainte Marie des Grâces)

A côté du couvent surgit l’église de Sainte Marie des Grâces. Dédiée à l’origine à Sainte Marie des Anges, l’église fut consacrée en 1629. Inauguré en 1959 à la demande, et grâce à la volonté de Padre Pio, le vieux Sanctuaire a accueilli, jusqu’à la réalisation du sanctuaire plus récent, des milliers de fidèles et de pèlerins qui chaque année se retrouvent cette petite ville des Pouilles, pour visiter les lieux où le saint vit sa foi.

La crypte du vieux Sanctuaire a accueilli, jusqu’à il y a quelques années, la tombe de Padre Pio, qui a été ensuite déplacée dans la crypte du nouveau complexe adjacent. Dans la partie souterraine a été réalisée une église inférieure, exactement comme la Basilique des Saint François d’Assise qui accueillit les dépouilles du Saint. Le revêtement en cuivre pre-oxydé confère à la structure une couleur verte.

IMG_6645
Tombeau de Padre Pio

Toujours dédiée à Sainte Marie des Grâces, le nouveau Sanctuaire conçu par Renzo Piano occupe, avec son énorme structure en forme de coquillage, environ 6000 mètres carrés et il représente la deuxième église d’Italie en termes de dimensions, après le Dôme de Milan. Inauguré dix ans après le début des travaux, et également connu comme l’ « Église de Padre Pio », le nouveau sanctuaire a été financé presque entièrement par les offres des pèlerins et il peut accueillir 6500 fidèles.

IMG_6632
Nouveau sanctuaire

 

Selon le bon vouloir de Padre Pio, l’église, dont les murs sont en pierre d’Apricena, devait être un lieu d’accueil pour les fidèles: l’énorme parvis extérieur s’étend vers l’intérieur, dans l’aire liturgique, avec le même style de pavements, comme pour souligner cette continuité entre extérieur et intérieur.

 

IMG_6633
Vue de l’Apocalypse

 

Les différents éléments historiques, religieux et architecturaux font de ce complexe, une destination d’incontestable intérêt pour les fidèles, tout comme pour ceux qui ne le sont pas.

IMG_6647
Sur le chemin de retour

 

Pèlerinage en Italie (Sienne, Catherine de Sienne et ses reliques!)

eglise
Basilique San Domenico

La Basilique San Domenico, également connu sous le nom Basilica Cateriniana a commencée à être construite en 1226, mais fut agrandie au XIVe siècle en lui conférant son aspect gothique.

Comme beaucoup d’édifices des ordres mendiants de cette époque, elle fut bâtie en briques. Son plan est en croix égyptienne.

Elle contient plusieurs reliques de sainte Catherine de Sienne, dont la maison familiale, désormais un sanctuaire, se trouve à proximité.

La Cappella delle Volte est un ancien lieu de prière des religieuses dominicaines, lié à la vie de Catherine de Sienne.

catherine
Catherine de Sienne

Mais qui est Catherine de Sienne?

Religieuse italienne, célèbre par son action durant le Grand Schisme et par ses expériences mystiques. Avant-dernière de vingt-cinq enfants, Catherine Benincasa naquit à Sienne probablement le 25 mars 1347. Son père, teinturier, et sa mère, fille d’un poète, jouissaient d’une petite aisance. Catherine avait six ou sept ans quand le Christ lui apparut. Déjà elle menait une vie de mortification et de prière ; à vingt ans, elle fut admise parmi les tertiaires dominicaines.

On a exagéré le rôle politique de Catherine de Sienne, mais son influence de mystique fut immense. Ne sachant pas écrire, elle a dicté de nombreuses lettres et son célèbre Dialogue, colloque entre le Père éternel et la sainte, où d’acerbes critiques contre les mœurs du  siècle alternent avec des élans d’amour passionné pour l’Église et le salut des âmes. Catherine y expose une théologie fort riche sur les vertus, le péché et son châtiment, la pénitence et le Verbe incarné. Même si, comme on peut le penser, ses compagnons théologiens l’ont aidée dans la rédaction de ses écrits, ceux-ci sont animés d’un souffle qui lui est personnel.

Catherine de Sienne fut canonisée en 1461. Elle fut proclamée patronne secondaire de Rome en 1866, patronne de l’Italie en 1939 et docteur de l’Église en 1970. Sa fête est fixée au 29 avril.

La chapelle Sainte-Catherine conserve au centre un reliquaire avec la tête et le pouce de Catherine de Sienne.

 

StCatherine_3
Le reliquaire avec la tête et le pouce.

Qu’est-ce qu’un reliquaire?

Un reliquaire est un contenant destiné à recevoir des reliques. Historiquement, les reliquaires contenaient le corps, une partie du corps, un vêtement ou un objet ayant appartenu à un saint. Ils pouvaient prendre la forme d’un cercueil, d’une caisse en verre, d’un coffre, d’une fiole, d’une ampoule ou encore d’une capsule. Le contenu de certains reliquaires en dicte même la forme, qu’ils s’agissent de cœurs, de bustes, ou encore de pieds, de bras ou de jambes entières. Ces contenants devenaient à leur tour l’objet d’un culte ou, à tout le moins, d’une vénération certaine. À travers l’histoire et encore aujourd’hui, bien des rituels religieux et des processions sont articulés autour de reliques saintes.

Le reliquaire a évolué en parallèle de son aspect religieux et s’est retrouvé à désigner plus largement un objet rappelant une personne. Nous n’avons qu’à penser aux médaillons ou montres de poche contenant une photo ou une mèche de cheveux de l’être aimé, notamment.

 

 

Abbaye de Dormition à Jérusalem (Quelques femmes dans la Bible)

 

DSC01205
Abbaye de la Dormition à Jérusalem

Ce vaste sanctuaire néoroman s’élève sur le MONT SION ,
endroit où la Vierge selon la légende aurait sombré dans un sommeil éternel.
Marie aurait refusé de quitter la colline après la mort de son fils
et elle y aurait rendu son dernier soupir.

 

DSC01332
Gisant de Marie

 

Le gisant de la Vierge Marie, au centre de la crypte, est surmonté d’une coupole décorée de mosaïques. Au sommet est représenté le Christ, dans un geste d’accueil. Autour, les femmes de l’Ancien Testament, qui préfigurent la Vierge : Eve, avec sa mission d’écraser la tête du serpent, Myriam, la soeur de Moïse, Yaël, Judith, Ruth et Esther.

 

 

DSC01334
Coupole dorée au sommet est représenté le Christ, dans un geste d’accueil. Autour, les femmes de l’Ancien Testament, qui préfigurent la Vierge : Eve, avec sa mission d’écraser la tête du serpent, Myriam, la soeur de Moïse, Yaël, Judith, Ruth et Esther.

 

 

 

 

 

Catacombe et symboles chrétiens

 

 

IMG_6704

Catacombe di San Callisto
Via Appia Antica, 110
00179 ROMA – Italy

 

Les origines des Catacombes

Au premier siècle, les chrétiens de Rome n’avaient pas de cimetières spécifiques. S’ils possédaient des terrains, ils y enterraient leurs morts, autrement ils avaient recours aux cimetières communs utilisés également par les païens. C’est pour cette raison que saint Pierre fut enseveli dans la « nécropole » (« cité des morts ») sur la Colline du Vatican, ouverte à tous; de même que saint Paul fut enterré dans une nécropole sur la Via Ostiense.

Les symboles

Les premiers chrétiens vivaient dans une société majoritairement païenne et hostile. Durant la persécution de Néron (64 après Jésus Christ) leur religion fut considérée comme « une superstition bizarre et illégale ». Les païens se méfiaient des chrétiens et les tenaient à distance, ils les suspectaient et les accusaient des pires crimes. Ils les persécutaient, les mettaient en prison, les condamnaient à l’exil ou à la mort.
Ne pouvant pas professer ouvertement leur foi, les chrétiens se servaient de symboles, qu’ils peignaient sur les parois des catacombes et, plus souvent, qu’ils gravaient sur les plaques de marbres qui scellaient les tombes.

Comme les anciens, les chrétiens aimaient beaucoup les symboles. Les symboles rappelaient leur foi de façon visible, le terme de « symbole » indique un signe concret ou une figure qui, dans l’intention de l’auteur, rappelle une idée ou une réalité spirituelle. Les principaux symboles sont le Bon Pasteur, l’ »orant », le monogramme du Christ et le poisson.

IMG_6708
Le Bon Pasteur avec une brebis sur les épaules représente le Christ sauveur et l’animal qu’Il a sauvé. Ce symbole est fréquemment représenté dans les fresques, dans les bas-reliefs, sur les statues et se trouve souvent aussi gravé sur les tombes.

IMG_6710

 

L’orant: cette figure représentée avec les bras ouverts est le symbole de l’âme qui vit déjà dans la paix divine.

IMG_6709

 

Le monogramme du Christ est formé de deux lettres de l’alphabet grec, le X (chi) et le P (ro), mêlées l’une dans l’autre. Ce sont les deux premières lettres du mot grec « Christòs », le Christ. Ce monogramme, placé sur une tombe, indiquait que le défunt était chrétien.

IMG_6707

Le poisson. Le mot grec est IXTHYC (ichtùs). Disposées verticalement, les lettres de ce mot formaient un acrostiche :Iesùs Christòs Theòu Uiòs Sotèr = Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur. Acrostiche est un mot grec qui signifie la première lettre de chaque ligne ou paragraphe, c’est un symbole très courant du Christ, emblème et abrégé de la foi chrétienne.

Parmi les autres symboles, on trouve la colombe, l’Alpha et l’Oméga, l’ancre, etc.

L’Alpha et l’Oméga sont la première et la dernière lettre de l’alphabet grec. Elles signifient que le Christ est le début et la fin de toute chose.
L’ancre est le symbole du salut, symbole de l’âme qui a rejoint avec bonheur le port de l’éternité.

 

IMG_6711

La colombe, avec un rameau d’olivier dans son bec, symbole de l’âme dans la paix divine.

IMG_6712

 

 

 

 

 

 

Mes pèlerinages avec Spiritours (Aux sources de la foi)

 

DSC01280

 

C’est grâce à l’une de mes collègues au travail que j’ai découvert Spiritours. Nous assistions à l’une des messes pour les amis de l’Oratoire St-Joseph. Mon fils chantait alors avec les Petits Chanteurs du Mont-Royal. C’est lors de cet évènement qu’elle m’a demandé si j’accepterais de l’accompagner pour un pèlerinage en Terre Sainte. Le curé de sa paroisse organisait un groupe pour un pèlerinage en Israël et cherchait quelques participants. Un programme bien orchestré par Spiritours, ce voyagiste spécialisé dans les voyages de ressourcement de la foi.

DSC01253

 

Ce voyage nous a permis de visiter Jérusalem, Bethléem, Nazareth, de faire une incursion en Jordanie dans le désert du Wadi-Rum, de voir Petra et de faire une petite baignade dans la Mer Morte. Comme nous étions en pèlerinage une messe était célébrée chaque jour. Je suis revenue de ce premier pèlerinage charger à blocs.
J’ai donc récidivé un peu plus tard par un autre pèlerinage cette fois en Italie.

Un autre beau voyage qui allait se conclure à Rome par la cérémonie de canonisation du frère André et de quatre autres saints. Je ne pouvais laisser passer cette occasion unique d’assister à cet évènement la canonisation d’un québécois André Bessette ou frère André, le fondateur de l’Oratoire dédié à St-Joseph. Ce pèlerinage avait pour itinéraire Assise (visites des lieux ou François et sa sœur Claire ont demeurés), une visite chez Padre Pio, une visite à Sienne, un séjour à Florence pour finalement conclure à Rome avec la canonisation. De toute beauté….et comme le dicton le dit jamais deux sans trois…

IMG_2260
Mon troisième pèlerinage avec Spiritours a eu lieu lors d’un voyage au Portugal-Espagne. J’ai eu la chance d’assister à une cérémonie de Canonisation soir la canonisation de deux des trois petits bergers qui ont été témoins de l’apparition de la Vierge à Fatima. Cérémonie qui fut célébrée par le Pape François. En bonus du voyage, une petite marche sur la fin du sentier de Compostelle et la visite de la cathédrale de St-Jacques. En d’autres mots, un autre pèlerinage inoubliable…

 

 

Le chapelet et ses mystères

 

DSCN0216
Énorme chapelet à Fatima

 

Le chapelet

Un chapelet est un objet de dévotion religieuse généralement constituée de grains enfilés sur un cordon formant cercle. Utilisé dans diverses traditions religieuses (sous des noms différents) le chapelet sert à compter des prières récitées de manière répétitive en égrenant des grains. Ceux-ci sont de matériau d’origine diverse, souvent ordinaire (bois, os, noyaux, métal) mais également précieux (ivoire, corail, pierre précieuse, perle).
Le fabricant de chapelets catholiques est appelé en français le « patenôtrier ».

Différents types de chapelets

Tchotki orthodoxe

 

images
Tchotki

Dans le christianisme, il existe différents types de chapelets selon les confessions, dont l’usage varie : le tchotki ou komboskini est un chapelet utilisé par les orthodoxes et les catholiques s de 33, 50, 100 ou 300 nœuds ; le lestovka, chapelet utilisé par les orthodoxes vieux-croyants.

 

Islam

 

_7ea719e2_431483
Tesbih

Misbah musulman
Le sabha ou misbaha est un chapelet musulman qui compte généralement quatre-vingt-dix-neuf grains — correspondant aux 99 noms qualifiant Dieu — ou cent grains parfois séparés en trois parties de trente-trois grains chacune (ceci par trois séparateurs : un grand et deux petits). Le tesbih (se prononce « tespi ») est un chapelet musulman d’origine turque à 33 grains (1 grain égal 3 grains donc équivalent à 99 grains).

 

Religions orientales

3d7141b5abfec23d537bc6bd256c0f55
Chapelets bouddhiques ou hindous dits Mâlâ
Le mâlâ est un chapelet utilisé dans l’hindouisme, le jaïnisme et le bouddhisme, appelé également nenju juzu ou yu-dsu en Extrême-Orient, qui compte cent-huit grains (27 dans l’amidisme) ont une signification symbolique. Le sikhisme utilise également une forme de mâlâ ainsi qu’une corde à quatre-vingt-dix-neuf nœuds.
Chapelets profanes
Le komboloï, objet grec ressemblant beaucoup à un chapelet, mais sans rapport à la religion et utilisé pour se détendre ou s’occuper les mains plutôt que pour prier.

Chapelets catholiques

 

chapelet-300x4141
Chapelet catholique

 

Le chapelet catholique traditionnel est composé de cinq dizaines de grains séparés par des gros grains ; c’est le modèle le plus courant et le plus connu. Par métonymie, le terme « chapelet » peut également désigner les prières que l’on récite avec un chapelet.
Il est utilisé par les fidèles catholiques pour compter les Je vous salue Marie, chaque dizaine consistant à réciter dix Je vous salue Marie4. Quatre chapelets dits successivement — vingt dizaines pour les vingt mystères de la vie de Jésus (joyeux, lumineux, douloureux et glorieux) — constituent un « rosaire ».

Le chapelet commence par la récitation du Credo (correspondant à la croix du chapelet), suivi d’un Notre Père (le premier grain), de trois Je vous salue Marie (le groupe de trois grains suivant, correspondant aux vertus théologales), et d’un Gloire au Père (le dernier grain avant la boucle). Ensuite chacune des cinq dizaines commence par un Notre Père (le grain isolé), suivi de dix Je vous salue Marie (le groupe de dix grains) et se terminant par un Gloire au Père.

Il existe également un chapelet constitué de sept septaines séparés par des médailles (plus rarement des gros grains) formant le cercle, auxquels s’ajoutent trois grains s’achevant par une médaille. Ce modèle très particulier est appelé Chapelet des sept douleurs de la Vierge.

 

sans-titre
Chapelet des sept douleurs de la Vierge.

 

C’est donc ancien ?
Oui, c’est presque une obsession pontificale depuis le XVIe siècle. Il n’y a pas un pape qui n’ait recommandé, et avec force, la prière du rosaire, comme un moyen très bénéfique pour les chrétiens de s’associer aux mystères du Christ.

Il y a une différence entre chapelet et rosaire ?
Oui, le chapelet est une partie du rosaire, le rosaire étant la totalité des mystères à méditer, mystères joyeux, lumineux, douloureux, glorieux. Le chapelet ne médite qu’une série de mystères.

Le Rosaire 

Le Rosaire est un semblant de résumé de l’évangile. Après avoir rappelé l’incarnation et la vie cachée du Christ (Mystères Joyeux) et avant de s’arrêter sur les souffrances de la passion (mystères douloureux), puis sur le triomphe de la résurrection (mystères glorieux), la méditation se tourne aussi vers quelques moments particulièrement significatifs de la vie publique (mystères lumineux).

Combien de temps dure un rosaire ?
On dit un chapelet en vingt minutes environ, il faut donc compter une heure et demi environ pour un rosaire.

Comment prier le Rosaire de la Vierge Marie?

1 – Faire le signe de la croix.

2- Dire la profession de la foi.

3- Prier le Notre Père, trois Je vous salue Marie.. et le Gloire soit au Père…

Pour les cinq mystères:

4-  Annoncer le mystère

5- Prier le Notre Père , les dix Je vous salue Marie et le Gloire soit au Père

Après chaque dizaine:

6- Dire la prière donnée par la Sainte Vierge à Fatima: O Jésus, pardonnez-nous et sauvez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Paradis toutes les âmes au ciel, spécialement celles qui ont plus besoin de votre miséricorde.

Les mystères

Mystères Joyeux: Les mystères joyeux célébrés le lundi et le samedi sont: l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple et finalement Jésus perdu et retrouvé au Temple.

Mystères Lumineux: Les mystères Lumineux célébrés le jeudi sont:  le Baptême du Seigneur, Les Noces de Cana, la prédiction apostolique, la Transfiguration et finalement l’institution de l’Eucharistie.

Mystères Douloureux: Les mystères Douloureux célébrés le mardi et vendredi sont: l’Agonie de Jésus, la Flagellation, le Couronnement  d’Épines, le Portement de la Croix, la Crucifixion.

Mystères Glorieux: Les mystères Glorieux célébrés le mercredi et le dimanche sont: la Résurrection, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption de la Très Sainte Vierge et le couronnement de Marie au ciel.

P.S. Si jamais vous chercher une bonne agent de voyage, je travaille maintenant comme conseillère en voyage en tant qu’agent externe pour Transat. N’hésitez pas à communiquer avec moi. Vous trouverez mes coordonnées en suivant le lien suivant:

Claire, votre nouvelle agent externe chez Transat